Diane Lemieux quittera son siège en octobre

Marois dit accueillir cette démission avec déception

50eec34af8bdf7dafcab47f6a738ff21

Démission de Diane Lemieux

Diane Lemieux est la députée péquiste de Bourget. (Photo: Jacques Grenier)
Quebec -- Démise de sa fonction de leader parlementaire du Parti québécois, la députée péquiste de Bourget, Diane Lemieux, quittera son poste de députée à la reprise des travaux parlementaires, le 16 octobre prochain.
Mme Lemieux a confirmé la nouvelle à des adjoints hier.
La nouvelle chef du parti, Pauline Marois, a décidé de confier la tâche de leader parlementaire à un autre député, François Gendron, d'Abitibi-Ouest, qui était depuis mai dernier chef parlementaire du PQ à la suite du départ précipité d'André Boisclair.
Ce remue-ménage effectué par Mme Marois a créé une certaine bisbille au sein du groupe parlementaire péquiste.
Il était impossible hier de joindre les principaux intéressés pour obtenir leur réaction. «Personne ne va commenter», a déclaré un porte-parole de l'aile péquiste.
Le bureau de Mme Marois a cependant diffusé un bref communiqué en fin d'après-midi.
Mme Marois dit «accueillir avec déception» la démission de la députée de Bourget.
Mais «comme chef du Parti québécois, je cherche à instaurer une nouvelle dynamique et de nouvelles façons de faire. En aucun cas, cela ne remet en question la compétence et les qualités des personnes concernées», mentionne la chef péquiste.
Mme Marois signale qu'elle aura bientôt terminé une série de rencontres avec chacun des députés du Parti québécois et qu'elle fera connaître alors une nouvelle répartition des dossiers entre les députés.
Le quotidien La Presse rapportait dans son édition d'hier que Mme Marois et Mme Lemieux se sont rencontrées vendredi dernier et que la chef du parti a prévenu la députée de Bourget des changements qu'elle entendait apporter dans la composition de l'équipe parlementaire.
Mme Marois est devenue officiellement chef du Parti québécois en juin dernier. Des changements ont été nombreux depuis cette date. Le député de Charlevoix, Rosaire Bertrand, a volontairement démissionné la semaine dernière, afin de créer une vacance dans la circonscription de Charlevoix pour qu'une élection complémentaire s'y tienne. Mme Marois s'y portera candidate.
D'autre part, le Parti québécois compte un nouveau directeur général, Simon Bissonnette, qui remplace Pierre-Luc Paquette.
Première femme à être leader parlementaire d'un parti politique à l'Assemblée nationale, Mme Lemieux avait fait preuve d'une pugnacité et d'une combativité peu communes. Certains la jugeaient parfois trop agressive.
Cette tâche difficile de leader parlementaire consiste à diriger le travail de son groupe à l'Assemblée nationale et à s'occuper des questions de procédure. Cela implique d'être un stratège averti et d'avoir une connaissance approfondie du règlement de la Chambre.
Les leaders parlementaires du gouvernement et de l'opposition officielle touchent une importante prime pour exercer cette fonction, mais aucune somme supplémentaire n'est versée au leader parlementaire d'un tiers parti qui siège à l'Assemblée nationale.


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé