Le saut de puce des jeunes libéraux

74d23b87a4a3df669e233eb442f9c349

« Le Québec n’est ni un assemblage disparate de communautés ni la juxtaposition irrévocable d’une majorité canadienne-française et de minorités dont on voit mal leurs contours précis. »


Ils ont décidé en réunion et annoncé à grand fracas qu’ils passaient du multiculturalisme à l’interculturalisme comme s’ils avaient réussi leur révolution culturelle : le formidable bond en avant n’aura été qu’un pas de clerc. Le multiculturalisme définit une société comme un assemblage de communautés ethnoculturelles alors que l’interculturalisme définit le Québec comme la juxtaposition d’une majorité ethnoculturelle (les Canadiens français) et des minorités ethnoculturelles. Les deux conceptions ont la même approche ethnoculturelle qui disqualifie toute tentative de différenciation entre elles : pour faire court, l’interculturalisme n’est que la version OGM du multiculturalisme. Le Québec n’est ni un assemblage disparate de communautés ni la juxtaposition irrévocable d’une majorité canadienne-française et de minorités dont on voit mal leurs contours précis. Le Québec a tous les attributs d’une nation.


Que le parti d’Adélard Godbout, de Jean Lesage et de Robert Bourassa, hommes d’État réformateurs (René Lévesque était membre du gouvernement Lesage), attachés aux libertés et au bien public (la res publica), soucieux des aspirations nationales de leur peuple, en soit rendu à n’être plus qu’un parti de substitution propre à faire de la figuration dans les cercles cossus du West Island et de l’Outaouais nous laisse pantois, et ce n’est pas en agitant la bannière de l’interculturalisme qu’il nous convaincra du bien-fondé de sa pertinence. Tant qu’il ne renouera pas avec la ligne de ses illustres prédécesseurs, il ne sera qu’un parti, certes appuyé par les Anglo-Québécois et la plupart des néo-Québécois, voué à représenter des intérêts sectoriels et à défendre des signes religieux incompatibles avec le bien public.


Depuis un quart de siècle, le Parti libéral du Québec nous entraîne de déception en déception parce qu’il a rompu avec sa raison d’être, celle d’un parti de pouvoir capable d’assumer les fonctions de l’État et les aspirations de la nation.









LE COURRIER DES IDÉES


Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!













En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.