Au Québec comme partout en Occident

Les deux affrontements idéologiques du monde moderne d'après M. Joseph Facal

Des pistes d'action pour les nationalistes

Tribune libre

Un passage fort éclairant du plus récent livre de M. Joseph Facal porte sur les deux affrontements idéologiques majeurs qui ont cours dans le monde d'aujourd'hui.

En voici un extrait:

"Le premier est la guerre livrée contre l'Occident par l'islamisme radical. Je demeure convaincu que ce dernier ne pourra pas ultimement triompher, malgré les souffrances qu'il répandra, parce qu'il n'a guère d'attrait pour l'immense majorité d'entre nous, qui le voit très justement comme un saut vers l'arrière de quelques siècles.

Le second affrontement découle de cette contestation menée de l'intérieur même de nos sociétés occidentales par les tenants de la fragmentation identitaire et du multiculturalisme radical, à laquelle résistent le sentiment populaire majoritaire et une frange minoritaire des milieux intellectuels."

(fin de l'extrait)

En quelques phrases claires, M. Facal nous fait prendre conscience que cette lutte entre deux idéologies antagonistes que nous faisons ici trouve son écho dans les autres pays occidentaux avec la même acuité.

Il ne fait pas de doute que ce sont là deux idéologies néfastes qui ne peuvent qu'affaiblir la nation québécoise si on leur cède toute la place qu'elles cherchent à prendre, au détriment des fondements de notre société dont l'homogénéité produit la force de cohésion sociale essentielle. Et c'est cette cohésion identitaire qui est le levier du désir d'émancipation des peuples.

En tant que nationalistes, il revient à nous de défendre le système de valeurs, le mode de vie, les traditions légués par nos ancêtres et de s'opposer au morcellement de notre culture majoritaire (mais majoritaire pour combien de temps encore?).


Source: Joseph Facal, Quelque chose comme un grand peuple, Boréal, 2010, p. 183.
Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie537 articles

  • 1 009 096

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale à l’aide sociale.

Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 530 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion depuis plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    23 mai 2010

    Tout à fait d'accord avec vous monsieur Tremblay
    Monsieur Facal devrait lire l'ouvrage de Webster G. Tarpley - La Terreur Fabriquée Made in USA - publié aux éditions Pleine-Lune, collection Résistances.
    Plus particulièrement le chapitre 15: “L'intégrisme islamique: une création de la politique étrangère des États-Unis”.
    Claude G. Thompson

  • Claude G. Thompson Répondre

    23 mai 2010

    Monsieur Labrie
    Vous écrivez :
    En tant que nationalistes, il revient à nous de défendre le système de valeurs, le mode de vie, les traditions légués par nos ancêtres et de s’opposer au morcellement de notre culture majoritaire (mais majoritaire pour combien de temps encore ?).”
    Monsieur Fortins écrit :
    “{Je crois qu’il manque une des confrontations les plus importantes qui caractérise les pays de notre "occident chrétien" à savoir l’émergence de nouvelles démocraties participatives orientées par des objectifs prioritaires du BIEN COMMUN versus les démocraties représentatives, de plus en plus discréditées par les scandales de corruption et dont les objectifs prioritaires sont d’ordre économique, le Bien commun devant s’y ajuster.”quote>
    Ces deux affirmations répondent admirablement aux sentiments qui m’habitaient au moment où j’ai décidé de participer au travail de préparation de l’Appel citoyen que nous avons lancé ce 20 mai sur Vigile. En tant que NATION libre et indépendante, nous pourrons pleinement mettre de l’avant nos traditions et nos valeurs face aux dangers de morcellement de notre culture et de notre identité.

    En signant l’Appel citoyen, nous donnons l’exemple d’une démocratie participative orientée par des objectifs prioritaires du BIEN COMMUN, et ce, à l’encontre de la partisannerie trop souvent corruptrice et oublieuse de ce même « bien commun ».
    Signons en masse l’Appel citoyen et donnons-nous le pays qui nous rassemble et qui nous ressemble.
    Appel à l’UNION et la CONCERTATION - Une proposition citoyenne
    Claude G. Thompson

  • Archives de Vigile Répondre

    22 mai 2010

    "Le premier est la guerre livrée contre l’Occident par l’islamisme radical"
    C'est drôle, les évidences démontrent le contraire. C'est bien le capitalisme radical qui agresse les pays musulmans. Iraq, Afghanistan, Ossétie, Liban, Syrie, Iran, etc...
    M. Facal fréquente trop Point de Bascule, je crois.

  • Archives de Vigile Répondre

    21 mai 2010

    Je crois qu'il manque une des confrontations les plus importantes qui caractérise les pays de notre "occident chrétien" à savoir l'émergence de nouvelles démocraties participatives orientées par des objectifs prioritaires du BIEN COMMUN versus les démocraties représentatives, de plus en plus discréditées par les scandales de corruption et dont les objectifs prioritaires sont d'ordre économique, le Bien commun devant s'y ajuster. Dans le premier cas ce sont les intérêts économiques qui doivent se subordonner aux exigences du bien commun. Dans le second cas, c'est l'inverse. Cette situation est clairement illustrée en Amérique latine avec les pays émergents que sont le Venezuela, la Bolivie, l'Équateur, le Nicaragua et avec les organismes régionaux dont ils se dotent UNASUR, ALBA,MERCOSUR. La résistance des États-Unis (7 bases militaires en Colombie, coup d'État militaire au Honduras, des campagnes de désinformation des plus agressives et des budgets astronomiques pour les déstabiliser) appuyés par les oligarchies nationales en révèle toute son importance. Monsieur Facal n'est pas sans être bien au fait de cette affrontement entre un Occident capitaliste et peu démocratique et un Occident socialiste, nouveau genre, fondé sur la démocratie participative. Il s'est déjà permis quelques articles qui n'étaient pas de nature à donner l'heure juste sur les sujets abordés.Je pense particulièrement à la réforme de l' éducation au Venezuela. Je me souviens que M. Serge Charbonneau y avait apporté des mises au point plus que substancielles.