NEUTRALITÉ RELIGIEUSE DE L’ÉTAT

Legault en appelle au sens des responsabilités de Couillard

Le chef de la CAQ estime qu’il est plus que temps de régler la question de la laïcité dans les institutions publiques

Cfc2c86b764165a78a63b4b0a829438c

Il s'époumonne en pure perte

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, appelle le chef du gouvernement Philippe Couillard au sens des responsabilités. Il doit faire connaître sans tarder un projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État, a-t-il argué mardi.

« Il est temps qu’on règle cette question-là », a-t-il déclaré à la presse deux semaines après les attaques contre le magazine satirique Charlie Hebdo et l’épicerie Hyper casher à Paris. « Philippe Couillard n’a pas raison d’attendre, c’est inacceptable qu’on attende, on a déjà trop attendu dans le dossier de la laïcité au Québec. On doit agir », a-t-il ajouté.

M. Legault reproche au premier ministre libéral de tomber dans l’« amalgame » entre l’intégrisme religieux — voire le terrorisme — et l’islam en attribuant un nouveau report du débat sur la neutralité religieuse de l’État au Québec aux attentats de Paris. « Je l’entendais [lundi] dire qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre la lutte contre les intégristes, les extrémistes — appelons-les comme on voudra — et le dossier de la laïcité et des accommodements raisonnables. Pourtant, il est le premier à faire un amalgame », a-t-il affirmé à l’occasion d’un point de presse à Sorel-Tracy. À l’automne dernier, il avait fait de même au lendemain des attentats contre des membres des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu et Ottawa, a rappelé le chef caquiste. « Pourquoi mélange-t-il les deux dossiers ? Ce sont deux dossiers séparés, on aurait dû agir depuis longtemps, suite au rapport Bouchard-Taylor, et moi je ne vois pas de raison pourquoi Philippe Couillard a renié sa promesse à l’automne de déposer un projet de loi, qu’il renie encore une fois sa promesse de déposer un projet de loi ce printemps. »

À ses yeux, le premier ministre Philippe Couillard a manifesté une grande « insensibilité » à aborder « tous les dossiers qui touchent l’identité québécoise », et ce, depuis son élection à la tête du gouvernement du Québec.

La CAQ propose d’interdire le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité — juges, procureurs de la couronne, policiers, gardiens de prison —, en plus des enseignants à pied d’oeuvre dans les écoles primaires et secondaires. M. Legault invite les élus libéraux à se rallier à cette « proposition qui pourrait être rassembleuse ».« Faut-il l’adapter, l’ajuster un peu ? On est ouverts à ça », a dit le chef caquiste.

M. Legault s’est toutefois dit opposé à mettre à l’abri les employés de l’État embauchés avant l’éventuelle adoption d’une charte de la laïcité d’une interdiction de port de symboles religieux. « On ne voit pas pourquoi on créerait une “clause orphelin” pour les jeunes, pourquoi les plus vieux auraient des droits que les plus jeunes n’ont pas », a-t-il soutenu.

D’ailleurs, de plus en plus d’élus péquistes souscrivent à la proposition de la CAQ, a-t-il fait remarquer. Le candidat à la chefferie du PQ Alexandre Cloutier fait partie du lot.

Les conclusions du rapport Bouchard-Taylor — limitant l’interdiction du port de signes religieux aux fonctionnaires incarnant l’autorité de l’État — constituent « le minimum des minimums », selon M. Legault. « Philippe Couillard devrait être d’accord. [Pourtant], il se fâche. »


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé