Sophie Durocher à bras raccourcis sur la Bolduc

La Bolduc fidèle à son époque

Une chanson prémonitoire

C6be3b47fcdb9216decf730f1310b590

Tribune libre

 


En lisant le billet de Sophie Durocher du 6 avril du Journal eu égard au film québécois La Bolduc, j’avoue avoir ressenti un certain malaise devant quelques arguments qui me semblent pour le moins inadéquats.


D’entrée de jeu, le fait de comparer la Bolduc à des personnages « plus grands que nature » tels Maurice Richard et Louis Cyr tient de la pure fiction, Mme Bolduc ayant fait carrière sur la scène en tant qu’artiste évoluant dans les années ’40 alors que les deux autres personnages possédaient, chacun à sa façon, un pouvoir d’attraction hors de l’ordinaire qui rayonne encore aujourd’hui.


Autre point de vue qui m’a dérangé, cet argumentaire à l’effet que « c’est vraiment le cinéma de grand-papa », faisant allusion à la scène où la Bolduc pousse « de gros soupirs devant sa robe de mariée » pour exprimer sa déception devant sa vie de couple. Une réaction tout à fait « normale » pour une époque où le mariage revêtait un caractère sacré.


Enfin, j’ai beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi Mme Durocher consacre un long paragraphe sur ce qu’elle qualifie de « cinéma traditionnel » en affirmant que « c’est réalisé comme si depuis 20 ans on n’avait pas évolué dans notre façon de raconter des histoires », tout en comparant du même souffle La Bolduc à « la moindre série télé (qui) nous épate avec ses prouesses de réalisation, quand les salles de cinéma sont remplies de jeunes réalisateurs qui réinventent l’écriture dramatique ». Pourtant, à mes yeux, la réalisation et le scénario respectent en tout point une Bolduc fidèle à son époque pour le plus grand bien de sa crédibilité… La Bolduc, un film à voir avec un regard et une perspective historique.




Une chanson prémonitoire


Je ne sais pas quelle mouche a piqué Sophie Durocher depuis la sortie en salle de La Bolduc, mais c’est le deuxième billet qu’elle signe dans Le Journal empreint d’une certaine acrimonie qui me laisse perplexe.


Cette fois-ci, quoique le sujet n’ait pas rapport directement au film, Mme Durocher dénonce une chanson interprétée par la Bolduc datant des années ’30 intitulée L’ouvrage aux Canadiens, dont voici le refrain : « C’est à Montréal qu’y a des sans-travail / C’t’effrayant d’voir ça les gensses qui travaillent pas / C’est pas raisonnable quand il y a de l’ouvrage / Qu’ça soit les étrangers qui soient engagés. [...] ».


À titre d’argumentaire, Sophie Durocher qualifie ces propos de « réquisitoire anti-immigrés », de « xénophobes qu’on associe avec des groupuscules fascistes ou des partis politiques d’extrême droite ».


Or, quant à moi, je retiens des paroles de cette chanson qu’elles reflètent une réalité bien d’aujourd’hui et, qu’en ce sens, cette chanson prend des airs prémonitoires eu égard aux problèmes actuels suscités par les immigrants en relation avec leur intégration, notamment sur le plan de la langue et de notre culture.



Henri Marineau

Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1156 articles

  • 1 186 624

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Henri Marineau Répondre

    17 avril 2018

     


    Dans un autre ordre d'idée...


    Manifestement, la journaliste Sophie Durocher n’a pas du tout apprécié se faire appeler Sophie Martineau par une nouvelle collaboratrice du Journal, Marjorie Champagne, réalisatrice, chroniqueuse et blogueuse, qui se targue d’être féministe et dénonce le patriarcat, le sexisme systémique en plus d’écrire pour la Gazette des femmes et d’être invitée à parler de féminisme à Radio-Canada.


    Or, il s’avère que, depuis 1981, soit depuis 37 ans, « la coutume suivant laquelle la femme mariée était désignée par le nom de son mari a été abolie car elle semblait contraire au principe de l’égalité des sexes ».


    Sophie Durocher fait carrière en journalisme depuis 32 ans, soit bien avant d’être en couple avec Richard Martineau. Elle a fait ses armes toute seule « comme une grande fille » qui a gagné fièrement ses lettres de noblesse. Néanmoins, régulièrement, sur les médias sociaux, « des trolls machos misogynes et méprisants » l’appellent Sophie Martineau.


    Comme dirait l’autre, nous sommes en 2018… Il serait peut-être temps que la conjointe d’un homme puisse se défaire du carcan méprisant de « l’ombre d’un mâle », particulièrement lorsqu’il est utilisé par une femme, jeune en plus, et qui s’affiche féministe de surcroît!

     


    Henri Marineau, Québec


  • Marc Lapierre Répondre

    14 avril 2018

    Mme Durocher, tout comme son conjoint Martineau, fait partie de ces gens qui ont une opinion sur tout en général, mais qui ne connaissent rien en particulier. Ils sont à la vie intellectuelle ce que le Big Mac est à la gastronomie. Le fait que ce couple engrange un revenu dans les six chiffres à l'heure où des centaines de Québécois tiennent bénévolement des blogues nettement plus riches et bénéfiques pour la vie des idées, laisse songeur.


  • Robert Duchesne Répondre

    14 avril 2018

    Bonsoir monsieur Marineau.


    Je trouve que Durocher se prend pour une intellectuelle depuis des années. J'aime très rarement ses textes souvent truffés de déclarations à l'emporte-pièce et de transpositions inter-époques ne faisant aucun sens, comme pour cette chanson que vous mentionnez L'ouvrage aux Canadiens, qu'elle critique à l'aune des événements et des critères de notre époque plutôt que de simplement l'interpréter dans le contexte d'alors. J'ai récemment partagé un de ses textes, celui sur le voile islamique versus le SPVM, mais c'est vraiment exceptionnel. 


    Je pourrais en dire autant de son conjoint Martineau, aussi exaspérant qu'exaspéré. Je trouve cela regrettable, car ce sont deux personnes intelligentes maîtrisant bien la langue française, mais leurs analyses prennent un ton par trop simpliste à mon goût. Peut-être en est-il autrement en d'autres contextes, mais dans le contexte d'une chronique leur critique devrait faire place à plus d'analyse de fond et de références pour étayer leur point de vue.