Pour plaire à un certain électorat

Harper invente un faux problème

Et nous enfonce davantage dans le «law and order»

Tribune libre

Fidèle à sa position du respect du « law and order », Stephen Harper y va d’une proposition à l’effet de maintenir prisonnier jusqu’à ce que mort s’ensuive tout détenu condamné à perpétuité. De plus, il outrepasse les pouvoirs de la Commission des libérations conditionnelles du Canada en remettant la décision entre les mains du cabinet fédéral qu’il définit comme « des hommes et des femmes qui sont pleinement redevables aux citoyens et aux familles des victimes de ces crimes. »

Par ailleurs, sur la page d’accueil du site la Commission des libérations conditionnelles du Canada, on peut y lire ce qui suit : « La Commission des libérations conditionnelles contribue à la protection de la société tout en favorisant la réintégration en temps opportun des délinquants comme citoyens respectueux des lois. » En raison du statut d'organisme indépendant dont jouit la CLCC, le ministre n'a pas le pouvoir légal de donner des directives au président ni aux autres membres de la Commission dans le cadre de l'exercice de leur pouvoir décisionnel au sujet de la mise en liberté sous condition de délinquants.

Pour Hugo Cyr, professeur de sciences juridiques à l’Université du Québec à Montréal et spécialiste en droit constitutionnel, cette nouvelle mesure législative « semble être davantage une mesure pour plaire à un certain électorat que la réponse à un problème réel ». Le processus des libérations conditionnelles est actuellement efficace. À mon sens, il m’apparaît évident que Stephen Harper profite d’un contexte social qui lui est favorable pour aller de l’avant avec ce projet…et se gagner ainsi la faveur de l’électorat pour le prochain scrutin fédéral d’octobre 2015.

Aux dires de M Cyr, la proposition de loi représenterait « un recul clair » pour le système juridique canadien. « Cela ne nous aidera pas plus à lutter contre le crime. Les études sont claires : la nature de la sentence n’a pas d’impact en soi sur la criminalité… Ce pourrait même être contre-productif et créer des situations plus dangereuses pour les gardiens de prison et les policiers puisque les prisonniers n’ayant aucune chance de sortie auront moins d’incitatifs à adopter de bons comportements ».

Qu’à cela ne tienne, notre défenseur national de la loi et l’ordre a décidé dans sa grande sagesse que le bon peuple (j’entends par là ses fidèles partisans) réclamait sa protection et qu’il était, par conséquent, légitimé de maintenir à l’ombre les détenus « dangereux », s’octroyant même le pouvoir de bafouer le champ de compétences de la CLCC qu’il qualifie bassement d’un « comité formé de personnes nommées » en omettant l’essentiel, à savoir que ce « comité » est une Commission indépendante, à l’abri de toute forme de partisanerie politique. Une neutralité qui, à mon sens, a de meilleures chances de prendre des décisions éclairées compte tenu de l’expertise de ses membres.

M Harper, vous aurez beau tenter de montrer patte blanche dans ce dossier, vous n’arriverez pas à embarquer l’électorat dans votre entourloupette aux allures de faux problème et aux couleurs électoralistes !

Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1427 articles

  • 1 096 001

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    11 mars 2015

    @Gaston Carmichael
    Dans le même but de promouvoir son idéologie de justice implacable, la décision de diffuser le vidéo de Zehaf-Bibeau est dégoûtante
    Bizarre mais les Harpeophobes l'accusaient de vouloir tout cacher quand la Grc avait dit que cette video ne serait pas diffuser
    Maintenant qu'elle as été diffuser vous prétendez que c'est dégoutant
    À ses parents, qui ont déjà à porter un deuil très lourd, il en ajoute une couche. Il me semble que les parents de Zehaf-Bibeau devraient avoir un droit de veto sur la décision de diffuser publiquement cette video.
    Et les parents de l'adjudant Vincent et du caporal Cerillo assassiner par un converti au nom d'Allah pensez vous qu'ils ne portent pas un deuil tres lourd et qu'ils n'ont pas le droit de savoir
    C'est vrai pour vous c'est négligeable dans votre idéologie anti harper
    Vous me faites penser aux deux conseillers municipaux de Gatineau sont aller offrir leur sympahtie a la mosquée plutot qu'as la famille de Cerillo ..deux vrais beaux dhimis colonisés par l'islam
    On reconnait un vrai bon gauchiste
    Jamais aucune symphatie pour les vrais victimes ..que des larmes et de la symphatie pour les criminels

  • Archives de Vigile Répondre

    7 mars 2015

    Monsieur Marineau,
    Je vous fais mes excuses, j'ai relu mon dernier commentaire et j'y ai été pas mal fort en vous qualifiant d'un peu gaugauche laxiste. D'habitude, j'y vais pas aussi fort en critiquant un de mes alliés de la souveraineté nationale mais qui pense pas comme moi sur certains sujets autre que l'indépendance. Je vous offre mes excuses.
    Bonne journée et continuez de vous exprimer. Je ne suis pas d'accord sur cette question des peines de prison mais bon j'avais pas le droit de vous insulter.

  • Archives de Vigile Répondre

    6 mars 2015

    Monsieur Marineau,
    Je suis en total désaccord avec vous sur ce sujet. Je crois qu'il ne faut pas être laxiste dans le cas de criminels sanguinaires et il faut les punir avec la prison à vie. La justice avec peine bonbon est un problème au Canada. Dans le cas des tueurs, l'État doit protéger les victimes et les populations avant de penser aux droits des criminels.
    Vous direz que c'est l'opinion d'un conservateur et bien oui, je suis un souverainiste progressiste-conservateur. Je pense qu'avec les crimes violents, il faut être sévère par contre, je pense qu'il faudrait être plus clément avec les petits voleurs sans acte de violence, avec les trafiquants de marijuana et aussi légaliser la prostitution et la marijuana. De plus, Harper ne parle pas de peine de mort mais bien de prison à vie pour certains crimes donc de quoi vous plaignez vous. Je vous suspecte d'être un peu gaugauche laxiste mon cher monsieur.

  • Archives de Vigile Répondre

    5 mars 2015

    Dans le même but de promouvoir son idéologie de justice implacable, la décision de diffuser le vidéo de Zehaf-Bibeau est dégoûtante.
    À ses parents, qui ont déjà à porter un deuil très lourd, il en ajoute une couche. Il me semble que les parents de Zehaf-Bibeau devraient avoir un droit de veto sur la décision de diffuser publiquement cette video.
    Consolons-nous. nous serons bien protégé. Les octogénaire en marchette seront maintenant gardé en prison de façon préventive, pour notre propre sécurité. Merci M. Harper!