La CAQ perd une motion pour annuler sa réforme d'immigration

08128f0abf980461f3bfd5ca301d24cf

La CAQ a l'air d'une bande d'amateurs


Par manque d'élus présents à l'Assemblée nationale, la Coalition avenir Québec (CAQ) n'a pas pu empêcher le vote d'une motion provenant de l'opposition officielle et visant à annuler la réforme du Programme de l'expérience québécoise (PEQ).




Peu avant 17 h, le député libéral Monsef Derraji a présenté une motion pour défendre ce programme, au cœur d'un débat depuis l'annonce d'une réforme la semaine passée.


Le porte-parole du Parti libéral en matière d'immigration souhaitait que le Parlement « exige du gouvernement caquiste qu'il annule dès maintenant les modifications récentes apportées au programme et qu'il revienne aux conditions d'admissibilité » existant par le passé.


En temps normal, ce texte n'aurait eu aucune chance d'obtenir les faveurs de l'Assemblée nationale, puisque la CAQ détient une forte majorité, avec 75 des 125 députés.



Cependant, en cette fin de journée marquée par un recul partiel du gouvernement Legault, seulement trois députés caquistes étaient présents. Or, comme l'a rappelé au même moment le vice-président de l'Assemblée nationale, Marc Picard, le gouvernement aurait dû avoir un minimum de cinq élus présents pour reporter le vote au lendemain.


Dans le même temps, un rassemblement avait lieu quelques kilomètres plus loin pour soutenir la candidate caquiste dans la circonscription de Jean-Talon, où une élection partielle a été déclenchée.


François Legault était d'ailleurs présent à cet événement. Il en a profité pour dire que le responsable des troupes caquistes « va se faire parler ».


Le whip adjoint du parti, le député Sylvain Lévesque, a peu de temps après reconnu son erreur. Cet après-midi, j’ai pris la décision de libérer deux de nos députés au Salon bleu, ce qui a eu pour conséquence que nous n’avions pas le nombre de députés requis pour exiger un report du vote au lendemain. Ce soir, humblement, j’ai grandement appris, a-t-il écrit sur Twitter.


Une motion non contraignante


Cette motion, soutenue par Québec solidaire et le Parti québécois, a ainsi été adoptée, provoquant des applaudissements nourris des élus présents.



Il faut néanmoins noter que cette motion n'a aucun pouvoir contraignant sur le gouvernement.


Tel que l'indique le site de l'Assemblée nationale, un député, par une motion, « peut ainsi demander à l'Assemblée de faire un geste, d'ordonner l'accomplissement d'une action ou d'exprimer une opinion. L'Assemblée prend une décision par la mise aux voix de la motion ».


Mais selon l'auteur de cette motion, le gouvernement a désormais « la pression ».



On va voir le respect qu'a François Legault envers l'Assemblée nationale et s'il va donner suite à cette motion. Mais ça démontre l'amateurisme du gouvernement.


Monsef Derraji, porte-parole du Parti libéral en matière d'immigration


Ce dernier soutient que la CAQ était au courant de cette motion. « Il y a un énorme problème d'image pour le gouvernement. Avoir seulement trois députés pour ce vote, ça démontre qu'ils ne prennent pas ce sujet au sérieux », a-t-il indiqué.


« C'est une motion qui a un poids politique et moral », a de son côté commenté le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, en demandant au gouvernement de respecter ce vote.


« Ce dernier épisode de cette longue saga de cafouillages au sujet du PEQ démontre toute l'ampleur de l'improvisation du gouvernement dans ce dossier », a-t-il ajouté, en parlant « d'une très mauvaise semaine » pour le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette.


Avec la collaboration de Thomas Gerbet