Réaction à l'article de Caroline Moreno

Le nécessaire changement d'attitude et de mentalité

Tribune libre


Dans son article intitulé « La République libre du Québec », publié sur cette tribune en date du 16 août, Caroline Moreno montre du doigt une vérité de La Palisse difficilement contestable :
« Mais, créer des mouvements et des partis politiques ne mènera nulle part si un changement d’attitude, de mentalité, ne s’opère pas. »
En ce qui concerne le changement de mentalité, Mme Moreno apporte une proposition intéressante en mettant les points sur les « i » en ce qui concerne les raisons qui doivent nous motiver à revendiquer « ce qui nous appartient » :
« Il faut comprendre que nous ne volons rien à personne. Nous voulons préserver ce qui nous appartient. Nous n’avons pas de permission à demander au Canada. Nous n’avons de compte à rendre qu’au peuple québécois. »
Pour ce qui est du changement d’attitude, Caroline Moreno aborde, à mon avis, une démarche pédagogique lorsqu’elle affirme ce qui suit :
« Ce que nous voulons, c’est prouver à tout le monde que nous sommes capables de diriger notre propre pays nous-mêmes. »
À partir du moment où nous désirons « prouver à tout le monde que nous sommes capables de diriger notre propre pays nous-mêmes », nous n’avons guère d’autres choix que de mettre sur la table et de promouvoir les arguments qui serviront de balises pour canaliser les énergies nécessaires pour enclencher la mobilisation des Québécois autour de l’accession à leur indépendance.
Dans de telles conditions, la création de « mouvements et de partis politiques », animés par des politiciens, partisans, sympathisants, voués entièrement à l’indépendance du Québec, constituera un véhicule solide pour autant que les Québécois comprennent qu’ils doivent préserver ce qui leur appartient et que les chefs de file, peu importe leur statut, réussissent à leur prouver qu’ils sont capables de diriger leur propre pays eux-mêmes.
Henri Marineau
Québec

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1781 articles

  • 1 209 785

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé