Équipes volantes en santé

Déshabiller Paul pour habiller Jean

ChatGPT, un incitatif au plagiat

Tribune libre

Selon Meggie Richard, présidente de l’assemblée des MRC de la Côte-Nord, la crise qui sévit actuellement dans le réseau de la santé sur la Côte-Nord, où un plan de réduction de services a été établi pour répondre à la réduction de personnel causée par la fin du recours aux agences privées en santé, aurait pu être évitée si Québec avait été à l’écoute des réalités régionales.

Par ailleurs, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a opté, selon ses propres paroles, en misant sur «le meilleur des deux mondes» en procédant à la création d’équipes volantes en santé en région éloignée, en termes clairs, en déshabillant Paul pour habiller Jean.

Aux yeux de Mme Richard, Québec, en établissant ces équipes volantes partout au Québec sans distinction eu égard à certaines régions aux besoins particuliers établit un système «mur à mur». «Encore une fois, on se voit mettre dans le même panier que les grands centres, alors qu’on a une situation très particulière», allègue-elle en entrevue à LCN.

D’un autre côté, il m’apparaît opportun de s’interroger sur les motifs justifiables pour lesquels Christian Dubé a dû s’inspirer du privé comme bouée de secours pour pallier la crise en santé au Québec. En bref, pourquoi a-t-il fallu des années de cauchemar chez les patients de la Côte-Nord pour que notre ministre de la Santé fasse appel à des équipes volantes chez le personnel infirmier public? Un revirement de la part du ministre qui laisse supposer un retard inquiétant du système public sur le privé…

ChatGPT, un incitatif au plagiat

La prolifération de l’accessibilité aux robots conversationnels comme ChatGPT chez les étudiants universitaires a pris une ampleur pour le moins inquiétante, voire hors de contrôle. À cet effet, une recherche sur les incitatifs à plagier réalisée par Catherine Déri, post-doctorante à l’Université du Québec en Outaouais, révèle que, outre l’absence de crainte de se faire prendre (79,5% des répondants), c’est le «manque de temps» (52,6%) et le fait qu’il est «facile de copier-coller de l’Internet» (48,3%) qui inciteraient le plus à plagier. Or, Il existe des logiciels de détection de textes plagiés mais ils ne sont pas à point car ils accusent du retard face au développement extrêmement rapide des robots conversationnels.

Conséquemment, il est plus que temps que tous les intervenants en enseignement supérieur décrètent un moratoire, prennent un temps d’arrêt et fixent des balises uniformes pour tous les établissements d’enseignement supérieur eu égard à une utilisation sécuritaire de ChatGPT dans chacune des institutions. Dans cette foulée, ChatGPT doit demeurer un moyen et non un but, les enseignants se doivent de construire leurs plans de cours en ayant comme objectif l’utilisation occasionnelle de l’intelligence artificielle (IA) au moment où elle apporte une information pertinente supplémentaire à leurs contenus de cours.

À mon avis, toute nouvelle approche pédagogique axée sur une nouvelle technologie, quelle qu’elle soit, doit être encadrée par des balises strictes pour éviter un débordement nocif sur l’acte pédagogique dont le fondement repose sur la dualité enseignant-apprenant. L’institution supérieure est un lieu d’apprentissage mais aussi un lieu d’acquisition de valeurs, telles le respect des autres et de soi,le sens de l’effort et l’éducation à la socialisation. Dans ce contexte, il m’apparaît essentiel, voire vital, qu’elle conserve cette vocation fort utile à l’émancipation de la main d’oeuvre de demain à défaut de quoi les robots conversationnels risquent de courtcircuiter le lien essentiel entre l’apprenant et l’enseignant.


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau2042 articles

  • 1 433 630

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé