Centième anniversaire de René Lévesque

La fierté et la confiance en héritage

Tribune libre

En cette année marquant le centième anniversaire de René Lévesque,nombreux sont les commentaires sur les innombrables projets qu’il a réalisés au cours de sa carrière politique.Toutefois, à mon humble avis, c’est René Lévesque, l’homme, qui a marqué de façon indélébile l’imaginaire québécois.

Par son empathie envers le peuple québécois, il a toujours su trouver les chemins qui menaient à leurs aspirations, et ainsi renforcer leur identité comme Québécois. Il a su leur léguer la fierté et la confiance, et j’ajouterais le goût de faire de la politique autrement. On se souviendra de la célèbre phrase que le chef a prononcée au soir de la victoire de novembre 1976 : «Je n'ai jamais été aussi fier d'être québécois... Fier d'être québécois francophone».

René Lévesque transcendait le Parti québécois qui représentait, à ses yeux, un véhicule qui permettait l’adoption de projets de loi qui devaient répondre aux aspirations des Québécois. Il a mis au monde l'identité québécoise à travers ce qu'il faisait. C'est d’ailleurs lui qui a fait le passage de Canadien français à Québécois. L'héritage principal de René Lévesque est moral, voire spirituel. Il nous a donné confiance en nous-mêmes. De peuple timoré par des décennies de défaites causées par un fédéralisme dénigrant, il a renforcé notre identité comme québécois.

René Lévesque fait certes partie du cercle sélect des grands Québécois. Une ombre au tableau, le défaite référendaire de 1980. Et le grand frère de s’adresser à ses frères : « Si je vous ai bien compris, vous me dites ‘‘à la prochaine’’ »


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1781 articles

  • 1 209 999

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé