Les confessions d’un traître

62202d405ae1ee6585d54bf1552270a9

La gauche a fait un virage à 180 degrés


Il y a quelques mois, j’ai accordé une longue entrevue à Stéphan Bureau à la radio de Radio-Canada.


Son invitation m’a pris par surprise.


Moi, entrer à Radio-Canada par la grande porte ?


Wow, je n’avais pas fait ça depuis des lustres.


Aurais-je besoin de gardes armés ? Devrais-je porter un masque pour éviter que des employés de la vénérable société d’État ne me voient et fassent une crise cardiaque ?


Devrais-je porter un uniforme spécial pour ne pas contaminer le studio avec mes idées abjectes ?


Une volte-face spectaculaire


Quand l’entrevue a été diffusée, le 5 janvier dernier, Radio-Canada a publié un texte sur son site internet disant que la volte-face idéologique que j’ai effectuée il y a quelques années était l’une des plus spectaculaires du monde médiatique québécois.


Comment diantre peut-on passer de chroniqueur chouchou de la gauche à Voir à polémiste de droite chez Québecor ?


Vite, je devais m’expliquer, rendre des comptes, montrer un billet du médecin, n’importe quoi pour expliquer cette transformation radicale et monstrueuse !


Qui sait ? Ému d’être de retour dans un studio de Radio-Canada et de pouvoir croiser Sa Sainteté Guy A. dans un corridor, je finirais peut-être par éclater en sanglots devant Stéphan Bureau et par demander pardon pour mes errements...


Après tout, tout le monde a droit à une seconde chance.


Chaque fois qu’on s’étonne de mon pseudo-revirement idéologique, je pose toujours la même question.


Et si je n’avais pas changé ? Et si j’étais resté EXACTEMENT à la même place, mais que c’était la gauche et la droite qui avaient joué à la chaise musicale ?


La gauche recule


Avant, la gauche combattait la censure. Maintenant, elle la réclame.


Avant, la gauche ridiculisait la religion. Maintenant, elle protège les intégristes.


Avant, la gauche souhaitait que les cultures se mélangent. Maintenant, elle appuie le communautarisme.


Avant, la gauche était libertaire. Maintenant, elle est puritaine.


Avant, la gauche voulait que les femmes se promènent les seins à l’air. Maintenant, elle veut que les femmes fassent preuve de pudeur et crie au sexisme dès qu’on voit un bout de cuisse.


Avant, la gauche aimait les débats, les confrontations d’idées. Maintenant, elle réclame des « safe spaces » dans les universités.


Avant, la gauche défendait les intérêts des petits travailleurs menacés par la mondialisation et l’ouverture des frontières. Maintenant, la gauche rêve d’une immigration massive qui tirerait les salaires vers le bas et ferait le bonheur du grand capital.


Avant, la gauche défendait la laïcité. Maintenant, elle la condamne.


Avant, la gauche se battait au nom de la nation. Maintenant, elle rêve de détruire la nation.


Avant, la gauche était progressiste. Maintenant, elle est régressive.


Perdre 30 ans


Alors, je repose ma question.


Est-ce moi qui ai changé ? Ou est-ce la gauche qui a trahi ses idéaux ?


« Quand les faits changent, je change d’avis », disait l’économiste John Maynard Keynes.


Au cours des dernières années, la gauche a effectué la plus spectaculaire volte-face de toute l’histoire des idées.


Et il ne faudrait pas broncher d’un iota ?


Si à 56 ans, tu penses comme tu pensais à 26 ans, tu as perdu 30 ans de ta vie.


Tu n’as rien appris. Tu n’as pas évolué.