Avec l'élection de Mario Beaulieu

L'heure de vérité a sonné

Tribune libre

L’heure de la vérité vient de sonner le 13 juin avec l’élection à la tête du Bloc québécois du chef patriote Mario Beaulieu.

Je lis des commentaires sur mes réseaux sociaux et je n’en reviens pas de constater que certains de mes « amis » affirment ce matin (dimanche) qu’ils renoncent désormais au militantisme en faveur de l’indépendance du Québec parce qu’un « radical » de la langue française a été élu.

Et je constate avec effroi que parmi ces mêmes personnes, il en est même une (un jeune avocat) qui écrit qu’elle songe désormais à appuyer le Parti conservateur canadien de Stephen Harper ! Oui, oui, vous avez bien lu.

Pour moi, ces attitudes de « mauvais perdants » démontrent bien que Mario Beaulieu fait peur à ceux qui ont peur de parler ouvertement l’indépendance, comme si on pouvait faire un pays en cachette et je les soupçonne très fortement d’être dépités parce qu’ils avaient rêvé d’aller faire carrière, en bons nationalistes complaisants, dans la capitale fédérale, ce qui n’est pas dans les plans du nouveau chef. Ce dernier ayant bien expliqué que la nouvelle stratégie du Bloc se passerait plus au Québec et qu’une partie de l’argent versé par Ottawa aux élus servirait à la promotion de l’indépendance.

Je me console cependant en réalisant que ces défections ne seront pas une grosse perte pour un mouvement infiltré depuis des décennies par arrivistes, opportunistes et carriéristes qui ne rêvaient que de devenir des salariés professionnels de la souveraineté.

Et je me réjouis de constater que les jeunes du Bloc québécois ont enfin trouvé un chef qui correspond à leurs aspirations de « brasser la cabane au Canada ».

Et aussi du fait que le nouveau discours clair et articulé en faveur de l’indépendance devrait attirer des milliers d’anciens militants qui avaient renoncé devant la mollesse du discours et de la pédagogie depuis 1995.

Les jeunes ne veulent plus de la langue de bois, des compromis et compromissions de la vie parlementaire dont on se fait complice en siégeant tranquillement à Ottawa sans faire de vagues et en acceptant les règles des autres.

Ils veulent un véritable changement dans la façon de faire de la politique et l’arrivée de Mario Beaulieu est à cet égard un vent de fraicheur et de renouveau.

Il était temps de cesser d’avoir peur de parler de notre projet de pays. D’en parler haut et fort afin de démontrer à la population qu’il y a encore des Québécois qui se tiennent debout et qui y croient encore à cette République pour laquelle plusieurs d’entre-nous luttons depuis plus de 50 ans.

L’heure de la vérité a sonné. On va enfin parler des vraies affaires aux Québécois qui sont tannés du double discours du oui, peut-être bien que, non, si les conditions météo s’y prêtent, enfin, vous savez bien toutes ces raisons pour nous éloigner de notre but principal : Le pays du Québec.

Squared

Pierre Schneider58 articles

  • 93 569

Journaliste, auteur et poète, Pierre Schneider milite
pour l'Indépendance du Québec depuis le début des années soixante.





Laissez un commentaire



9 commentaires

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    12 juillet 2014

    Mario a passé la première vague de diffamation de la part des canadianisateurs, el la poussière retombe, pour l'été.
    Le Bloc Québécois, on l'a vu, en a été ébranlé. Les vrais indépendantistes voudront maintenant sonner la seconde charge. Mais ils ont besoin de renfort: "Ohé, y'a-t-il encore des indépendantistes au Québec?"
    Oui, nous sommes-là! Nous sommes dispersés dans des partis jadis honnis du P.Q., parce "diviseurs de vote". Mais le P.Q. a reçu un avis d'éviction le 7 avril et il n'y a plus de réponse au numéro signalé. C'est le moment attendu pour que nous nous réunissions sous un nouveau parapluie au nom sans équivoque, parlant de Québec, d'indépendance, de république. Et Mario ne peut rater cette chance, comme chef élu, pour favoriser cette nouvelle coalition. Plus le noyau sera serré au Québec, plus le nouveau Bloc sera craint au Canada. Et la crainte, c'est le début de la sagesse. Partis à sollciter:
    Bloc pot; CAQ; Équipe Autonomiste; Mon pays le QC; NPD du QC
    Option Nationale pour indép. du QC; Parti des sans parti; Parti Équitable
    Parti Indépendantiste; Parti ML du QC; Parti Québécois.
    Parti Unité Nationale; Parti Vert du QC
    QC révolutionnaire démocratique; Québec Solidaire; Union des citoyens du QC

  • Archives de Vigile Répondre

    16 juin 2014

    Vous avez bien raison M. Schneider, avec Mario Beaulieu, les arrivistes et autres carriéristes de tout acabit quitteront le Bloc. Et nous nous en porterons que mieux.
    Il est un spartiate dévot qui ne vit que pour l'avancement de la cause indépendantiste. Il saura s'entourer de gens comme lui qui donnent sans compter.
    Il veut faire du Bloc québécois un «nouveau» Bloc populaire. Il travaillera sans relâche à la convergence nationale des forces indépendantistes. Il mettra à profit son solide réseau au sein des diverses organisations indépendantistes de la société civile ainsi que chez les Québécois issus de l'immigration; ce qui démontre en n'en pas douter qu'il fait la promotion d'un nationalisme progressiste et inclusif.
    C'est un rassembleur. Il est le bon chef au bon moment pour le BQ. J'ai voté pour lui. Il a toute ma confiance.

  • Lise Reid Répondre

    16 juin 2014


    Au BQ et au PQ, il nous faut des leaders qui n'ont pas peur des mots.
    Les fédéralistes nous ont dit qu'ils étaient en guerre et ils nous ont volé
    le referendum de 1995...Si nous voulons exister comme nation française
    en amérique ,le discours de nos chefs doit changer pour entraîner
    l'adhésion et la mobilisation des indépendantistes.
    Passer aux varies affaires,c'est ce que Mario Beaulieu veut faire.
    Nous vaincrons ,nous en sommes encore capables.

  • Archives de Vigile Répondre

    16 juin 2014

    Un autre Super Mario qui carbure au sans plomb.Un autre de ces pompiers aux propos incendiaires.
    Propos incendiaires ? Petit bémol.
    AU PROVINCIAL,JE VOTE LIBÉRAL
    Thomas Mulcair
    Silence radio de la part de tous ces nobody y incluant ce faux-clone de Ti-Gilles à qui on donne le crachoir à toutes les 15 minutes,cet Alexandre et sa macédoine des causes désespérés.
    Au provincial,je vote libéral.bref,il y une très grande différence entre une vague orange et une sensibilité orangiste.
    Super Mario UN pompier qui veut que l'on change les batteries des détecteurs de fumée
    Super Mario...un détecteur de fumistes !!!

  • Ouhgo (Hugues) St-Pierre Répondre

    16 juin 2014

    Au commentateur de 17h55 :
    Quatre fois "Mr" dans 7 lignes, ça impose un rappel:
    Mr, c'est l'abbréviation anglaise de Mister
    En français, c'est "M." avec le point parce que la dernière lettre n'est pas la même que celle du mot "Monsieur". Pour Madame, "Mme" ne prend pas le point parce que la dernière lettre "e" est la même que celle de Madame.

  • Jean-Louis Pérez-Martel Répondre

    15 juin 2014

    Avec Mario Beaulieu, le BQ peut avoir au Québec une majorité de députés aux élections fédérales de 2015 :
    Question du jour à Cyberpresse (15-06-2014)
    L'ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Mario Beaulieu, a été élu hier à la tête du Bloc québécois. M. Beaulieu compte remettre la souveraineté au coeur du message bloquiste. Aux élections fédérales de 2015, pourriez-vous voter pour le Bloc?
    C’est certain …………... 20%
    C’est possible …………. 15%
    Sûrement pas …………. 65%
    Nombre de votes : 9 795 (heure 21 : 00)
    JLPM

  • Archives de Vigile Répondre

    15 juin 2014

    Ouiu j'en suis! Mr Beaulieu est ce que je suis, respectueux des autres en autant que l'autre me respecte. Ceci étant la mollesse et l' aplaventrisme sont choses du passé, que Mr Duceppe s'en offusque c'est son droit mais comme les fédéralistes sont passés à une vitesse grand V pour nous éliminer c'est que nous devons nous aussi répondre de la même manière et c'est cela que Mr Duceppe a peut-être perdu de vue.
    Je salue Mr Beaulieu et j'appuierai tout ce qu'il fera car s'il le fait c'est en connaissance de cause et pour le Québec.

  • François Ricard Répondre

    15 juin 2014

    La question peut, au premier abord, paraître simple: voulons-nous, oui ou non, avoir un pays? Mais, au fin fond, ce n'est pas la véritable question qui est bien plutôt: Voulons-nous continuer d'exister comme nation francophone en Amérique du nord ou voulons-nous, une fois pour toutes, nous assimiler et devenir partie intégrante du Canada? Voilà le véritable choix qui nous confronte.
    Voulons-nous être ou voulons-nous devenir quelqu'un d'autre? Et c'est à nous de répondre.

  • Archives de Vigile Répondre

    15 juin 2014

    Peur de parler de souveraineté !!! ... Je ne crois pas qu'il y ait des militants peureux de parler de leur idéal national...
    Cette méprise vient du fait qu'il y a deux enjeux importants: 1- Faire la promotion de l'idée de l'indépendance. 2- Faire en sorte de se retrouver au pouvoir POUR être en mesure de maximiser les gains nécessaires à une AUTONOMIE économique et politique de plus en plus grande.
    Enfin est-ce le moyen ou la fin qui est le plus important ?... Dans l'aspiration souverainiste, quel est le bût visé ???? Avoir raison ou améliorer les chances d'épanouissement de la nation québécoise et son autonomie ?
    C'est pour cela que j'écris : Un parti de Souverainistes convaincus et missionnaires (au fédéral) propageant la menace séparatiste au ROC... Parfait...
    Mais au provincial... La Social-Démocratie doit primer et le seul parti vraiment social-démocrate qui pouvait avoir la chance d'être élu, ÉTAIT le PQ.
    Mais, dans sa forme actuelle et selon mes conclusions, il ne pourra plus reprendre le pouvoir et son existence même aura un effet de cantonnement d'une majorité (grandissante) d'électeurs vers le parti pouvant le mieux nous éloigner de la menace perçue par cette majorité...
    Misère... Cela fait 40 ans, que l'on tente d'expliquer les bienfaits de l'indépendance à une majorité francophone déclinante en nombre... Qui n'a pas compris et maintenant il faudrait le faire accepter à une portion grandissante de néo-québécois, en plus !!!
    Nous devons pouvoir continuer la promotion de la Souveraineté ET nous devons nous assurer de pouvoir garder les mains sur le volant politique sur notre territoirre. Cela est primordial, il me semble!!!
    Et cela le PQ ne le peut pas....