Clause dérogatoire préventive

Mieux vaut prévenir que guérir

Examen de français écrit en cinquième secondaire

Tribune libre

Le débat est relancé sur la validité de la clause dérogatoire préventive à la suite de la déclaration de Justin Trudeau à l’effet que son gouvernement pourrait demander à la Cour suprême de se pencher sur la question de l’utilisation préventive de la clause dérogatoire par le biais d’un renvoi. Piqué au vif, le premier ministre François Legault a déclaré qu’« en voulant affaiblir les capacités de l’Assemblée nationale du Québec, Justin Trudeau veut s’attaquer à la démocratie et au peuple québécois tout entier ».

Rappelons que le gouvernement Legault s’est servi de manière préventive de la clause dérogatoire à deux reprises récemment, une première fois avec la Loi 21 sur la laïcité de l’État, et une deuxième avec la loi 96, soit la réforme de la loi 101 sur la langue française.

En réalité, nous assistons pour une énième fois à une collision frontale entre les droits individuels si chers à Justin Trudeau et à la charte fédérale, et les droits collectifs prônés dans la charte québécoise sur la laïcité de l’État.

En ce qui a trait plus spécifiquement de la clause dérogatoire préventive, c’est le professeur émérite de l’Université Laval, Henri Brun, dans un article publié dans La Presse du 19 janvier 1989 sous le titre « La clause dérogatoire et la paix sociale » qui argue que le recours au « pouvoir de déroger » soustrait simplement une disposition législative à l’interprétation des tribunaux pour lui substituer celle d’un Parlement dans un contexte particulier. Cette disposition fait donc partie de l’équilibre des pouvoirs dans une saine démocratie et assure la suprématie du Parlement sur la cour dans certaines circonstances.

Un argumentaire auquel je me rallie sans réserve. D’ailleurs, n’y-a-t-il pas un vieux proverbe qui dit que « Mieux vaut prévenir que guérir »?

Examen de français écrit en cinquième secondaire

Pour des raisons d’informations eu égard au taux d’échecs élevé à l’examen de français écrit du ministère de l’Éducation de juin 2022, je me suis astreint à lire une dizaine d’articles parmi les médias les plus populaires au Québec. Et, parmi ces articles, tous les médias ont soulevé la pandémie pour justifier en partie ces résultats, disons-le, catastrophiques.

Ma première réaction a été de constater que la pandémie a le dos large. Ma seconde réaction fut de me demander s’il n’y aurait pas d’autres causes justifiant des résultats aussi désastreux. La réponse est oui, et il faut remonter en amont pour mettre le doigt sur le bobo.

Je m’explique. Dans la plupart des curriculum des écoles secondaires, les notions linguistiques, notamment la syntaxe, la grammaire et le lexique, sont au programme des trois premières années du secondaire, et sont à toutes fins pratiques, reléguées sur les tablettes au profit de cours axés sur la littérature en quatrième et cinquième secondaires. Si bien que les élèves de cinquième secondaire sont littéralement perdus lorsque arrive le temps d’écrire un texte en français.

Autre facteur important, je suis d’avis que les professeurs des autres matières où les élèves sont soumis à l’écriture d’un texte, une recherche en histoire ou en géographie par exemple, devraient accorder un pourcentage des points à la qualité du français.

De plus, les enseignants de français auraient avantage à intégrer à une partie de leurs cours la rédaction d’un court texte sur un sujet libre. Et pourquoi pas, pendant cette courte période d’écriture, ranger les tablettes et ressortir des boules à mites les les bonnes vieilles grammaires et les bons vieux dictionnaires? Et enfin, au risque de passer pour un dinosaure, une bonne vieille dictée ferait aussi la job à l’occasion... Après tout, n’est-ce pas en écrivant qu’on apprend à écrire?


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2037 articles

  • 1 424 785

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé