FLEUVE SAINT-LAURENT

L’opposition au transport de pétrole s’amplifie

233bd8ff603c157906a3deaac5441c6e

Il faut qu'elle devienne insurmontable

Le « pétrole sale » de l’Ouest canadien n’est pas le bienvenu sur le majestueux Saint-Laurent.

Le mouvement d’opposition au transport maritime du brut des sables bitumineux est loin de faiblir. Plus de 2500 personnes venues de tout le Québec ont manifesté dimanche à Sorel-Tracy, à l’invitation de la Ligue richeloise contre la tyrannie pétrolière.

Élus, écologistes et citoyens de tous les âges envoient un message sans équivoque. L’écosystème du fleuve Saint-Laurent est trop précieux pour être transformé en vulgaire autoroute pour l’exportation des sables bitumineux.

Le metteur en scène Dominic Champagne, un natif de Sorel, a exhorté le gouvernement à se doter « d’un plan de sortie du pétrole » au lieu d’encourager l’exploitation des sables bitumineux. « On a le devoir de refuser de ce qui se passe, et d’exiger de s’en aller vers le monde dans lequel on veut vivre », a-t-il dit sous les applaudissements de la foule.

M. Champagne est inquiet des conséquences d’un déversement pétrolier dans un écosystème aussi fragile et riche que le Saint-Laurent. Il s’est montré critique des lacunes dans la sécurité du transport maritime.

Il y a une dizaine de jours, un navire qui devait faire le plein de pétrole des sables bitumineux au port de Sorel-Tracy a été stoppé aux Escoumins parce qu’il ne respectait pas la réglementation canadienne. La pompe à incendie d’urgence du bateau était hors d’usage.

« Nous allons les fixer, nous autres, les “standards” du monde dans lequel on veut vivre. On veut vivre à côté d’un fleuve propre », a dit M. Champagne.

Le Conseil des Canadiens partage les inquiétudes du metteur en scène. La semaine dernière, l’organisme a porté plainte à l’UNESCO, une agence des Nations unies qui a attribué au lac Saint-Pierre le statut de réserve mondiale de la biosphère. Le Conseil demande à l’UNESCO de faire pression sur Suncor pour que la compagnie pétrolière interrompe le transport maritime du brut.

Suncor transporte par rail le brut des sables bitumineux jusqu’à Sorel-Tracy. Le pétrole est entreposé dans les réservoirs de Kildair.

D’imposants pétroliers de 240 mètres de longueur sur 42 mètres de largeur feront le plein, à un rythme de deux à trois fois par mois. Ils emprunteront la voie maritime du Saint-Laurent, fragile et risquée pour la navigation, avant de mettre le cap sur le plein Atlantique.

Forte mobilisation

C’est la troisième manifestation d’envergure après celle de Cacouna et de Bécancour. Les participants de dimanche ont fait mentir le porte-parole de TransCanada, Philippe Canon. Lors de la manifestation contre le port pétrolier de Cacouna, le 11 octobre dernier, il avait qualifié les 2500 manifestants présents « d’opposants professionnels » venus notamment de Montréal.

Le Devoir a pu voir dimanche quelque 2500 personnes venues de Sorel-Tracy, de Trois-Rivières, de Gatineau, des communautés autochtones de Kahnawake et d’Odanak… et même un couple des îles de la Madeleine.

Raymond Gauthier et Annie Landry ont fait le voyage de l’île du Havre Aubert jusqu’à Sorel-Tracy pour défendre « leur » fleuve. « Ça fait 40 ans que les pétrolières et les gazières nous promettent la richesse. L’air pur et l’eau pure que nous avons, c’est notre richesse », dit-elle.

Derrière eux se profilent des navires qui ressemblent à des mastodontes dans cette partie du fleuve presque aussi étroite qu’à Québec. Leur gendre, John Foley, est inquiet. « Laisser d’aussi gros pétroliers passer sur le fleuve, c’est chercher le trouble. Le Saint-Laurent, c’est plein d’épaves, et ce n’est pas pour rien. La navigation y est difficile », observe-t-il.

L’écologiste Laure Waridel est emballée par cette mobilisation, qui est à la fois locale et nationale. Selon la cofondatrice d’Équiterre, il y a des enjeux tout aussi importants que la protection de l’écosystème du Saint-Laurent dans cette bataille pour mettre les pétroliers en cale sèche.

La Colombie-Britannique et les États-Unis ont déjà barré la voie au pétrole des sables bitumineux. Pour les compagnies pétrolières, la seule façon d’exporter leurs produits vers les marchés étrangers est d’emprunter la voie maritime du Saint-Laurent.

« En ce moment, l’expansion des sables bitumineux de l’Alberta dépend du Québec. Elle dépend de notre volonté à nous de laisser passer ce pétrole. La seule voie qui reste pour l’expansion, c’est la voie de l’est », observe-t-elle.

Le pétrole des sables bitumineux étant le plus polluant, le combat de Sorel-Tracy est aussi le combat pour la planète, estime Mme Waridel. « On a au Québec un combat immense qui ne concerne pas juste les bélugas et nos petits milieux. L’impact des sables bitumineux sur le réchauffement climatique est très important », explique-t-elle.

Des élus dans le noir

Le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, a accompagné les manifestants jusqu’aux installations de Kildair.

Il a déploré le manque de transparence de Québec, d’Ottawa et des pétrolières, qui ont mis la Ville « devant un fait accompli ». « On est pris avec ça. On nous a mis ça en pleine gueule, et personne n’a été consulté, a-t-il dit. Ce projet-là n’est pas compatible avec nos projets de développement. »

L’ancienne ministre péquiste des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et le chef du Bloc Québécois, Mario Beaulieu, ont tous les deux dénoncé un projet dépourvu de retombées économiques pour le Québec.

« C’est un projet qui ne fait pas de sens, a affirmé Mme Ouellet. Je suis loin d’être convaincue. Je ne vois aucun intérêt économique pour le Québec. »

Le premier ministre Philippe Couillard a dit que le Québec devait apporter sa contribution pour l’économie du Canada, et accepter l’exportation du pétrole des sables bitumineux sur le fleuve Saint-Laurent.

« Je n’ai jamais vu un gouvernement au Québec, tous partis confondus, descendre aussi bas dans son appui au fédéral », a déploré Mme Ouellet.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé