Stéphane Le Bouyonnec, l'usurier repentant?

L'épine au pied de la CAQ

Le parti que se targue d'incarner le changement eu égard à l'intégrité de ses membres

2752a7541992740ad3a3bc3e520c164d

Tribune libre

La Coalition avenir Québec (CAQ) qui, jusqu’à maintenant, montrait patte blanche dans la pré-campagne électorale, vient de se voir entachée par une révélation fort compromettante, à savoir que le président du parti, Stéphane Le Bouyonnec, doit quitter ses fonctions à la tête d’une entreprise reconnue pour ses prêts consentis à des taux usuraires dépassant les 35 pour cent, la norme québécoise, au vu et au su de François Legault.


« Mon implication dans cette entreprise n’est plus compatible avec mon rôle de président de la CAQ et de candidat à la prochaine élection au Québec », écrit M. Le Bouyonnec dans son communiqué, sans dire pourquoi ou en quoi cette implication semblait acceptable la veille, mais qu’elle ne l’était plus le lendemain En termes clairs, si la situation de M. Le Bouyonnec n’avait pas été dénoncée, le président de la CAQ et candidat dans La Prairie aux prochaines élections aurait continué de vaquer à ces « occupations » pour le moins scandaleuses sans coup férir.


Quant à François Legault, le retrait de son poste de président du conseil d’administration de Techbanx et le fait que M. Le Bouyonnec se départisse de la totalité de ses actions dans l’entreprise constituent à ses yeux une attitude « responsable » qui l’incite à le maintenir dans ses fonctions et à titre de candidat.


À mon avis, François Legault aurait dû immédiatement congédier son président de parti et éviter qu’il devienne une épine au pied de la CAQ qui risque de ralentir l’élan du parti révélé dans le dernier sondage. Un autre incident du même acabit pourrait être désastreux pour un parti qui se targue d’incarner le changement eu égard, notamment, à l’intégrité de ses membres.



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1175 articles

  • 1 180 812

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com




Author extra bg
Author extra bg

La véritable question de l'urne


Author extra bg
Author extra bg

Et la vision?



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé