Il est clair que tu cherches à privatiser le système de santé

Ma deuxième lettre à Philippe Couillard

Pour le faire revenir 70 ans en arrière

Tribune libre

Cher premier ministre Couillard. Je ne mets pas de lettres majuscules à ta fonction, parce que je n’ai aucun respect pour ce que tu en as fait. Ton prédécesseur libéral était dur à battre comme pire premier ministre mais je dois avouer que tu l’as dépassé. J’ai décidé de te tutoyer car tu ne représentes aucunement le degré de respectabilité que tu devrais m’inspirer. Je n’ai surtout aucun respect pour le travail que tu fais depuis que tu as pris le pouvoir en 2014, parce que tu n’as toi-même aucun respect pour la fonction que tu occupes.

Tu en as encore moins pour les citoyens qui payent ton salaire. Je peux comprendre que chaque être humain ait des divergences d’opinions concernant la politique mais quand tu diabolises insupportablement tes adversaires à répétitions en les traitant de racistes, d’Islamophobes, en clamant que l’indépendance serait la pire chose pour le Québec, il est clair pour moi que ta partisannerie fédéraliste n’a qu’un but : déposséder le Québec pour l’affaiblir et l’empêcher de devenir indépendant. Tous les moyens sont bons. Philippe, « slaque » la poulie! Tu fais un fou de toi! Et en passant, voudrais-tu dire à Barrette de se calmer le ponpon également?

Côté politique, tu dois bien savoir que je ne suis pas de ta gang. Je suis de ceux qui tu méprises tant : les indépendantistes. Tsé la gang que tu diabolises et qui pense qu’être autonome n’est pas un virus mortel. Malgré mon handicap indépendantiste à tes yeux, il m’est quand même donné d’être capable de reconnaître habituellement le travail d’un adversaire, même s’il fait parti d’un parti politique qui pense à l’envers de mes convictions. Malheureusement, je ne reconnais rien de bon dans ta manière de faire.

Philippe, tu représentes tout ce que je déteste d’un politicien. Tu te sers de belles phrases vides et tu accuses tous ceux qui ne pensent pas comme toi, gratuitement. Tu ne réponds pas aux questions de l’opposition et à te voir aller, on a l’impression que tu te dépêches de nous déposséder, avant de partir aux îles Jersey où tu as, semble-t-il, tes paradis fiscaux. Tu n’écoutes personne et tu vis dans ton bunker à l’abri des réalités de notre société. Tu sais très bien que les francophones ne votent pas pour ton parti et c’est pour ça que tu te fous de ce qu’ils peuvent penser de tes politiques. Tu penses qu’avec le système électoral en place, le parti libéral sera réélu facilement. Et si tu te trompais Philippe?

Tu es sûrement un être intelligent car tu es devenu neurochirurgien mais tu me fais la preuve que l’apprentissage d’un métier aussi noble soit-il, ne fait pas de la personne, un être empathique à la misère humaine. Philippe, après la campagne électorale d’Avril 2014, tu es devenu premier ministre du Québec, en t’acharnant uniquement à reprocher au PQ de vouloir faire un éventuel référendum. Faut le faire! Le peu que tu as osé promettre aux Québécois, tu ne l’as jamais respecté. Faut le faire aussi! Tu t’es lancé dans cette austérité extrême et incompréhensible à première vue, malgré le fait que ton parti était le grand responsable des finances publiques depuis les 10 dernières années.

En fait, il est clair que tu cherches à privatiser le système de santé pour le faire revenir 70 ans en arrière. Tu veux que les gens payent pour les services de santé, comme dans le temps de mes grands-parents. Il est clair que Barrette est ton « tueur à gage ». Tu n’as et n’a jamais eu aucune autre vision pour le Québec que de l’affaiblir à tous les niveaux. Tout ce que tu fais, tu le fais pour des raisons obscures qui nous laissent croire au pire. La commission Charbonneau nous a démontré le passé de ton parti et nous laisse croire que le futur ne sera pas mieux, si tu gardes le pouvoir. On dirait que, dans le parti libéral, le mensonge et le manque de transparence sont des critères d’admissibilité. Vous répétez tous ensemble des sophismes, vieux comme la terre, en pensant que tout le monde va vous croire indéfiniment.

La journée que tu t’apprêtais à divulguer ton budget, ton amie Nathalie Normandeau t’a « scoopé » en se faisant arrêter pour corruption. Oups! Un os dans la soupe? On dirait que Normandeau est devenu le bouc émissaire de votre passé libéral sous Charest. Penses-tu vraiment qu’elle va prendre le blâme pour vous tous? N’oublie pas que si elle se mettait à la table, en déballant tout ce qu’elle sait, vous seriez plusieurs dans le trouble. Dis moi Philippe, vous devez être plusieurs à avoir de la misère à dormir ces temps-ci? Ta ministre Vallée (madame « loi 59 ») a improvisé une conférence de presse pour nous faire croire que les 60 recommandations du rapport Charbonneau n’avaient pas été tablettées. Était-ce une demande de ta part? C’est drôle parce qu’elle avait beaucoup de misère à énumérer toutes les recommandations. Signe d’incompétence? Une improvisation très ordinaire de sa part.

François Legault a traité le parti libéral de « pourri » en réclamant le remboursement des sommes que Normandeau aurait accumulées illégalement, advenant le cas qu’elle soit reconnue coupable. Tout ce que tu as trouvé à dire c’est que Legault était celui qui alimentait le cynisme des Québécois envers les politiciens. Était-ce pire que les propos de ton ministre de la santé envers tous les adversaires de ses politiques? Aussitôt que vous êtes dans le trouble, vous crachez votre venin sur vos adversaires, sachant très bien que les citoyens les moins instruits de la population, n’y portent même pas attention. C’est pour ça que tu n’investis pas plus dans l’éducation Philippe?

Tu trouves cela correct de financer l’ignorance de ceux qui vont voter pour toi? Le parti libéral est le seul responsable du cynisme des citoyens envers la classe politique et tu le sais, Philippe. Tu refuses de reconnaître publiquement le sombre passé de ton parti parce que tu en étais un membre loyal et que tu ne veux sûrement pas subir le même sort que Normandeau. Toi aussi en tant que ministre de la santé, sous le règne de Charest, tu as amassé 100,000 par année illégalement, non? Philippe, le parti libéral est au pouvoir depuis 2003 et les finances publiques que tu as tellement critiquées, ne se sont pas détériorées en dix-huit mois de règne péquiste minoritaire. Tu sais très bien qu’un gouvernement minoritaire ne peut prendre aucune décision sans l’approbation de l’opposition. Tes arguments sont tellement ridicules que c’est pour ça que je te tutoie.

Après ton élection, tu avais dit vouloir prôner une ambiance plus saine à l’Assemblée nationale. Depuis, ton ministre de la santé joue les matamores avec Diane Lamarre, en l’intimidant sans arrêt. Il a fallu que Barrette refuse de s’excuser à « Tout le monde en parle » pour que tu mettes ton poing sur la table en lui demandant de le faire publiquement. Nous savons très bien qu’il va recommencer. Tu as l’air de croire que les anglophones et les allophones vont te tenir au pouvoir pour longtemps. Tu sous-estimes les francophones, Philippe. À force de les mépriser comme tu le fais, tu es en train d’éveiller quelque chose en eux, qui n’a aucun rapport avec l’idéologie d’indépendance du Québec ou à une révolution tranquille. N’oublie pas que si les francophones décident d’aller voter en masse contre toi, tu vas capoter man!

Tout ce que tu as fait depuis que tu as été élu, c’est de détruire toutes les structures que nous avons mis tant d’années à construire. Sous le règne de Charest, tu as été le ministre de la santé et en 2008, tu es parti travailler pour le privé. Des mauvaises langues disent que tu avais préparé ta sortie en légiférant une loi en faveur de ton futur employeur. Récemment, tu as dit vouloir augmenter de 10,000 immigrants par année en plus des 50,000 que nous recevons annuellement. Legault a voulu savoir pourquoi tu voulais en augmenter le nombre et tout ce que tu as trouvé à dire c’est qu’il soufflait sur les braises de l’intolérance. WOW! Arrête Philippe! Redeviens un homme d’État. Le rôle de l’Opposition est de poser des questions.

Concernant l’Islam radical, là tu perds le nord. Tu as déjà dit que le radicalisme religieux était un choix personnel. Je ne sais pas si ce sont tes années passer en Arabie Saoudite qui te fait dérailler de la sorte mais là je trouve que tu vas un peu trop loin. Ta loi 59 sur le discours haineux est une preuve que tu veux nous empêcher de critiquer l’Islam radical. Nous ne sommes pas contre les musulmans modérés qui vivent chez nous en paix, nous sommes contre cette idéologie meutrière qu'est l'Islam Politique. C'est toi qui fait des amalgames. Je trouve cela odieux de ta part. Pourquoi veux-tu nous fermer la gueule, quand tout le monde sait très bien que cette loi 59 diminuera notre liberté d’expression et permettras aux extrémistes Islamiques de venir recruter leurs guerriers chez nous. Tu en rendu là Philippe?

Tu as congédié Fatima Houda Pépin parce qu’elle insistait pour que tu prennes des mesures contre le radicalisme Islamique. C’est inquiétant de te voir aller Philippe. La seule chose qui me console, c’est que l’histoire du Québec se souviendra de toi comme du premier ministre de l’austérité, qui a tenté de tout privatiser en dépossédant ses citoyens. Tu as un passé que tu ne peux pas effacer. Tes relations avec Hans Black, Arthur Porter te suivent et nous font douter de toi. Avoue que tu ne fais rien pour nous rassurer. Je te prédis une chose Philippe. De la manière que tu es parti, tu vas prendre ta retraite de la politique aux prochaines élections et tu en seras le seul responsable. Tu n’es pas digne d’être notre Premier ministre. Je te souhaite une cuisante défaite parce que tu le mérites.

Featured f8673cb092102f4c1f4b4a992a443180

Alain Patenaude80 articles

  • 672 089

Je suis un Gatinois indépendantiste dans l'âme au-delà des idéologies poiitiques et non pas un vieux péquiste des années 70 du genre qui détestait les anglais parce que c'était cool. Je ne déteste personne. Je parle anglais et français et je trouve primordial que le Québec protège sa langue française, au détriment de ce que peuvent penser mes amis anglophones. Je suis originaire de St-Jean sur Richelieu et je vis dans l'Outaouais depuis 2010. J'ai vécu à Granby,, St-Hubert et Contrecoeur. Je crois que nous devrons, un jour, quitter ce beau grand Canada qui ne nous aime pas, pour voler de nos propres ailes. Nous sommes comme des adolescents qui doivent quitter le foyer familial pour fonctionner par eux-mêmes et ce, même si les parents ne veulent pas nous laisser partir. Je suis désillusionné de la politique d'ici et du fédéral. Écrire me permet d'évacuer mes frustrations et de structurer ma pensée. 





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    4 avril 2016

    Bravo et merci Alain pour ce si juste texte!

  • JaDe Deziel Répondre

    28 mars 2016

    Bravo Monsieur Patenaude! Notez que je mets la majuscule à Monsieur, ce que vous omettez avec tant de justesse au début de votre texte, mais que vous méritez.
    Comme Monsieur André Arsenault, je souhaite que votre lettre soit acheminée jusqu'aux bouffons qui y sont nommés, car si elle demeure limitée à Vigile, elle prêche à des convertis. Il faut que nos clowns sachent ce que l'on pense vraiment d'eux. Bandes d'ignares incultes qui se croient régnants ... sur une plèbe ignorante.
    Quand une ministre se permet de faire 22 fautes dans un texte de 15 lignes,j'ai nommé Charbonneau, quand un autre a inventé la roue à 3 boutons, Hamad, quand on ne compte plus les fourniaiseries, style "j'essaie qu'on travaille ...", J'essaie DE... Peut-être, Fournier! ciel! Quant à Barrette, on n'en parle même plus, c'est un grossier personnage, point final. Quand on est épais, on est épais. L'éducation ne vient pas avec l'instruction. Et, en passant, l'intelligence non plus: avoir des diplômes ce n'est qu'une question de mémoire des choses apprises.
    Être intelligent, c'est bien autre chose que ce qui sévit à Québec.
    Comment peut-on garder un minimum de respect pour ces parasites assistés sociaux de luxe? Je le répète, car je le proclame souvent nous sommes en IDIOCRATIE. Continuer d'aller voter pour du pareil au même en espérant un résultat différent est un signe de maladie mentale.

  • Archives de Vigile Répondre

    28 mars 2016

    Philippe Couillard, de la merde dans un bas de soie.
    C’est Napoléon qui le dit prémonitoirement à propos de Taylerand, prince de bien au vent semblable à notre canard boiteux.
    http://omnilogie.fr/O/Talleyrand%2C_de_la_merde_dans_un_bas_de_soie

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2016

    M, Patenaude, j'espère qu'il la recevra et la lira à l'assemblée nationale ou bien aller-lui la lire vous-même au parlement, votre lettre est tellement véridique et juste que ça ne doit pas laisser lettre morte, faites la parvenir au Devoir Soleil ou la Presse ou Huffington Post mais la population doit la lire CAR C'EST VRAIMENT UNE RÉALITÉ.