Projet de loi 96 

Le PQ propose l’artillerie lourde

Éducatrices en CPE : des augmentations salariales s’imposent

Tribune libre

 


 


Dans son projet de réforme de la loi 101, le Parti québécois (PQ) propose des mesures qui vont plus loin que la Coalition avenir Québec (CAQ), notamment au chapitre de l’application de la loi 101 dans les cégeps, à savoir qu’il interdira aux francophones et aux allophones de fréquenter un cégep de langue anglaise au Québec. 

Au chapitre de l’immigration, le PQ abaisserait le nombre d’immigrants accueillis annuellement sans toutefois en préciser le nombre , en plus d’’exiger une connaissance préalable du français. Parmi les autres mesures, le PQ propose de créer un bureau de promotion du contenu québécois, qui aurait comme mandat de promouvoir les productions québécoises auprès des géants du web, comme Netflix. 

De plus, les étudiants des cégeps anglophones, y compris ceux qui ont fait leur parcours scolaire en anglais, devront réussir un test de français écrit pour obtenir leur diplôme collégial, une mesure qui vise à s’assurer que les étudiants anglophones seront capables de travailler en français au Québec.

À mes yeux, l’application de la loi 101 au secteur collégial m’apparaît comme un incontournable si le Québec désire véritablement s’attaquer au déclin du français. La proposition de contingentement du nombre d’élèves francophones dans les cégeps anglophones de la CAQ ne fait que privilégier les élèves les plus doués tout en stigmatisant le français comme une langue de second ordre. 

En bref, l’anglicisation galopante du Québec, notamment de la région de Montréal, a besoin d’un électrochoc que seule l’artillerie lourde arrivera à freiner

Éducatrices en CPE : des augmentations salariales s’imposent

Actuellement en CPE, le salaire d’une éducatrice à l’enfance qualifiée détentrice d’un DEC débute à 18,98 $ de l’heure et plafonne à 25,15 $ après dix ans de service. Par ailleurs, une préposée en CHSLD détentrice d’un DEP gagne 26 $ de l’heure pour répondre aux besoins de base des personnes âgées, et une éducatrice spécialisée détentrice d’un DEC gagne 23,12 $ de l’heure dans un CIUSSS pour des tâches similaires aux éducatrices dans un CPE.

Le rôle des services de garde éducatifs à l’enfance est essentiel pour des milliers de parents désireux de répondre adéquatement aux besoins du travail-famille. À l’heure actuelle, les salaires demeurent un obstacle majeur pour recruter et retenir la main-d’œuvre qui accueille et prend soin de ce que les parents québécois ont de plus précieux, leurs enfants.

Avec l’avancée des connaissances sur le développement de l’enfant ainsi que sur l’importance d’agir tôt pour assurer son plein épanouissement, l’éducatrice à l’enfance d’aujourd’hui doit soutenir et guider le développement des enfants en les accompagnant selon leurs besoins, leur niveau de développement et cela pour favoriser leur développement global, soit physique, cognitif, affectif et langagier.

En ne reconnaissant pas leurs compétences à leur juste valeur, le gouvernement Legault échappe à son rôle de « bon père de famille »r auprès des cellules familiales québécoises. Mais qu’est-ce qu’on attend pour reconnaître enfin le rôle primordial des éducatrices en CPE et leur verser un salaire digne de leur contribution exceptionnelle, voire essentielle à la qualité de vie de milliers de familles québécoises?


Henri Marineau, Québec




 





Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1593 articles

  • 1 131 470

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé