La tragédie de Lac-Mégantic, 5 ans déjà!

Le devoir de mémoire

Position des partis sur la sécurité ferroviaire

24f636d92601dc0b851020afd2466e20

Tribune libre

Selon Wikipédia, le devoir de mémoire est une expression qui désigne une obligation morale de se souvenir d'un événement historique tragique et de ses victimes afin de faire en sorte qu'un événement de ce type ne se reproduise pas. Lors des célébrations ayant souligné le cinquième anniversaire de la tragédie de Lac-Mégantic, nombreux ont été les commentaires faisant allusion au devoir de mémoire.


Toutefois, je ne crois pas que ces commentaires, en général, intégraient la notion « de faire en sorte qu'un événement de ce type ne se reproduise pas » alors que, dans les faits, il m’apparaît essentiel que cette section de la définition du devoir de mémoire joue son rôle pour éviter qu’un tel rituel ne fasse appel qu’au souvenir des victimes, quoique essentiel dans le processus de guérison des proches ayant perdu un être cher.


À cet effet, il est primordial de se souvenir que, jusqu’à aujourd’hui, aucun responsable n’a été reconnu coupable de quelque négligence reliée à ce drame catastrophique et ce, même si des soupçons crédibles pèsent sur les dirigeants de la compagnie ferroviaire Montreal Maine & Atlantic (MMA).


Une situation inacceptable qui devra bien, un jour, ressortir de l’ombre et faire en sorte qu’un véritable devoir de mémoire soit enfin révélé au grand jour et tourner la page sur ce volet caché de la tragédie de Lac-Mégantic qui a causé la mort de 47 personnes!


 


Position des partis sur la sécurité ferroviaire


Québec solidaire


La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, réclame d’abord et avant tout une commission d’enquête publique sur la tragédie.


« Comment ça se fait qu’il n’y a jamais eu d’enquête publique là-dessus? Il y a quelque chose d’incompréhensible là-dedans. C’est des vies humaines, mais au-delà de cela, c’est tout un village qui est stressé, qui n’a pas vu ses demandes comblées avant tout dernièrement. Il faut remettre en question nos anciennes pratiques et une enquête publique nous aiderait à le faire », a indiqué Manon Massé.


Coalition avenir Québec


Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, souhaite de son côté la construction imminente de la voie de contournement.


« Je pense que ça va être difficile de tourner la page sur ce drame tant que la voie de contournement ne sera pas réalisée. Il est plus que temps que les deux ministres s’entendent et avec l’accord de la mairesse actuelle pour être certain que la population soit rassurée », a insisté François Legault.


Parti québécois


Jean-François Lisée du Parti québécois veut plutôt attirer l’attention sur les trains à la dérive. En 2017, 44 incidents semblables ont été répertoriés au Bureau de la sécurité des transports, un sommet depuis 10 ans.


« Je suis renversé d’apprendre que cinq ans après un évènement qui a été causé par l’absence de freins automatiques lorsqu’un train se déplace de façon involontaire, il n’y a toujours pas de mécanisme pour empêcher ça et que le nombre de mouvements involontaires de trains augmente d’année en année », a pour sa part fait valoir Jean-François Lisée.


Parti libéral


Le dernier et non le moindre, le ministre des Transports du Québec, André Fortin, a justifié son refus de modifier le tracé de la voie de contournement.


« Ce qu’on veut dans le projet qui est mené par le gouvernement fédéral, c’est de s’assurer qu’on a le tracé le plus sécuritaire possible. Le tracé qui a été sélectionné par le gouvernement fédéral et pour lequel on s’inscrit financièrement est le tracé où on peut le mieux assurer la sécurité tant des utilisateurs du train que des gens du voisinage. C’est le tracé qui va être privilégié et auquel on est venu après plusieurs années d’études », a conclu le ministre.




www.sympatico.ca/actualites/nouvelles/regions/estrie/securite-ferroviaire-les-partis-provinciaux-prennent-position-1.4014998



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1203 articles

  • 1 171 225

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé