Liberté d'expression : le triomphe des censeurs et des fanatiques

64871128d94eff64ad0cc1be2c767cb9

« La gauche radicale croit avoir le monopole de la parole légitime sur les campus. »


Il y a quelques jours, le 9 janvier dernier , des militants caquistes voulant organiser un kiosque promotionnel à l’Université de Montréal comme cela arrive régulièrement dans le cadre de la rentrée scolaire ont été pris à partie par des militants d’extrême-gauche souhaitant empêcher sa tenue. La chose peut sembler banale aujourd’hui, tellement de semblables événements se répètent un peu partout ici et ailleurs: la gauche radicale croit avoir le monopole de la parole légitime sur les campus et considère que la liberté d’expression ne devrait pas être celle d’exprimer autre chose que ce qu’elle a envie d’entendre. Pour elle, on ne devrait pas autoriser les discours allant dans le sens contraire de sa conception de l’émancipation. Il faudrait proscrire les discours heurtant la sensibilité des «minorités» et plus particulièrement de ceux qui prétendent parler en leur nom qui seraient en droit de transformer l’espace public en safe space. Et pour cela, elle se croit à peu près tout permis. Elle cherche à faire annuler des conférences. À perturber la tenue de colloques. À empêcher la tenue d’un kiosque d’un parti politique dont elle condamne les idées. Quitte à hurler. Quitte à organiser une manifestation contre le conférencier. Quitte à faire des menaces à ceux qui l’invitent. La gauche radicale n’a pas d’adversaires légitimes mais des ennemis qu’elle voudrait mettre au ban de la cité. 


Il ne faut pas voir là une simple manifestation d’une jeunesse enthousiaste virant au fanatisme. Il ne faut pas croire non plus que ces jeunes brutes s’assagiront nécessairement en vieillissant. Car la remise en question de la liberté d’expression est une tendance lourde de la gauche radicale même dans son expression qui se veut la plus sophistiquée. La thèse est la suivante: ceux qui perturbent une conférence en hurlant contre le conférencier ou en bloquant comme ils le peuvent un kiosque ou un événement exercent à leur manière leur liberté d’expression. Pourquoi devrait-on leur dénier ce droit? En quoi ne serait-elle pas légitime? Ne sont-ils pas en droit de se faire entendre eux-aussi? Mieux encore: le véritable enjeu, aujourd’hui, serait la capacité d’expression des groupes que la sociologie victimaire subordonnées, qui ne pourraient se faire entendre autrement qu’en perturbant les règles du jeu, ce qui lui donnerait justement le droit de laisser de côté les exigences élémentaires de la civilité libérale. En d’autres termes, la véritable liberté d’expression, aujourd’hui, se trouverait du côté de ceux qui la contestent aux courants de pensée jugés «réactionnaires». Comment ne pas voir là une vision du monde qui puise directement dans l’imaginaire de la guerre civile?


On se demande qui se laisse sérieusement bluffer par une telle pirouette rhétorique terriblement orwellienne. Dans 1984, il nous rappelait les slogans du régime : la liberté c’est l’esclavage, la paix c’est la guerre, l’amour c’est la haine. Aujourd’hui, la gauche radicale nous dit: la liberté d’expression, c’est la censure. Car c’est bien de censure dont il est question. Une censure qui s’exprime non plus nécessairement par l’État, mais par des milices idéologiques qui ne tolèrent tout simplement pas qu’on ne voit pas le monde comme elles le voient. Cette gauche radicale théorise son désir de censure en le faisant passer pour une réinterprétation de la liberté d’expression. Il nous faut aujourd’hui confronter directement cette prétention qui relève de la fraude intellectuelle. La démocratie libérale repose sur la légitime expression d’une pluralité de points de vue sur l’avenir du monde et de la cité : elle suppose que les différents acteurs au cœur de la cité se reconnaissent au moins une légitimité minimale, donnant le droit de se faire entendre. Il faut surtout souhaiter que les différentes institutions qui devraient se donner comme mission la défense de nos libertés assument leurs responsabilités. L’université devrait être la première d’entre elles. Si elle ne défend pas la liberté de l’esprit, qui le fera?