Le Génocide culturel des francophones au Canada<br>Synthèse du déclin du français au Canada

Le système fédéral canadien est le tombeau du fait français au pays.

L'âme des peuples se trouve dans leur histoire

Présentation
Le système fédéral canadien est le tombeau du fait français
au pays.
On nous a dit qu’avec la Confédération de 1867, qui
marque la fondation du Canada tel qu’on le connaît
aujourd’hui, on allait réparer les affres de la Conquête
anglaise de 1760 et permettre aux Canadiens français d’être
reconnus en tant que « peuple fondateur ». On nous a dit
que, par ce « pacte », le gouvernement fédéral canadien
serait le fiduciaire des francophones au Canada et qu’il assurerait
leur survie et leur épanouissement. Et on nous a dit
que la Constitution de 1982 et sa Charte des droits allaient
garantir les droits des minorités francophones.
La réalité est toute autre! D’ailleurs, seule la version
anglaise de la constitution canadienne a cours légal et, à ce
jour, une version française n’a toujours pas été adoptée. Le
symbole est fort!
Accepter les prétentions fédérales, c’est oublier que le
Canada s’est construit sur une volonté d’assimiler la gênante
minorité francophone du pays et que les chiffres, si l’on
prend la peine de les chercher et de les regarder, parlent
d’eux-mêmes : les francophones au Canada subissent depuis
1867 un déclin qui les mènera à terme à la disparition. En
fait, le sort en est jeté pour les francophones hors Québec,
hormis peut-être au Nouveau-Brunswick. Les lois antifrancophones
et assimilatrices ont rempli leur rôle à tel point
que le poids démographiques des francophones au Canada
anglais est si peu élevé qu’il ne justifie plus la présence d’ins4
titutions françaises telles que les universités ou les hôpitaux.
Et au Québec même l’avenir du français est menacé.
Les chiffres et les rappels historiques présentés dans ce
livre sont éloquents. Sans des lois d’exception telles que la
loi 101 faisant du français l’unique langue officielle au
Québec, loi adoptée sous un gouvernement du Parti
Québécois malgré l’opposition farouche du Parti libéral du
Québec (pour qui le financement et le soutien de la minorité
anglaise du Québec sont indispensables à son élection),
et sans l’indépendance du Québec pour enfin doter les francophones
d’Amérique d’un foyer national et d’un État libre
et indépendant, le sort des francophones est scellé.
Cet ouvrage devrait faire comprendre l’urgence d’agir.
Pour paraphraser Pierre Vadeboncoeur, face à ce génocide
en douce, nous n’avons qu’un choix : ou nous gouverner, ou
disparaître...
----
Voici le texte intégral (491k - 50 pages) du livre, en format PDF.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé