Le Guatemala décrète l’Etat de siège après la mort de trois militaires

3c420e753d29c64120623a4441cfbf85

L'Amérique centrale est une région minée par la violence, la corruption et le narcotrafic


Le président du Guatemala, Jimmy Morales, a décrété mercredi l’Etat de siège après une embuscade, menée selon les autorités par des narcotrafiquants, qui a coûté la vie à trois soldats.


Cette même attaque a fait trois blessés parmi les militaires. Deux autres, portés disparus dans un premier temps, ont été localisés et sont sains et saufs, a dit le ministre de la Défense, Luis Ralda, à des journalistes.


L’Etat de siège limite les droits constitutionnels, comme la liberté de circuler, de réunion, de manifester et de porter des armes, dans une vingtaine de municipalités du nord-est du pays, selon le message de la télévision d’Etat.


L’embuscade contre les soldats a eu lieu mardi à El Estor (nord-est), au moment où une unité militaire se rendait sur le lieu d’atterrissage d’un petit avion, a déclaré à des journalistes Oscar Pérez, le porte-parole de l’armée.


Une fois le décret adopté par le Parlement, l’Etat de siège entrera en vigueur durant 30 jours.


Ces groupes de narcotrafiquants «affectent l’ordre constitutionnel et la sécurité de l’Etat (...) mettant en péril la vie, la liberté, la justice, la sécurité et la paix», souligne le décret.


Les Etats-Unis estiment que 90% de la cocaïne arrivant sur son territoire transite par le Mexique et l’Amérique centrale à bord de petits avions, de bateaux ou de sous-marins.