Des risques cachés à Gentilly-2 ?

Énergie nucléaire - Gentilly

Hélène Lamothe - Trois-Rivières - Dans un article paru dans Le Nouvelliste du 12 mai dernier, le directeur de l'Agence de santé publique, le Dr Gilles W. Grenier, avec son expérience acquise comme coordonnateur du Plan des mesures d'urgence externe à la centrale nucléaire de Gentilly-2 pendant huit ans, déclarait ne pas comprendre que les activités de la centrale G-2 puissent reprendre, après une éventuelle réfection, sans avoir un système d'alerte rapide de la population en cas d'accident. Je me pose la question suivante: est-ce que la population court des risques cachés?
Le gouvernement vient d'effectuer un exercice dans le cadre du Plan des mesures d'urgence nucléaire pour G-2. Il s'agissait de simuler un «incident» à la centrale nucléaire. Les endroits concernés étaient Nicolet et Bécancour, excluant la rive nord, et l'exercice visait quelques dizaines de personnes de différents ministères.
Et voilà maintenant qu'Hydro-Québec aurait acheté deux blindés légers pour «protéger» cette centrale nucléaire dite «sécuritaire». Ne manque-t-il pas un sous-marin ou une frégate pour protéger les accès nautiques et un hélicoptère pour surveiller les airs, 24 heures sur 24? Tant qu'à gaspiller, allons-y gaiement pour «préserver la santé, la sûreté et la sécurité des Canadiens et protéger l'environnement», comme le mentionne si souvent la Commission canadienne de sûreté nucléaire sur son site Web. Le dossier des déchets nucléaires inquiète aussi le Dr Grenier. Alors qu'aucune solution n'est connue ni pour leur traitement sécuritaire ni pour leur destination finale, comment peut-on nous rassurer? L'ajout projeté de 2500 tonnes supplémentaires n'arrangera pas l'affaire.
Pourquoi le gouvernement et Hydro-Québec persistent-ils à poursuivre le projet aventureux et dangereux de la reconstruction de Gentilly-2? Deux chars d'assaut pour notre sécurité énergétique: sommes-nous rendus en Afghanistan? Gentilly-2 vit à l'heure du terrorisme international... Hydro se militarise!
Gentilly-2 est une aberration sécuritaire et financière considérable que nos gouvernants ne devraient accepter sous aucune considération. Ce legs toxique et financier intergénérationnel est scandaleux! Les motifs présentés dans des rapports «ingénieux» pour cautionner sa reconstruction ne tiennent pas la route. Comment faire entendre raison au gouvernement actuel qui, pour des motifs obscurs, continue à ignorer la réalité? La demande d'enquête sur la construction ne devrait-elle pas comprendre aussi la saga de G-2?
Ces nouvelles m'ont profondément insécurisée quant aux énormes responsabilités qui découlent de la survie d'une centrale nucléaire CANDU dont la technologie est mal maîtrisée. Connaissons-nous vraiment les dangers d'un tel joujou, qui de plus est non rentable et impertinent du point de vue énergétique, dans notre région, au coeur même du Québec?
***
Hélène Lamothe - Trois-Rivières


Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé