Legault accusé de jeter de l’huile sur le feu

296751151c4434fc994c329cce50a1b6

Inversion du réel : ce sont les Mohawks qui ne respectent pas la loi !


Les Mohawks accusent François Legault de faire grimper la tension sur la réserve de Kahnawake en évoquant la présence d’armes et en demandant à la Sûreté du Québec (SQ) d’intervenir.


Hier, le Canadien Pacifique a obtenu une injonction qui rend illégaux les blocus sur ses rails partout dans la province. 


« Je suis assez vieux pour m’en rappeler, d’Oka. On sait qu’il y a des Mohawks qui sont armés, donc on est très prudents. Mais j’ai confiance que la SQ va réussir à démanteler les barricades », a rapidement commenté le premier ministre du Québec.


Cette déclaration a choqué les membres de la réserve de Kahnawake, sur la Rive-Sud, qui occupent les rails de la ligne de trains de banlieue de Candiac depuis le 10 février.


Enflammer la situation


« Il n’y a pas d’armes ici. Il y en a qui possèdent des fusils à pompe et des hameçons, mais ce n’est pas la question, ici. Il [M. Legault] devrait être prudent. Il ne fait qu’enflammer la situation au Québec », a répondu le secrétaire de la nation mohawk de Kahnawake, Kenneth Deer.


Ce dernier a souligné que son groupe n’a pas l’intention de partir tant que la situation avec la communauté de Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique, qui se bat contre le passage d’un gazoduc, ne sera pas réglée.


Hier après-midi, une rétrocaveuse a fait plusieurs allers-retours avec des blocs de béton afin de fortifier la barricade entravant le chemin menant au blocus.


« Ce n’est pas une bonne idée [que la SQ intervienne sur la réserve]. On se souvient tous de la crise d’Oka. On ne veut pas revivre ça », a indiqué M. Deer.


En fin de soirée, l’injonction n’avait toujours pas été signifiée officiellement aux membres du blocus, malgré la venue plus tôt de Peacekeepers. La SQ n’avait pas non plus reçu de demande pour intervenir.


– Avec l’Agence QMI