Mais on s’en fiche qu’elle soit noire!

9db6d09182bd83a7b365cf1cbd16bbda

« Si elle était nationaliste et indépendantiste, je lui souhaiterais un destin de premier plan. »


Depuis quelques jours circule une étrange question dans l’espace public : est-ce que le fait d’être une femme noire pourrait nuire à Dominique Anglade dans sa conquête de la chefferie du PLQ ? Apparemment, les stratèges libéraux s’inquiéteraient. Ou du moins, ils le laissent croire.


Le simple fait de poser la question a quelque chose d’odieux et témoigne encore une fois de l’américanisation de nos catégories d’analyse. 


On laisse entendre ainsi que les Québécois pourraient avoir des réserves à l’endroit de Dominique Anglade pour des raisons raciales. 








Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.





Racisme


Le message est simple : si elle perd sa chefferie, ce sera à cause des préjugés supposés de la majorité historique francophone, frileuse devant ceux qui n’en seraient pas issus. 


Au fond d’eux-mêmes, les Québécois francophones auraient un fond de racisme et de xénophobie qu’ils n’auraient pas encore totalement surmonté. 


Alors, répondons très clairement.


On se fiche bien que Madame soit noire, blanche, mauve, jaune ou verte. Ce qui nous intéresse, c’est de savoir quelle est sa vision pour le Québec. 


Est-elle une fédéraliste inconditionnelle ? Croit-elle que le peuple québécois a le droit de s’autodéterminer ? Pourquoi refusera-t-elle de défendre la loi 21 contre le gouvernement des juges ? Que fera-t-elle pour stopper l’anglicisation de Montréal ? Croit-elle au nationalisme économique ? Juge-t-elle que le PLQ en a fait assez pour lutter contre la corruption ? 


Dominique Anglade est une femme de qualité. Je le pense sincèrement. Elle est intelligente et charismatique. 


Si elle était nationaliste et indépendantiste, je lui souhaiterais un destin de premier plan. Pour l’instant, à ce que j’en sais, c’est une fédéraliste inflexible et une multiculturaliste convaincue. 


Québec


Qu’elle sache que si, comme des millions de Québécois, je ne souhaite pas vraiment qu’elle devienne première ministre, ce n’est pas à cause de la couleur de sa peau, mais parce que nous ne voulons pas le même avenir pour le Québec.