1er janvier 1959...Cuba est en liesse!

Il y a 60 ans, Castro entre en triomphe à Santiago

Économiquement, la révolution castriste est aujourd'hui à bout de souffle, la croissance stagnant autour de 1 %

6bcd33b464af5d295f593a93e90fc652

Tribune libre

Le 1er janvier 1959, Fidel Castro entre en triomphe à Santiago de Cuba, pendant que des troupes révolutionnaires s'emparent d'autres villes stratégiques. Quelques jours plus tard, Castro marche sur la capitale La Havane


Cuba a célébré mardi les 60 ans de sa révolution socialiste, source d'inspiration pour la gauche en Amérique latine. Pourtant, l'heure n'est pas à la fête. L'héritage historique de la révolution cubaine semble très usé, tant d'un point de vue politique qu'économique. La situation économique de Cuba reste précaire, avec une croissance faible et un embargo toujours aussi pesant de la part des États-Unis.


Et Miguel Diaz-Canel, président depuis avril 2018, ne jouit pas, contrairement aux frères Castro, de la légitimité issue du renversement de la dictature de Fulgencio Batista. À 58 ans, il est plus jeune que la révolution. Pour sa part, le dissident Vladimiro Roca assure que la révolution « va s'éteindre sous son propre poids ». « D'abord, la jeunesse en a marre, elle ne croit en rien de tout ça, et ensuite la révolution n'a plus aucun soutien à l'étranger », a-t-il déclaré.


Porteuse de grandes avancées sociales dans la santé et dans l'éducation, la révolution castriste avait séduit la population cubaine, lassée des années de dictature, et inspiré la plupart des mouvements de gauche d'Amérique latine. Mais elle a ensuite suscité des critiques de la communauté internationale sur la question des droits de la personne et des prisonniers politiques.


Économiquement, elle est aujourd'hui à bout de souffle. La croissance stagne autour de 1 %, ce qui est insuffisant pour couvrir les besoins de la population, qui doit donc supporter les pénuries. Alors que La Havane se heurte à la politique hostile de Donald Trump, le tour d'horizon de ses alliés n'est guère flatteur.


Le Venezuela, lui-même en crise, peine à lui assurer son approvisionnement en pétrole. Et si Vladimir Poutine a qualifié dimanche Cuba de « partenaire stratégique et allié de confiance », dans un message adressé à Raul Castro et à Miguel Diaz-Canel, il n'est pas disposé à subventionner ce pays comme l'a fait l'Union soviétique pendant 30 ans. La Chine non plus. Enfin, la Corée du Nord, où s'est rendu le président cubain en novembre, prévoit tout juste de signer en janvier à La Havane un protocole d'échange commercial et de collaboration…



Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1273 articles

  • 1 168 021

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé