Le Bloc propose un train de mesures pour contrer la pénurie de main-d’œuvre

4c638c9fb7385f15417972b1d17b2399

Des mesures alternative contre l'immigration de remplacement


ROUYN-NORANDA | Le Bloc québécois souhaite qu’Ottawa en fasse plus pour s’attaquer au problème de pénurie de main-d’œuvre qui touche particulièrement les régions rurales du Québec.


Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a présenté, samedi, les mesures concrètes qu’il souhaite que le fédéral prenne, plusieurs correspondant à des demandes formulées par le premier ministre québécois François Legault.


«Il n’y a pas de solution miracle à la pénurie de main-d’œuvre, mais pour l’instant, Ottawa ne fait strictement rien pour s’attaquer au problème. [...] C’est le temps de passer à l’action», a soutenu le chef qui était de passage à Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue.


Le Bloc propose qu’Ottawa accorde au Québec la responsabilité du programme d’accueil des travailleurs étrangers, comme le réclame M. Legault. On croit aussi qu’il faudrait instaurer un incitatif à l’embauche de travailleurs autochtones.


Les troupes de M. Blanchet demandent par ailleurs la mise en place d’un crédit d’impôt pour inciter les jeunes diplômés à s’installer en région.


Le Bloc souhaite également qu’Ottawa fournisse des incitatifs fiscaux aux aînés qui choisissent de rester en poste plutôt que de prendre le chemin de la retraite.


«Le fédéral, cet ordre de gouvernement loin des gens et surtout des régions, semble inconscient de l’ampleur du problème et n’apporte aucune solution, a fait valoir le chef bloquiste. Nous proposons donc toute une série de mesures concrètes pour venir en aide à nos économies régionales.»