Imprudence crasse

3173718c8a4cb41024dcce7550f330c3

Les Conservateurs pris les culottes à terre





C’est décidé. Le dépôt du prochain budget fédéral attendra jusqu’en avril, un geste inusité. Il ne faut s’en surprendre qu’à moitié. Depuis que le prix du pétrole est en chute libre, le gouvernement est dans ses petits souliers. Tous ses beaux plans budgétaires sont en péril.


 

Le ministère des Finances avait pourtant tenu compte du fléchissement de la manne pétrolière lorsqu’il prédisait, cet automne, un léger déficit pour l’année financière en cours et un petit surplus de 1,9 milliard pour l’année prochaine. Mais tous ces calculs s’appuyaient sur un prix du baril de pétrole qui n’a cessé de fléchir depuis.


 

Le baril se vendait, le 1er novembre dernier, 81 $US (prix de référence mondial du Brent). À ce prix, Ottawa estimait que ses prévisions de revenus pour l’année en cours devaient être revues à la baisse d’environ 500 millions. Pour les années subséquentes, il estimait que ces prévisions de revenus devaient être réduites de 2,5 milliards par année.


 

La situation n’a fait qu’empirer depuis. Le prix du Brent était hier d’un peu plus de 46 $US, une chute de 35 $US depuis novembre. Les prévisions du gouvernement ne peuvent plus tenir la route dans ces conditions, malgré ce que prétendait encore le ministre des Finances, Joe Oliver, mercredi. En annonçant dès le lendemain qu’il retardait la présentation de son budget jusqu’en avril, il a confirmé qu’on avait eu raison de ne pas le prendre au sérieux la veille.



Au rythme où vont les choses, Ottawa pourrait devoir utiliser toute sa réserve pour éventualités de 3 milliards pour ne pas se retrouver dans le rouge, comme le démontrait le dernier rapport de TD Economics. Mais cela ne suffira que si aucun autre pépin ne survient. À moins d’un rebond spectaculaire et rapide du prix du brut, le fédéral sera pris à la gorge, du moins à court terme.


 

Les conservateurs n’ont qu’eux-mêmes à blâmer. Ils ont, l’automne dernier, donné préséance à leurs intérêts électoraux et à leurs dadas idéologiques plutôt qu’à la stabilité des finances fédérales. Sinon, comment expliquer qu’ils soient allés de l’avant avec leurs allégements fiscaux pour les familles au moment où le prix du pétrole plongeait ?


 

Ce n’est pas la première fois que les conservateurs ignorent toute prudence et font mentir leur réputation de bons gestionnaires. Leur première imprudence a été de promettre et de réduire la TPS de deux points, malgré l’avis contraire d’à peu près tous les experts. Cette mesure, sans aucun effet de levier sur l’économie, a privé le gouvernement de 12 milliards et plus de revenus par année. Le déficit qui a accompagné le plan de relance économique au moment de la récession de 2009 en a été creusé d’autant.


 

Puis, alors que le pays nageait encore dans les déficits, ils ont décidé de procéder avec les réductions d’impôt promises aux entreprises, même si leur taux d’imposition était déjà inférieur à celui des Américains. Pour offrir ce cadeau, ce gouvernement a endetté le pays de 4 à 6 milliards de plus par année.


 

Et là, cet allégement fiscal pour les familles, dont le très inéquitable fractionnement du revenu, qui privera le gouvernement de plus de 3 milliards de revenus cette année, alors que le déficit est toujours une réalité. Les années à venir, la facture oscillera autour de 5 milliards.


 


Ce gouvernement se vante d’être bon gestionnaire en donnant pour preuve la performance du Canada durant et après la dernière crise économique. Il cite son plan de relance, omettant de rappeler qu’il a fallu la menace de la coalition et de la perte du pouvoir pour le pousser à en présenter un.


 

Les conservateurs ont eu le mérite de le mettre en oeuvre sans trop de cafouillages, mais ce qui a le plus aidé le pays et le gouvernement à traverser et à se sortir de la récession, ce sont les fondations solides coulées par le gouvernement Mulroney et l’équipe Chrétien-Martin.


 

Le premier a réalisé le libre-échange avec les États-Unis, introduit la TPS et éliminé le déficit de fonctionnement du gouvernement, le reste du déficit étant attribuable à l’époque au très lourd service de la dette. Les Chrétien et Martin ont effacé ce qui restait de déficit et généré des surplus. Et ils ont résisté aux appels, conservateurs entre autres, pour une déréglementation à l’américaine du secteur bancaire.


 

Le gouvernement Harper a pris quelques mesures, mais n’a entrepris aucune grande réforme structurelle. Il a par contre adopté une politique économique reposant essentiellement sur l’exploitation des ressources naturelles, en particulier le pétrole. La chute du prix du brut vient donc brouiller ses cartes.


 

Si la situation empire, il pourrait être forcé d’accepter un nouveau déficit, d’imposer de nouvelles compressions ou… de renoncer à ses allégements fiscaux pour les familles. Ce dernier scénario n’étant pas dans les cartes, il reste les deux autres, qui ne sont pas à son avantage non plus.


 

Ce report du budget est un aveu d’imprévoyance et d’aveuglement partisan. Obsédés par les élections à venir, les conservateurs ont joué aux dés, rien de moins, avec les finances publiques. Et à risquer gros, on peut perdre beaucoup.







Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé