ANALYSE

Le lapsus de Jean Charest sur la partition

L'âme des peuples se trouve dans leur histoire


Manifestation de Canadiens anglais, pour le camp du non, à Montréal pendant la campagne référendaire de 1995. Photothèque Le Soleil
Lors du référendum de 1995 sur l'indépendance du Québec, le vice-président du comité du NON, Jean Charest, menaçait les Québécois de perdre le passeport canadien qu'il brandissait sur les tribunes. Mais près de 50% des Québécois se prononcent quand même pour le OUI.
Puis au cours de la campagne électorale fédérale de 1997, Jean Charest, chef du Parti progressiste-conservateur du Canada, fait une déclaration inquiétante rapportée par Paul Wells: «[Canada is divisible and Quebec may be too->15426], Progressive Conservative leader Jean Charest said yesterday [...] On the even-thornier question of partition - the possibility that parts of Quebec may stay in Canada while the rest secedes - Charest said it would be "on the table" after a Yes vote. [...] As he did before the 1995 referendum and has done since, Charest said a Yes vote would be "a black hole" in which "there are no rules".» (The Gazette, 20 mars 1997)
Le ROC (Rest of Canada) offre alors un pont d'or à Jean Charest pour qu'il quitte la direction du Parti progressiste-conservateur du Canada (resté dans l'opposition après les élections) afin qu'il vienne au Québec pour sauver le Canada. C'est ainsi qu'en 1998, Jean Charest devient chef du Parti libéral du Québec; il devient même premier ministre du Québec en 2003.
[Il a réitéré sa menace de partition pendant la campagne électorale de 2007->5110]: «Jean Charest a affirmé hier en anglais Je ne crois pas que le Québec serait indivisible après un OUI. Mais dans un communiqué diffusé en catastrophe à 18h38, il a soutenu avoir commis un "lapsus"» (Le Devoir, 7 mars 2007). Or on sait qu'en psychanalyse, le lapsus est un acte manqué: «Comme pour tous les actes manqués, S. Freud y décèle la présence d'un conflit entre une intention consciente et un désir inconscient, ce dernier trouvant à s'exprimer dans la lettre même du mot. Du point de vue de l'inconscient, l'acte manqué est donc un acte réussi.» (Dictionnaire de psychologie, Presses universitaires de France, 1991)
Le lendemain de ce "lapsus" révélateur, «Jean Charest a refusé hier de s'engager, quoiqu'il advienne, à se porter à la défense de l'intégrité du territoire québécois. [...] Il a toutefois admis qu'il ne "condamnerait" pas ceux qui plaideraient pour la partition. » (Le Devoir, 8 mars 2008). Le Parti libéral est néanmoins réélu en 2007, mais minoritaire cette fois. Avant l'élection du 8 décembre prochain, il est important que l'actuel premier ministre s'engage clairement à défendre l'intégrité du territoire québécois.
Rappelons que conformément au droit international, «le territoire du Québec et ses frontières ne peuvent être modifiés qu'avec le consentement de l'Assemblée nationale.» (article 9 de la Loi sur l'exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l'État du Québec, entrée en vigueur le 28 février 2001).
D'ailleurs, la Constitution du Canada stipule que les «frontières interprovinciales [...] ne peuvent être modifiées que par proclamation du gouverneur général [...] autorisée par des résolutions du Sénat, de la Chambre des communes et de l'assemblée législative de chaque province concernée».(article 43a de la Loi constitutionnelle de 1982).
François-Xavier Simard, médecin et anthropologue
Québec

Featured 1042bf3f13d7f9cc50f46ab59ea94f82

François-Xavier Simard21 articles

  • 15 120

Auteur du livre {[Le vrai visage de Pierre Elliott Trudeau->http://qc.novopress.info/2860/le-vrai-visage-de-pierre-elliott-trudeau/]} (Les intouchables, 2006)

Originaire du Saguenay, François-Xavier Simard est docteur en médecine. Il est aussi titulaire d’un diplôme en sciences naturelles de l’Université de Paris et de certificats en anthropologie, en paléontologie et en génétique. Il a enseigné à la Faculté de médecine de l’Université Laval, puis il a travaillé à la Régie de l’assurance maladie et au ministère de la Santé du Québec. Il est aujourd’hui retraité.





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé