L'indépendance du Québec et les utérus au travail

Ca4edfe65fb248daa8802a455358e4bb

Tribune libre


Jusqu'à maintenant les politiques du gouvernement québécois n'ont pu empêcher l'anglicisation de Montréal au point où les Québécois de souche, c'est-à-dire les descendants des Français venus s'établir en Nouvelle-France au XVIIe et au XVIIIe, sont devenus minoritaires sur l'île de Montréal. Pour vraiment sauver de la noyade la nation québécoise dans l'océan anglo-saxon de l'Amérique du Nord, il faudrait en premier stopper l'immigration à zéro et instaurer une politique nataliste vigoureuse. Aucun des partis à l'Assemblée Nationale n'ont ni la volonté de le faire ni même juste le désir de le promouvoir, la rectitude politique et le manque de courage politique les en empêchent.


La bataille pour le français à Montréal est à toute fin pratique déjà perdue. Montréal étant le coeur économique du Québec, (65% de l'économie québécoise) sa défaite linguistique aura inévitablement des répercussions sur le reste du Québec. Le multiculturalisme, ancré dans la constitution de 1982, et l'immigrationnisme sont littéralement en train de tuer la nation québécoise. La ville de Montréal a une politique multiculturaliste et ne fait pas la promotion du français et de la culture québécoise, les récents agissements de Valérie Plante et même ceux de son prédécesseur, Denis Codère, le démontrent amplement. Une nation qui encourage toutes les autres langues et cultures finit par perdre la sienne et c'est qui arrive à Montréal et ce qui arrivera dans le reste du Québec si on persiste dans cette politique suicidaire. Le temps presse, et si notre élite politique nationaliste n'accomplit pas un virage à 180° dans les politiques qu'elle prône, nous sommes perdus en tant que nation, nous sommes en danger de disparition.


Notre élite politique nationaliste québécoise doit cesser de reculer devant une réalité tragique pour la survie de la nation québécoise et de s'incliner devant le politiquement correct, l'avenir de la nation québécoise en dépend. Pour une fois que Pierre Karl Péladeau osait parler d'une réalité incontournable sur le recul de l'appui de l'indépendance du Québec. Toute l'élite politique québécoise nationaliste de l'Assemblée Nationale du Québec, incluant le parti québécois, notamment Martine Ouellet et Pierre Karl Péladeau, se sont dégonflés devant le POLITIQUEMENT CORRECT. Le Premier ministre du Québec, Philippe Couillard l'a même accusé de «nationalisme ethnique».


Voici les propos de Pierre Karl Péladeau, dont il s'est excusé : « On n'aura pas 25 ans devant nous pour le réaliser. Avec la démographie, avec l'immigration, c'est certain qu'on perd un comté chaque année. On souhaiterait pouvoir mieux les contrôler, mais ne nous faisons pas d'illusion. [...] Qui prend en charge les immigrés qui viennent s'installer ici au Québec? C'est le gouvernement fédéral. Certes, nous avons une compétence partagée, mais on prête serment à la reine. Alors, on n'a pas 25 ans devant nous, c'est maintenant que nous devons travailler. » (1)


Comme l'avait judicieusement remarqué Me Richard Le Hir : «Le poids démographique des Canadiens-français au Québec est en voie d’effondrement sous l’effet de l’immigration de masse. D’où l’urgence absolue d’obtenir le plus rapidement possible le plein contrôle, je répète, le plein contrôle, sur notre immigration.» (2)


La conclusion est que le temps presse et que notre élite nationaliste québécoise doit opérer un virage à 180 degrés dans sa stratégie pour accéder à l'indépendance du Québec et renier son allégeance au politiquement correct. Sinon le peuple québécois devra larguer cette élite qui, jusqu'à maintenant, nous a conduit dans une impasse totale, et prendre lui-même son destin en main.


(1) Les excuses de Pierre Karl Péladeau : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/712002/pkp-immigraiton-reactions-pkp


(2) Le compte à rebours est commencé, le Québec français disparaîtra en 2035 - Richard Le Hir : https://vigile.quebec/articles/le-compte-a-rebours-est-commence-le-quebec-francais-disparaitra-en-2035



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé