Jean Charest dans la mire de l’UPAC

0e4ed3e614cc3ce171317cc3f899f3e3

Un écran de fumée ! À quand une enquête sur les milliards perdus à la Caisse de dépôt et la privatisation en douce de Hydro-Québec ?

Des enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) tentent de déterminer si l’ex-premier ministre Jean Charest a participé à une opération de financement sectoriel avant d’arriver au pouvoir en 2003, a appris Radio-Canada. M. Charest estsoupçonné d’avoir fait des démarches auprès du président du conseil d’administration de SNC-Lavalin de l’époque et ex-ministre libéral, Guy Saint-Pierre, pour recueillir une somme de 50 000 $ des employés de la firme.
Dans un document de perquisition lié à cette enquête — nomméeMâchurer —, on retrouve les noms de plusieurs élus libéraux, d’hommes d’affaires associés au parti et d’employés. À travers cette enquête, M. Charest est pour la première fois associé directement à une opération de financement auprès d’un dirigeant de SNC-Lavalin. Ronald Poupart, ancien chef de cabinet de Jean Charest, affirme que Marc Bibeau, ex-grand argentier du PLQ, lui avait dit en 2002 qu’il allait rencontrer Guy Saint-Pierre avec Jean Charest pour le convaincre d’obtenir 50 000 $ des employés de SNC-Lavalin.
Toutefois, on ne sait pas si MM. Charest et Bibeau ont obtenu l’argent demandé. Ni Jean Charest ni Marc Bibeau n’ont commenté les informations de Radio-Canada.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé