Le Conseil des musulmans commandite l’extrémisme

2bf1a44aedbfdd6179a44298cb3f06e9

La vraie nature du multiculturalisme de Trudeau

PHOTO D'ARCHIVES, CHANTAL POIRIER

Le président du Conseil national des Musulmans du Canada, Stephen Brown




Le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) est une organisation islamiste de plus en plus influente. Amira Elghawaby par exemple, la controversée commissaire contre «l’islamophobie», entrée en fonction cette semaine, a travaillé cinq ans pour le CNMC.


Stephen Brown, son président, a comparé la loi 21 au racisme anti-noir. L’organisation conteste cette législation grâce à des subventions de villes canadiennes-anglaises. Ceci est illégal selon une poursuite contre Toronto soutenue par l’organisme Justice pour le Québec que je préside.


Parallèlement, Brown a pris la parole lors d’un congrès à Toronto en décembre dernier qui était notamment commandité par le CNMC. Jagmeet Singh, le leader du NPD, y était aussi. La présence d’orateurs extrémistes en dit long sur les valeurs du CNMC.


Conspiration terroriste


On compte l’imam Siraj Wahhaj. Dans le passé, celui-ci a comparé l’homosexualité à une maladie et s’en est pris au fait que, à Toronto, des musulmans modérés voulaient créer une mosquée ouverte aux gais (ce qui a été fait depuis). Il fallait refuser cela même si la loi le permettait. «Nous ne les laisserons pas établir cette mosquée [...] nous lutterons contre eux, ces homosexuels devront bloquer l’accès à leur mosquée».


Wahhaj s’est aussi rendu célèbre suite au premier attentat terroriste contre le World Trade Center en 1993. Le gouvernement américain l’a désigné comme un des «co-conspirateurs» potentiels de cette attaque, ce que l’intéressé (qui n’a pas été accusé) dément.


Adam al-Kawthari est un autre exemple. Il défend le coupage de main en cas de vol. Je vous rassure toutefois, il s’est défendu ensuite en disant que cela doit s’appliquer seulement dans les pays islamiques, comme si cette pratique devenait ainsi moins barbare!


Dans un livre publié il y a quelques années, il explique aussi qu’un homme peut battre sa femme, mais pas fort, je vous rassure, et seulement si certaines conditions sont remplies! Lesquelles? Si «elle commet des abus physiques ou verbaux ou si elle viole les règles de l’islam».


Al-Qaida


Que dire par ailleurs de Ustadh Yahya Rhodus? En 2004, alors qu’il suivait une formation religieuse au Yémen, cet Américain converti à l’islam a été interviewé par la chaîne télévisée australienne ABC. Il a refusé de condamner Al-Qaida en prétextant qu’il n’était pas assez informé sur le sujet. Trois ans plus tôt, ce groupe terroriste avait pourtant revendiqué l’assassinat de presque 3000 des concitoyens de M. Rhodus lors des attentats du 11 septembre.


Mentionnons aussi Mufti Hussain Kamani, de l’institut Qalam. Cette organisation a produit un manuel qui enjoint notamment aux musulmans d’être propres et purs de façon à «ne pas ressembler aux Juifs». Kamani a par ailleurs déclaré que dans la religion islamique les gens qui commettent l’adultère ou ont des relations sexuelles hors mariage doivent être lapidés à mort.


Notons ici qu’Ottawa subventionne le CNMC pour un total de 635 423$ pour la période allant de 2018 à 2024. Une partie de cet argent est censé servir à la promotion du multiculturalisme, à lutter contre le racisme, contre «l’islamophobie»... et contre la haine! Parallèlement à tout cela, les fédéraux vont contester la loi 21 en Cour suprême.


C’est ça le Canada. D’une part, on finance le Québec bashing, l’antisémitisme, la misogynie et l’homophobie. D’autre part, on attaque en justice la laïcité québécoise.

 


Featured 65d96e9d8ad13130adc633d7299cf21e

Frédéric Bastien166 articles

  • 71 452

Titulaire d'un doctorat en relations internationales de l'Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, Frédéric Bastien se spécialise dans l'histoire et la politique internationale. Chargé de cours au département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal, il est l'auteur de Relations particulières, la France face au Québec après de Gaulle et collabore avec plusieurs médias tels que l'Agence France Presse, L'actualité, Le Devoir et La Presse à titre de journaliste. Depuis 2004, il poursuit aussi des recherches sur le développement des relations internationales de la Ville de Montréal en plus d'être chercheur affilié à la Chaire Hector-Fabre en histoire du Québec.