Un choix évident pour bien des nouveaux arrivants

L'intégration canadienne versus l'intégration québécoise

Laquelle des deux l'emporte actuellement?

Tribune libre

Lorsqu'on observe la tendance générale de l'intégration dans la région de Montréal, on s'aperçoit que c'est l'intégration à la canadienne qui l'emporte largement au détriment de l'intégration à la québécoise.


Et en quoi consiste cette forme d'intégration à la canadienne? C'est d'abord et avant tout la mise en application du multiculturalisme tout azimut, doctrine composée d'éléments qui ont pour conséquence néfaste d'amoindrir la cohésion et l'équilibre du peuple fondateur: l'immigrant tiers-mondiste est encouragé à conserver tout ce qui lui vient du pays qu'il a quitté sans recevoir la moindre incitation à s'adapter à sa terre d'accueil. Tout reste comme avant: manière de vivre, habillement, nourriture, attitude face aux femmes et à l'éducation des enfants, religion, mentalité et, bien entendu, le choix de l'anglais comme seule langue de communication et de travail. Et on apprend quelques bribes de français à contrecoeur pour donner le change. Et bien peu d'entre eux participent à la culture vivante qui les entourent.

Dans ce système multiculturaliste officiel et approuvé, la possibilité qu'ont les immigrants de perpétuer leur mode de vie d'origine ouvre la porte toute grande à la pratique du communautarisme, ce repli sur soi d'une ethnie associé à la vie en vase clos à l'abri de toute pression et influence extérieure à s'adapter. C'est le mode de regroupement fermé du ghetto qui est ouvertement choisi et recherché.

Une société qui tient à conserver ses acquis historiques se doit d'avoir une politique d'intégration appropriée qui répond à ses attentes légitimes de perduration. Pour cette raison, le Québec doit se doter d'une politique d'intégration tout à fait distincte d'Ottawa qui s'opposera aux effets pervers du multiculturalisme indésirable. Il faut également envisager de rapatrier tous les pouvoirs décisionnels du système d'immigration afin de préserver l'héritage identitaire de notre peuple fondateur.

Réjean Labrie, de Québec, capitale nationale.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie524 articles

  • 973 709

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il est un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Tout près d'un million de lecteurs ont lu ses articles et partagé sa réflexion depuis plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    4 septembre 2010

    Et j'ajouterais que l'intégration canadienne telle que vous la décrivez conduit à voter pour le parti libéral de Jean Charest parce que le Parti québécois est présenté comme une menace qui met en péril ce multiculturalisme qui fait l'affaire des immigrants. C'est tellement plus facile et rassurant de rester ce qu'on est et de ne pas vouloir de l'identité québécoise.
    De plus, si le Parti québécois a le courage de proposer une charte de la laïcité qui fait passer l'égalité hommes-femmes avant la religion, qui propose une laïcité qui interdit le voile (signe religieux ou signe d'aliénation féminine) dans la fonction publique, il y aura tension et difficulté d'obtenir le vote des immigrants.
    C'est peut-être pour cela que Québec solidaire est en faveur du voile dans la fonction publique...Pour obtenir des votes. Françoise David serait donc plus politicienne qu'on ne le pense. Car comment une féministe peut-elle être en faveur du voile dans la fonction publique?
    Robert Barberis-Gervais, 4 septembre 2010

  • Jean-Louis Pérez-Martel Répondre

    3 septembre 2010

    Trois étapes diaboliques se rétroalimentant
    A). Québécois contre Canadiens français.
    B). Mais ce qui est terrible, c’est qu’en raison de ceux qui sont arrivés et ont adopté ce régime fédéraliste, le Québec demeure, en ce XXIème siècle, la seule colonie en Amérique du Nord.
    C). Un dualisme exponentiel et fratricide.
    JLP

  • Archives de Vigile Répondre

    3 septembre 2010


    L'intégration à la canadienne,ça commence à l'école. Ma fil-
    le qui vient à peine de commencer le secondaire 1, m'apporte
    hier un document du cour d'éthique et culture religieuse.
    Attaché au programme de l'année, des photocopies d'un article
    provenant d'un magazine (chatelaine ou l'atualité)ou on y
    fait l'éloge d'un sondage ou les québécois ont répondue à
    forte majorité(80%),que l'immigration est une voie incontour-
    nable, que nous avons tout à apprendre de l'immigrant et
    blablabla, le discours pour anasthésier les générations
    futures.
    La vente du multiculturalisme Canadien dans nos écoles
    au Québec.
    Il faut être très vigilant et avoir l'oeil ouvert avec ce
    cours de propagande 101.