Le Canada doit se retirer de cet accord international devenu fraude monumentale.

L'arnaque du statut de réfugié.

Une entente équivoque qui privilégie les profiteurs et les abuseurs du système.

Tribune libre

L'arnaque du statut de réfugié.

Ce qui était au départ une intention louable, venir en aide aux persécutés de ce monde (bien que 2 milliards de personnes déclareraient se qualifier ainsi, une bonne taloche est si vite arrivée), est rapidement devenu une arnaque internationale pour remporter le gros lot de soins à vie aux frais du pays d'accueil.

De ne jours, n'importe quel tiers-mondiste reluquant le Canada fait en même temps sa demande de permis de séjour, de visa, de passeport, de permis de travail, d'aide sociale et de réfugié en espérant remporter l'un des prix à la loterie. De nombreux sites web expliquent les techniques à appliquer.

L'un des grands tabous est le coût de chaque réfugié entretenu depuis son arrivée. Rappelons qu'il a jusqu'à dix ans pour se démener juridiquement tout en restant ici à nos dépens. Si jamais il repart, il aura vécu les 10 années les plus riches de sa vie. Pas mal payant comme combine, n'est-ce pas?

Conséquemment, le Canada doit se retirer de cette entente qui ouvre grand les portes aux profiteurs sans scrupules et aux abus de toutes sortes. Commençons plutôt par aider les nôtres.

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie501 articles

  • 954 847

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait carrière dans la fonction publique à l’aide sociale. Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise. L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.





Laissez un commentaire



2 commentaires

  • François Munyabagisha Répondre

    22 novembre 2009

    Sommes-nous sincères en tirant sur le réfugié? Un petit instant, regardons par dessus le réfugié ce qui le pousse réellement à l'exile, et puis plus prés de nous les entreprises impliquées dans les tragédies de ce monde.
    Le miel est propre et bon, mais le parcours de l'abeille ne l'est pas autant.

  • Archives de Vigile Répondre

    22 novembre 2009

    C'est ce que j'appelle des parasites internationaux qui feront sans doute des citoyens canadiens et québécois très honnêtes.