Élection de «Tom» Mulcair

Faites vos jeux !

Tribune libre

Cette élection de Thomas Mulcair – un nouveau chef fort au NPD – va beaucoup changer la donne chez tous les présents acteurs politiques.
En effet, le premier ministre Stephen Harper fera face aux Communes à un parlementaire coriace, voire à un vlimeux chef de l'opposition aguerri. Un sondage mettrait actuellement NPD et conservateurs à égalité au Canada.
Bob Rae paraîtra un peu plus pâle comme chef du Parti libéral du Canada, qui déclinera encore, d’autant que «Tom» Mulcair est un ex-ministre libéral au Québec.
Qu’en sera-t-il, chez-nous, pour les Jean Charest ? Pauline Marois ? Françoise David et Amir Kadir ? Et pour Daniel Paillé ?
Le Bloc québécois du nouveau chef Daniel Paillé va dans l’immédiat perdre une partie de sa popularité récemment regagnée.
Le Parti québécois va voir renaître la place du Québec à Ottawa, sinon au Canada, et Pauline Marois ne sera plus la seule à harponner Harper sur ses politiques albertaines de droite-droite qu’il nous applique sans égard.
Québec Solidaire du tandem Françoise David-Amir Khadir recevra l'appui du NPD lors des prochaines élections québécoises prévues avant décembre 2013, et ils mettront ainsi davantage en sourdine le projet de la souveraineté du Québec.
Jean Charest va plus fortement penser à quitter la politique, ne pouvant supporter, en octobre 2015, un Mulcair comme éventuel premier ministre du Canada (une ancienne brouille sur l’environnement les lie toujours). Il deviendra ambassadeur…
Voici, à chaud et en bref, comment les cartes me semblent redistribuées.
Sait-on si tout cela est bon pour l'avenir du Québec? Qu’en pensez-vous ?
À vous de jouer, madame et messieurs nos élus.
Gilles Châtillon

Featured ecd453807f45901f215bff194597ab2b

Gilles Châtillon23 articles

  • 16 442

En un mot, j'aspire à être un humaniste en quête de
d'égalité et de solidarité. Une espèce rare et en perdition.

Ma vie professionnelle débute dans l'enseignement, du primaire à
l'université (1963-1970). Pour la suite, à titre de haut fonctionnaire au
Conseil exécutif du Gouvernement du Québec (1977-1984), j'ai facilité le
dialogue social et la concertation au Québec en dirigeant les Conférences
socio-économiques – les 52 « sommets » – ainsi que les dix-sept
Commissions régionales et nationale sur l'avenir politique du Québec.

De 1990 à 2006, j'ai été président-directeur général du Cercle des
présidents du Québec, un réseau sélect de 80 PDG de grandes entreprises du
Québec INC. à l'affût des signaux faibles des futurs possibles pour
éclairer leur gouvernance.

Professeur, administrateur public, dirigeant et consultant d'entreprises,
aussi carnetier sur le Web, je suis diplômé en philosophie, en pédagogie et
en administration (MBA). J'ai œuvré au sein de gouvernements, de
coopératives et d'entreprises privées.

Aujourd'hui, je suis à créer L'institut Québec – Le Monde, un lieu
de réflexion, de propositions et d'influence réunissant des experts et des
universitaires, des gens d'affaires et des artistes, des travailleurs et
des citoyens, des seniors et des jeunes, tous habités par l'idée que
l'avenir ne sait pas attendre et qu'il vaut mieux le convoquer soi-même.





Laissez un commentaire



13 commentaires

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    28 mars 2012

    @ Laurent Desboies:
    Merci pour cette brève biographie.
    Nous savons très bien à qui nous avons affaire.
    Thomas Mulcair n'est pas plus notre ami que ne l'était Royal Orr, à la fin des années 1980 (un autre chef d'Alliance Québec).
    Ou que ne l'est, aujourd'hui, Stephen Harper (un autre qui nous avait courtisés, il y a quelques années)...

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    28 mars 2012

    @ Nathalie Grogières:
    « Je le vois comme le pitbull que souhaitent certains contre Harper, mais qui cherchera à contrer les volontés émancipatrices du Québec.»
    Trop de Québécois pensent que ce serait vraiment une bonne chose, que Mulcair soit ce fameux pitbull.
    Moi, je dis: laissons les Canadiens d'idéologies politiques opposées se battre entre eux!
    Ce n'est pas notre affaire, et nos intérêts sont ailleurs. Investissons nos énergies, vite, de manière à faire connaître le vrai visage de Mulcair, et rebâtissons le Bloc!

  • Archives de Vigile Répondre

    27 mars 2012

    Certains Québécois fédéralistes voient Mulcair comme un Messie. Celui qui va sauver le Canada dont l'unité est plus que jamais mise à mal par le style de gouvernement de Harper.
    Certains autres Québécois, de la gauche solidarienne, voient Mulcair comme le Sauveur des valeurs canadiennes social-démocrates. Ils se cramponnent comme des perdus à la veste du Sauveur (voir la dernière déclaration de Françoise David: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/345935/la-gauche-doit-s-unir-contre-les-conservateurs-dit-quebec-solidaire ). Tout en se disant souverainistes, ils font alliance avec le parti pancanadien le plus centralisateur. Comprenne qui pourra! Et vive la cohérence!
    Pour ma part, je le vois comme l'ancien avocat d'Alliance Québec, qui a combattu tant et plus la loi 101. Je le vois comme le pitbull que souhaitent certains contre Harper, mais qui cherchera à contrer les volontés émancipatrices du Québec. Sa feuille de route est éloquente à ce sujet.
    Rien de bon pour le Québec, quoi!

  • Laurent Desbois Répondre

    26 mars 2012

    Thomas Mulcair NDP était libéral!
    Bob Rae libéral était NDP!
    Lors du vote sur les mesures de guerre en 1970, Il y avait vingt députés NDP au parlement. Tommy Douglas fut le seul à avoir le courage de voter contre et il en a payé le prix politique.
    De plus, le NPD a appuyé les libéraux lors du rapatriement de la constitution de Trudeau en 1982 et lors de la loi sur la clarté de Dion récemment!!!!
    En 2008, le NDP a voté contre le retrait des troupes en Afghanistan en février 2009 et plus récemment, pour le maintien des attaques en Lybie.
    Est-ce un hasard que quand j’écoute ces Turmel (Boivin) ou Mulcair (Saganash), j’ai l’impression d’entendre PET…. un demi-siècle plus tard ! « Un non, c’est un oui….. ». Soyons clair ! Le NDP est un parti ultra centralisateur et fédéraliste!!!
    Mulcair a promis d’aller chercher 50 circonscriptions dans le reste du Canada, pour prendre le pouvoir à Ottawa! Pour faire cela, il doit vendre le Canada des red-necks orangistes et il vient de donner 50 contés aux indépendantistes du Québec!
    Il n’est pas connu dans le ROC! C’est mission impossible! Dans trois ans, il se fait scalper par le ROC, pour ne pas avoir livré la marchandise! MDR

  • Laurent Desbois Répondre

    26 mars 2012

    Qui est Thomas Mulcair???
    Thomas Mulcair est né né à Ottawa, Ontario en 1954, deuxième des dix enfants d'Harry Mulcair et de Jeanne Hurtubise. Bien que sa mère soit d’origine canadienne-français, ses enfants reçurent une éducation en anglais et plusieurs de ceux-ci se trouveraient à Toronto en Ontario, sans maitriser leur langue maternelle, le français !!!
    Il étudie au Vanier College (collège anglais), puis à la faculté de droit de McGill University. Expert en causes linguistiques, il est notamment sollicité par le Conseil de la langue française par le parti libéral et l'organisation Alliance Québec. Alliance Québec est un groupe formé en 1982 et financé par Ottawa pour défendre les droits des anglophones de la province de Québec et instituer des causes légales jusqu’à la cour suprême du Canada contre la loi 101 !
    Il joue un rôle actif lors du référendum de 1995 au Québec pour le camp du NON. Thomas Mulcair, devra verser 95 000 dollars à l'ancien ministre péquiste Yves Duhaime pour atteinte à sa réputation. Le gouvernement a accordé 50 000 dollars de plus au ministre Thomas Mulcair pour payer ses frais judiciaires devant les tribunaux. Selon l'animateur Jean Lapierre, qui a été témoin de l'échange, le ministre Mulcair aurait lancé à Yves Duhaime qu'il avait hâte de le voir en prison.

  • Jean-François-le-Québécois Répondre

    26 mars 2012

    @ G. Châtillon:
    «Cette élection de Thomas Mulcair – un nouveau chef fort au NPD – va beaucoup changer la donne chez tous les présents acteurs politiques.».
    Il y a une autre chose, en tout cas, qui risque fort de changer... À savoir, la perception de Thomas Mulcair au Québec!
    En effet, les (trop) nombreux québécois qui ont voté NPD, il y a près d'un an, misant à peu près uniquement sur le côté sympathique du souriant Jack, vont vite vouloir savoir qui est VRAIMENT le politicien qui le remplace comme chef du NPD.
    Si Mulcair voudra se présenter comme très québécois, comme quelqu'un qui nous comprend bien, ses adversaires pourront rappeller certains faits au public... Notamment, le fait que Mulcair a déjà été membre, et conseiller juridique, de la défunte organisation francophobe Alliance Québec!
    L'image de «bon gars» de Thomas Mulcair, ancien ministre du très corrompu PLQ, sous John James Charest, et ancien militant anti-loi 101, va vite recevoir une claque sur la gueule, si vous me permettez l'expression.
    Avec Jack, les Québécois se sont fait berner, leurrer, par un personnage superficiel et hypocrite; un politicien fédéral qui n'a jamais rien offert de bon à notre nation. Toutefois, avec Mulcair, le NPD place à sa tête un individu qui est tout simplement un ennemi de notre nation (bien qu'il veuille le cacher)!
    J'espère que les Québécois auront la lucidité d'agir en conséquence. À moins de vouloir se ridiculiser, bien sûr...

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2012

    Répéter, tel un mantra, afin de ne jamais l'oublier, que Thomas Mulcair a été membre (avocat et directeur) d'Alliance-Québec.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2012

    Mulcair est la dernière carte du Canada contre le Québec. Les fédés veulent assurer l'après-Harper. Mulcair n'est pas un néo-démocrate. C'est un transfuge libérale. Il va ramener le NPD plus au centre ce qui va le rapprocher du Parti Libéral du Canada, favorisant la fusion inévitable des deux formations politiques. Le Québec n'a rien à attendre de Mulcair. Niet!

  • Jean-Claude Pomerleau Répondre

    26 mars 2012

    Le Canada est inscris dans un processus de dislocation irréversible, clairement lisible depuis le 2 mai. Mulcair ne fait qu'ajouter un chiffon orange à cette dynamique politique selon The National Post (la voix de l'Alberta):
    When Thomas Mulcair runs into Western public opinion there will be blood
    (...)
    There is no doubt that Canada has a two-track economy that threatens to pit region against region. But rather than adding balm to the wounds, Mr. Mulcair stands ready to rub salt.
    (...)
    Given the already massive transfers of wealth taking place, the prospect of a federal government in Ottawa constraining development and re-distributing the proceeds to fund pet projects in the East would be provocative in the extreme.
    (...)
    http://fullcomment.nationalpost.com/2012/03/25/john-ivison-when-thomas-mulcair-runs-into-western-public-opinion-there-will-be-blood/
    .....
    JCPomerleau

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2012

    Monsieur Chatillon,
    vous me donner le goût de faire moi aussi mon jeu tellement le vôtre est stimulant. L'impact de se rebrassage de cartes m'importe pour autant qu'il concerne très précisément le Projet d'Indépendance du Québec. J'ajouterais à votre liste d'acteurs concernés par ce rebrassage de cartes, Jean-Martin Aussan qui réussirait à se faire réélire. Imaginez-le en train d'être un interlocuteur plus écouté que madame Marois dans sa confrontation avec le pouvoir fédéral.Parce que Aussan est un vrai indépendantiste intransigeant sur le fond, un radical, un direct à l'essentiel; avec lui c'est la mort du fédéralisme au Québec. Il fait déjà très peur. Au pouvoir, madame Marois va devoir se radicaliser. Dans ces conditions, Thomas Mulcair chef de l'opposition où premier ministre peu importe. Un gouvernement indépendantiste doit s'installer à Québec et ouvrir le débat constitutionnel en refusant désormais de se concidérer lier par la Constitution de 1981-82.Imaginez!...Que le PQ prend le pouvoir aux élections qui viennent! ... et qu'il décide enfin de faire ce qu'il faut pour faire l'Indépendance! Monsieur Mulcair a du pain sur la planche!

  • Normand Paiement Répondre

    26 mars 2012

    Monsieur Châtillon,
    Je ne suis apparemment pas le seul à voir ce qui nous pend au bout du nez.
    Mulcair a le potentiel d'entretenir l'illusion canadienne dans l'esprit des fédéralistes mous qui seraient susceptibles de se rallier à la cause souverainiste...
    Il va encore nous promettre "un Québec fort dans un Canada uni", chose que le ROC n'acceptera jamais.
    Bref, comme nombre de ses prédécesseurs, il va tenter à son tour de réaliser la quadrature du cercle.
    Et lorsqu'il aura échoué comme tous les autres, le Québec sera devenu trop faible pour se prendre en main.
    Vae victis! disaient les Romains... Et le Québec restera une province, c'est-à-dire, au sens étymologique de ce mot, une "terre de vaincus".
    Mais j'espère me tromper. J'ose croire que nous avons (enfin!) retenu la leçon...
    Normand PAIEMENT

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2012

    C'est la bonne vieille sauce naguère cuite par Pierre Elliott Trudeau qui revient au menu canadian. Comme les libéraux autrefois, le NDP de Mulcair va travailler à faire croire aux Québécois qu'ils peuvent traiter d'égal à égal avec le ROC dans ce beau Canada si grand et si uni et si juste. Et qu'ils ont une place pleine et entière à Ottawa, quitte à leur mentir sur leur sort réel de minorité et du traitement de minorité méprisée dont ils hériteront toujours. C'est d'ailleurs déjà commencé quand ils parlent en même temps des «Canadiens» et des «Québécois» qui pourront demander «ensemble» des comptes à Harper! Ce dont je me souviens surtout en ce qui concerne Mulcair, c'est qu'il a été l'avocat d'Alliance Québec et qu'il s'est acharné à tenter de démontrer que les résultats du référendum de 1995 avaient été indûment faussés par le camp du Oui. Pour faire oublier les falacieuses manoeuvres du groupe du Non peut-être? J'en ai ma claque des politiciens qui parlent des deux coins de la bouche.

  • Archives de Vigile Répondre

    26 mars 2012

    Bref, encore et toujours une Nième ronde d’opportunistes fédéralistes avoués ou non-avouées qui vont nous faire perdre notre temps et notre énergie à tenter de nous faire croire qu’il est possible de s’entendre dans le plus meilleur pays du monde. Et le cœur des crevettes qui ne demande pas mieux que d’y croire béatement. Vive la soumission tranquille !