L'industrie du cannabis créée par des élus subjugués

1bf642c3c607354791c55339ea9032a8

« Les nouveaux petits joueurs du cannabis sont pour le privé, mais pas trop, et pour l’économie de marché sans concurrence. »


Dixit Michel Chartrand : des faiseux


L’industrie de la production de la marijuana a été créée de toutes pièces en 2017 par le gouvernement libéral du Canada. Des permis de culture du pot furent alors émis en quantité limitée à beaucoup d’ex-politiciens et amis du PLC. Comme le hasard fait bien les choses. Sans aucune expérience en affaire ou si peu et sans le sou, si vous avez été l’heureux récipiendaire d’une autorisation à cultiver du cannabis et bien, sans aucun effort, vous devenez ipso facto multimillionnaires. Et pour protéger leur « steak », les arrivistes canadiens du pot ont formé l’Association canadienne des producteurs de cannabis et embauché des lobbyistes afin de tenir au loin de futurs prétendants à cette manne, afin de recevoir des subventions et exiger du gouvernement du Québec d’avoir droit à des tarifs d’électricité privilégiés, les plus bas en Occident, comme les ont obtenu les Centres de données et les pentes de ski et d’obtenir la permission de faire venir dans la province des travailleurs étrangers payés au salaire minimum sans presque pas de bénéfices marginaux, tout ça afin d’enrichir encore plus ces arrivistes. Dire que pendant ce temps-là d’autres véritables entrepreneurs travaillent fort dans un environnement très concurrentiel sans rien recevoir en aide gouvernementale pour beaucoup moins de profit net. Être à leur place, je sauterais une coche, et même deux. Difficile de se calmer le pompon dans de pareils cas d’injustice et de relation incestueuses entre politiciens et fricoteurs. Le PLQ va probablement créer la grappe industrielle du pot et considérer ça comme de vraies affaires?




La valse des achats-fusion est commencée


Afin de réduire encore plus la compétition, déjà presque inexistante et après une seule année d’existence, les pseudo-entrepreneurs du pot veulent s’acheter les uns, les autres comme Aurora Cannabis qui veut prendre le contrôle de CanniMed Therapeutics : « Industrie du Cannabis. Des entreprises au cœur d’une tentative de prise de contrôle hostile satisfaites d’une décision (de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario » [Le Devoir, 28 décembre 2017].



Moi, ils me font ben rire ces gens du cannabis. Afin de se donner des titres de noblesse et d’épater la galerie, ils terminent la raison sociale de leurs compagnies par des qualitatifs comme “Therapeutics” et “Medical”. Faites-moi rire. Avant le pot, c’était criminel et maintenant, c’est devenu médical, thérapeutique et récréatif. Et encore plus risible est le fait que les Bourses des valeurs mobilières classifient les “agriculteurs scientifiques” du pot dans le secteur des “soins de santé”! Aie, attachez-les quelqu’un.


Comme le poète dit souvent : “le gros finit toujours par manger le petit”. Les permis de faire pousser du pot délivrés en 2017 par le gouvernement libéral de Justin Trudeau à des “entrepreneurs” canadiens font déjà saliver des transnationales étrangères qui viennent de commencer leur “shopping” : “Corona, lime et cannabis. Un géant de la bière [l’américaine Constellation Brand] investit 245 M$ dans le producteur canadien Canopy Growth” [Le Journal de Montréal, 31 octobre 2017]. 245 M$ pour 10 % des actions de Canopy Growth signifie, si mes calculs sont bons, que la firme canadienne, qui n’existe depuis peu que grâce à son permis fédéral, vaut déjà au total sur le marché des valeurs mobilières la coquette somme de 2.45 milliards $. Faut s’attendre qu’au cours des prochaines années les arrivistes canadiens, qui sont devenus multimillionnaires du jour au lendemain grâce au coup de main de leurs amis politiciens, vendent rapidement leurs actions à de gigantesques firmes étrangères dans le but de s’assurer une retraite paisible et confortable ainsi qu’aux membres de leur mignonne petite famille.



La culture et la distribution auraient dû relever d’une société détenue par le peuple


Strictement fondés sur des considérations égoïstes et idéologiques, les libéraux de Justin Trudeau, celui qui pourtant se pose en défendeur de la classe moyenne [et qui se pose aussi souvent en égoportrait], ont décidé de céder gratos à des parvenus du privé la culture du pot. En termes de création de richesse collective [et pas seulement à quelques-uns] et d’efficacité économique, il aurait fallu que la culture et la distribution du cannabis relèvent d’une société d’État appartenant à toute la population. Bien évidemment, il ne faut pas s’attendre à ce que des politiciens embrigadés, qui cèdent à de petits opportunistes du privé des services publics comme les garderies, les écoles, les hôpitaux, l’électricité, les ponts et les autoroutes et nos ressources naturelles comme les forêts, le pétrole, le gaz naturel, fassent exception pour le nouveau Klondike de la culture “scientifique”, “biologique” et “écologique” du pot entrepreneurial.




Si la tendance se maintient au Québec, la distribution sera cédée au privé


Au moins, des provinces comme l’Ontario ont décidé que la distribution de la marijuana se ferait par le biais d’une société étatique, ce qui faisait naturellement tiquer le PLQ de Couillard et Leitão qui voient du privé partout. Après maintes pressions, le PLQ a finalement décidé que la distribution du cannabis se ferait “temporairement” par le biais des succursales de la Société des alcools du Québec [SAQ]. Mais pour combien de temps avant que le PLQ cède en catimini le tout à des affairistes privés annexés au dit parti politique? : “Cannabis. Québec [PLQ] ouvre la porte [elle n’a pas été fermée longtemps si vraiment elle l’a été] à la vente au privé” [Le Journal de Montréal, 18 novembre 2017]. Le PLQ toujours aussi hypocrite.



Production du cannabis : pour le privé, mais sans concurrence


Bien évidemment, la mine d’or du pot allèche d’autres prédateurs corporatifs, comme les grandes chaînes de pharmacies qui appartiennent à des transnationales. Wo les moteurs, les nouveaux héritiers de la culture de la marijuana, qui étaient farouchement contre l’idée de remettre cette très lucrative industrie du pot dans les mains d’une société à propriété collective, sont par contre furieusement opposés à la venue dans leur riche niche commerciale d’autres joueurs, comme : “Confrontation en vue pour le commerce du cannabis médical [médical... faites-moi rire]. Les producteurs [actuels] ne veulent pas que les pharmaciens [et leur compagnie mère] s’attribuent ce monopole” [Le Journal de Montréal, 30 décembre 2012]. Ils admettent donc que dans l’état actuel des choses, on a affaire à un monopole privé.



Les nouveaux petits joueurs du cannabis sont pour le privé, mais pas trop, et pour l’économie de marché sans concurrence.



Et pour finir


“Les producteurs de serre veulent offrir du pot ‘made in Québec’” [Le Journal de Montréal, 21 novembre 2017]. Voilà que nos arrivistes de la province veulent faire vibrer la sensibilité nationaliste des fumeux de pot en les invitant à inhaler des gros joints “québécois”. La grosse joke affairiste servie à toutes les sauces.



Le titre de cet article parle des producteurs “de serre” du Québec. Écoutez-moi bien vous autres. Vous pourriez ben faire pousser du cannabis dans vos serres afin de faire la piastre, mais oubliez les tarifs d’électricité ridiculement bas accordés par Hydro-Québec et défrayés entièrement par la population pour chauffer vos serres. Allez faire pousser votre pot ailleurs comme vos serres aux Wisconsin ou au Missouri juste pour voir si dans les États américains les compagnies d’électricité privées vont vous faire des “bargains”. Fini les folies.