États d’âme canadiens

01cf23a49539f9957442b0eb7fe693eb

Des politiciens médiocres pour un pays artificiel


Cette chronique que vous lirez ce matin fut écrite dans l’attente des résultats de l’élection d’hier.


Cette fois, il est impossible de savoir rapidement qui sera le premier ministre du Canada. Aucun « si la tendance se maintient ».


Les électeurs ne sont plus acquis sauf dans quelques circonscriptions qu’on appelle des « châteaux forts », comme à Westmount ou Mont-Royal au Québec, ces refuges anglophones.


Le Canada, ce pays de carte postale avec ses Rocheuses peuplées de mouflons et d’ours, ces grandes plaines à l’infini qu’on appelait le grenier du monde, et l’Ontario, le bastion de la culture canadienne du monde des affaires dirigé par des Blancs cravatés, pleins de morgue, incarnant l’éthique anglo-protestante, définissaient le pays du bonheur aux yeux des étrangers.


Le Québec en résilience depuis la conquête anglaise ajoutait une note exotique avec sa langue, ses turbulences, son folklore et ses éclats de voix vite refoulées.


Les provinces de l’Atlantique peu peuplées, composées de gens de mer, taiseux, besogneux et dociles politiquement parlant complétaient le portrait idyllique du Canada d’hier.


Changement


Mine de rien, le Canada est entré dans le changement de paradigme qui affecte tout l’Occident.


L’Alberta avec son pétrole et dirigé par ses cheikhs aux yeux bleus a enrichi le pays, imposé sa loi et détrôné l’Ontario la riche. L’Alberta en ce sens est devenue la vache nourricière du Canada d’aujourd’hui. La province vote en bloc pour le parti conservateur et se laisse bercer par des fantasmes de sécession alors que le Canada vert la méprise et annonce son déclin.








Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.





Le libéralisme « progressiste » de Justin Trudeau a accentué le déclin du pays de rêve. La rectitude politique, l’hypocrisie ont entraîné une perte de repères. Le Canada est une tour de Babel où chacun s’enracine à sa manière, selon ses valeurs, ses traditions, ses mœurs, sa culture. Le pays postnational se construit ainsi sur l’éradication des fondations anciennes.


Le Canada tout entier est devenu un pays non genré où l’on peut être la chose et son contraire. Cela s’applique aussi à la politique. Des candidats verts sont devenus libéraux, certains libéraux adhérèrent au NPD et des néodémocrates votent désormais pour le Bloc québécois.


Conséquences


Cette fluidité n’est pas sans conséquence sur l’adhésion aux institutions politiques. Pourquoi devient-on militant de nos jours ? Comment expliquer la difficulté des partis politiques à recruter des personnes qui placent le service de l’État avant leurs intérêts personnels ?


C’est une élection à l’arraché entre deux chefs. L’un, déboulonné par ses frasques, son double discours, son lyrisme de surface et son incapacité personnelle à élever le débat au-dessus des promesses du moment. Le second, un homme sans autorité et coincé dans une morale étriquée, sans charisme et ayant l’air perdu devant la complexité de nos sociétés modernes.


C’est peu dire que le Canada actuel est dirigé par des hommes d’apparence, de superficialité, qui s’ajustent à leur clientèle respective. Ils sont incapables d’être des modèles inspirants. Ils gouvernent sans gouverner à vrai dire. Ils occupent le pouvoir, au propre comme au figuré.