INDÉPENDANCE DU QUÉBEC 374

L’idée d'indépendance au Québec

Fernand Ouellet contre Maurice Séguin il y a 41 ans !

Chronique de Bruno Deshaies

« La société québécoise-française est suffisamment développée et équipée pour assumer, collectivement et, indépendamment du Canada-Anglais, ses responsabilités selon le principe de l’égalité souveraine, ce qui inclut la souveraineté de l’État. »

(Bruno Deshaies)

***

Quelqu’un vient de faire reproduire sur Vigile.net le compte rendu de Fernand Ouellet, historien de l’histoire sociale, sa critique de L’idée d’indépendance au Québec : genèse et historique de Maurice Séguin.  Il s’agit d’une recension qui remonte au mois d’août 1969 et parue dans la Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 22, n° 4, 1969, p. 637-643.

La réédition, en 2010, de cet article de Fernand Ouellet n’est pas sans signification particulière sous le titre : [« L’Indépendance, le remède à la destruction »->29551].  C’est un véritable plaidoyer fédéraliste qui vise à discréditer les travaux de Maurice Séguin qui s’étalent sur une longue période allant des années 1940 à 1984. 

Rappelons que Maurice Séguin ne s’intéresse pas en premier lieu à l’ethnicité mais au nationalisme et à la sociologie du national, c’est-à-dire aux sociétés qui ont à se faire face et à se développer du mieux qu’elles le peuvent.  Pour rétablir correctement la grande courbe historique du Canada français, il est nécessaire de recourir à certaines idées qui entourent la colonisation de peuplement.

Lire la suite dans le fichier .doc

Featured b9f184bd28656f5bccb36b45abe296fb

Bruno Deshaies209 articles

  • 328 890

BRUNO DESHAIES est né à Montréal. Il est marié et père de trois enfants. Il a demeuré à Québec de nombreuses années, puis il est revenu à Montréal en 2002. Il continue à publier sa chronique sur le site Internet Vigile.net. Il est un spécialiste de la pensée de Maurice Séguin. Vous trouverez son cours sur Les Normes (1961-1962) à l’adresse Internet qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 (N. B. Exceptionnellement, la numéro 5 est à l’adresse suivante : http://www.vigile.net/Les-Normes-en-histoire, la16 à l’adresse qui suit : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-15-20,18580 ) et les quatre chroniques supplémentaires : 21 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique 22 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19364 23 : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19509 24 et fin http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-Chronique,19636 ainsi que son Histoire des deux Canadas (1961-62) : Le PREMIER CANADA http://www.vigile.net/Le-premier-Canada-1-5 et le DEUXIÈME CANADA : http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-1-29 et un supplément http://www.vigile.net/Le-Canada-actuel-30

REM. : Pour toutes les chroniques numérotées mentionnées supra ainsi : 1-20, 1-5 et 1-29, il suffit de modifier le chiffre 1 par un autre chiffre, par ex. 2, 3, 4, pour qu’elles deviennent 2-20 ou 3-5 ou 4-29, etc. selon le nombre de chroniques jusqu’à la limite de chaque série. Il est obligatoire d’effectuer le changement directement sur l’adresse qui se trouve dans la fenêtre où l’hyperlien apparaît dans l’Internet. Par exemple : http://www.vigile.net/Les-normes-en-histoire-1-20 Vous devez vous rendre d’abord à la première adresse dans l’Internet (1-20). Ensuite, dans la fenêtre d’adresse Internet, vous modifier directement le chiffre pour accéder à une autre chronique, ainsi http://www.vigile.net/Le-deuxieme-Canada-10-29 La chronique devient (10-29).

Vous pouvez aussi consulter une série de chroniques consacrée à l’enseignement de l’histoire au Québec. Il suffit de se rendre à l’INDEX 1999 à 2004 : http://www.archives.vigile.net/ds-deshaies/index2.html Voir dans liste les chroniques numérotées 90, 128, 130, 155, 158, 160, 176 à 188, 191, 192 et « Le passé devient notre présent » sur la page d’appel de l’INDEX des chroniques de Bruno Deshaies (col. de gauche).

Finalement, il y a une série intitulée « POSITION ». Voir les chroniques numérotées 101, 104, 108 À 111, 119, 132 à 135, 152, 154, 159, 161, 163, 166 et 167.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Jean-Louis Pérez-Martel Répondre

    26 septembre 2010

    Les mercenaires de la politique faisant partie de la mouvance du multiculturalisme --les pro-fédéralistes et autres négationnistes-- ont une vision totalitaire, leur obsession ayant toujours été de détruire le passé du Québec, et aujourd’hui nous constatons tout ce dont ils sont capables pour immobiliser le présent.
    JLP

  • Archives de Vigile Répondre

    10 août 2010

    Les « historiens », comme Fernand Ouellet pleuvent. Ils sont au service des gouvernements et des puissants qui veulent détourner l’histoire pour mieux nous contrôler. L’historien Ouellet, à mon sens, est au service de la propagande de l’occupant canadien.
    À voyager sur les sites d’histoire d’Internet, dont celui de Saint-Eustache, je peux voir, mesurer l’étendue de ce détournement de l’histoire par des vendus de toutes sortes.
    À lire l’histoire du Québec, et à regarder autour de moi, je constate que notre élite religieuse, sociale, économique, travaille contre nos intérêts depuis longtemps ; et de plus en plus, on doit ajouter notre élite intellectuelle.
    En conséquence, le quidam que je suis se méfie de plus en plus de l’histoire et des historiens.
    Merci pour votre objectivité !
    Michel Rolland
    P.-S. Vous me semblez être à Maurice Séguin, ce que Platon fut à Socrate. Le développement, l’actualisation de l’œuvre de Maurice Séguin, son passage à la postérité, et aujourd’hui, sa défense, vous sont, vous seront redevables.

  • L'engagé Répondre

    9 août 2010

    Je n'ai pas vu ça de cette façon, mais merci de veiller.
    Pour ma part Séguin nous a donné le slogan de la prochaine manche, la finale et difinitive :
    VIVRE C'EST AGIR!
    En montrant que chaque fois que nous sommes limités dans notre agir, nous perdons l'occasion de nous développer, Séguin à résolu créer le véritable dénominateur commun de la pensée indépendantiste.
    Je vais y revenir!