La déclaration de guerre

La hache dans le rayonnement du Québec

Tribune libre

Même si les employés de l’État ne bénéficient pas souvent de la cote d’amour des Québécois, je dois admettre que les dernières offres du président du Conseil trésor, Martin Coiteux, contiennent tous les ingrédients pour ouvrir la voie à une partie de bras de fer corsée et pénible entre les parties.

D’entrée de jeu, l’écart substantiel entre les propositions des deux parties annonce à lui seul l’ampleur du chemin à parcourir. En effet, de 3 % d’augmentation salariale sur cinq ans, comprenant un gel pour les deux premières années, à 13,5 % sur trois ans, on conviendra qu’il n’est pas nécessaire d’être prophète pour prévoir la difficulté d’une entente négociée de « bonne foi ».

Quant à l’argument de Martin Coiteux à l’effet qu’on « a pris le gouvernement pour un père Noël dans le passé », il m’apparaît désuet et dépassé, d’autant plus qu’il écorche en passant les gouvernements libéraux précédents. Par ailleurs, du côté des syndiqués qui évoquent l’inflation et le rattrapage salarial avec les employés du secteur privé pour justifier leurs demandes, ils devront donner un peu de laisse à leurs revendications.

Une saga qui est ouverte sous le signe de la provocation et du mépris de la part du président du Conseil du trésor et qui risque de dégénérer en affrontement musclé qui, à mon sens, remet sérieusement en question la bonne foi du gouvernement Couillard dans le processus de négociation qui s’amorce dans une véritable guerre ouverte et démobilisante pour l’ensemble des employés de l’État.

La hache dans le rayonnement du Québec

Décidément, le gouvernement Couillard ne semble pas imbu de la fibre québécoise qui lui a procuré au cours des années ses lettres de noblesse à l’étranger. À preuve, sa dernière coupure annuelle de 160 000 $ à l’Association internationale des études québécoises, dont l’objectif principal est d’offrir des bourses d’études et de recherche et à payer les frais de déplacement de chercheurs issus de toutes les disciplines et de créateurs québécois, surtout des auteurs, invités à représenter le Québec dans différents colloques internationaux.

Aux dires de Serge Jaumain, le président de l’AIEQ, le gouvernement du Québec « tue tout à fait le réseau en faisant cela. Il est clair que l’AIEQ, devant une telle décision, est condamnée à disparaître. » Pourtant, un grand nombre de Québécois, tels Dany Laferrière et Monique Proulx, ont profité de ses fonds pour représenter le Québec dans des colloques à l’étranger.

À force de sabrer des peccadilles dans des programmes culturels, ce gouvernement nous démontre une démarche à courte vue sur les « vraies affaires », une stratégie qui, à moyen terme, aura des conséquences négatives sur des retombées économiques importantes liées étroitement au rayonnement du Québec ici et à l’étranger.

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1351 articles

  • 1 167 972

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé