Idées pratiques pour améliorer le système de santé

Ce n'est pas l'argent qui manque mais une meilleure gestion

462c3b45d7f0a369a466861a3dcfc881

Tribune libre

Il y a quelques années, j'avais été frappé par la déclaration d'un ministre de la santé qui, pressé de toutes parts afin d'injecter toujours plus de milliards dans le système, eut une réplique ferme à l'effet que ce n'est pas de l'argent qui manquait dans le système mais bien une meilleure gestion organisationnelle interne.

Une idée fait des petits. Je vous en propose près d'une douzaine comme des graines qui peuvent germer et en engendrer d'autres.

- Clinique externe ouverte le soir et la nuit. Les gens qui se présentent à l'hôpital le soir pour une consultation ne demandent pas mieux que d'aller à la clinique externe. Lorsqu'elle est fermée, on les envoie à l'urgence surcharger le personnel.

- Avant de se présenter dans un hôpital, devoir faire un appel préalable obligatoire au 811 (infirmière et, pourquoi pas, un médecin en seconde ligne). S'il s'avère justifié de se rendre à l'hôpital, on nous remet un numéro de code (transmis à l'hôpital de notre choix) qui vous autorise à se présenter à cet hôpital dans l'heure qui suit.

- Pour se protéger des poursuites, certains médecins font faire une batterie d'examens et de tests exhaustifs pour qu'on ne leur reproche pas d'omissions, faisant ainsi quintupler le coût d'une consultation. Cela prendrait un protocole précis d'examens à faire dans un premier temps, un second, etc. Il y a actuellement trop de latitude personnelle qui permet les abus.

- On fait de l'acharnement thérapeutique avec trop d'interventions coûteuses en fin de vie qui ne servent qu'à prolonger l'agonie de 2 mois de souffrance dépourvue de toute qualité de vie (traitements expérimentaux non démontrés, opérations, médication à 1 000$ la dose). Mettons des limites raisonnables et claires.

- L'urgence déborde: dans un hôpital de 1 000 lits, il doit bien y avoir moyen d'utiliser 10 ou 20 de ces chambres pour ces malades plutôt que de les laisser dans le corridor.

- Bien des personnes âgées vivant en permanence à l'hôpital pourraient être relocalisées dans des centres pour personnes âgées avec une simple infirmière.

- 4 rendez-vous annuels gratuits chez le médecin. Après, le ticket modérateur.

- Certains hypocondriaques et autres angoissés chroniques collectionnent les seconds ou troisièmes avis de médecins et multiplient les visites chez l'un et chez l'autre. Que ce soit à leurs frais.

- Ces mêmes personnes vont souvent hâter sans raison valable le venue d'un rendez-vous. Le médecin dit dans 6 mois, ils viennent dans 4. Les secrétaires devraient avoir à vérifier la date du prochain rendez-vous notée dans le dossier par le médecin avant de l'accorder.

- Les bilans annuels et autre examens périodiques peuvent la plupart du temps être reportés aux 15 mois. Ainsi, le médecin gagne 25% plus de temps (3 mois sur 12 égale 25%) pour voir plus de gens. Que le médecin prenne l'habitude de dire: "revenez me voir dans 4, euh, dans 6 semaines, dans 6, non, dans 8 mois". Les prélèvements sanguins aux 3 mois peuvent être remis à 4, et ainsi de suite.

- Abolir certaines pratiques courantes mais coûteuses. Exemple concret arrivé à un membre de ma famille: une place se libère et on le fait entrer à l'hôpital le vendredi à 16:00, bien qu'il ne verra aucun médecin ni n'aura aucun examen avant le lundi matin. Tout ça pour pouvoir charger à l'état 3 nuits, et tous les frais reliés à l'hospitalisation durant une fin de semaine complète.

Voyez-vous d'autres façons de mieux gérer les sommes allouées à la santé? À votre tour de proposer!

Featured 08e89f9ca3ccd008612a57afbfe02420

Réjean Labrie536 articles

  • 1 008 468

Réjean Labrie, né en 1954, est originaire de Québec. Il a fait une partie de sa carrière dans la fonction publique provinciale à l’aide sociale.

Il est fier d’être un enraciné de la 10ème génération en sol natal.Son élan nationaliste se porte sur la valorisation de la culture québécoise et sur la préservation de l'identité culturelle québécoise et de sa démographie historique.

Il se considère comme un simple citoyen libre-penseur sans ligne de parti à suivre ni carcan idéologique dont il se méfie comme des beaux parleurs de la bien-pensance officielle.

L'icône d'identification montre les fortifications de Québec qui symbolisent notre caractère irréductible et notre résilience face à l'adversité.

Ses quelque 530 articles publiés en ligne ont été lus plus d'un million de fois par tous ceux qui ont voulu partagé sa réflexion depuis plus de 10 ans. À preuve que l'intérêt pour une identité nationale québécoise affirmée ne se dément pas, quoi qu'on en dise.





Laissez un commentaire



3 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    30 avril 2015

    Obliger de gaspiller.
    Gouttes pour les yeux dans un format de 5ml que je dois en jeter un peu plus de la moitié au bout de trente jours, après ouverture, pour la conservation.
    Dû à un manque, mon format avait été remplacé par 2 X 2.5ml avec lesquels j’atteins mes trente jours pour chaque bouteille et le gaspillage réduit grandement.

    Aujourd’hui, le format 2.5ml a été discontinué pour faute de profits (j’imagine)?
    5ml à 89.97$ pour 30 jours VS 2 X 2.5ml à 91.73$ pour 60 jours.

  • Réjean Labrie Répondre

    24 février 2015

    Voici une idée de plus pour éviter le gaspillage:
    - Les médicaments jetés. Il doit se jeter pour des millions de dollars de médicaments inutilisés chaque année. Quelqu'un commence un traitement avec 60 comprimés. Au bout de 10 jours, il fait changer la dose ou la marque, et on jette le reste à la poubelle. Si chaque comprimé inutilisé vaut 3$, cela fait 150$ de gaspillé. Imaginez lorsque c'est multiplié par des millions de personnes. Que les ordonnances soient plus limitées, quitte à les renouveler plus souvent.

  • Archives de Vigile Répondre

    18 février 2015

    Vous proposez des idées intéressantes. Couper dans la bureaucratie en serait une autre.
    Perso, je trouve que les hopitaux de la grande région de Montréal beaucoup trop généralistes. A quoi bon avoir des scanneurs ultra-perfectionnés si ils ne servent que durant les heures d'affaires et ont des listes d'attentes de 6 mois. Meme chose pour un grand nombre de salles d'opérations.
    Il devrait avoir un centre montréalais pour les scanneurs qui opérerait 24h sur 24 à un train d'enfer. Meme chose pour les tests biologiques de tout ordre. Meme chose pour les opérations mineures ou non en autant qu'elles ne soient pas urgentes.