Mort de George Floyd

Derek Chauvin libéré sous caution

Le Québec de plus en plus dans le rouge

E68ecb12ae9c2881e7f1363e57a9036b

Tribune libre

 




Le 25 mai, une vidéo en direct montrant l’ex-policier Derek Chauvin, devant les yeux de millions de téléspectateur autour du monde, appuyer son genou pendant de longues minutes sur le cou de George Floyd alors qu’il était allongé sur le ventre, les mains menottées dans le dos, implorant à plusieurs reprises l’agent de desserrer son étreinte, clamant qu’il ne pouvait pas respirer, n’a pas convaincu le juge de détenir en prison l’ancien policier Derek Chauvin, inculpé pour le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd, Chauvin ayant été remis en liberté contre le versement d’une caution d’un million de dollars en attendant d’être jugé l’année prochaine dans cette affaire.

Aux yeux de Ben Crump, l’avocat de la famille de George Floyd, en versant une caution d’un million de dollars, Derek Chauvin « a acheté sa liberté après avoir pris la vie de George Floyd pour 20 dollars », l’afro-américain ayant été accusé d’avoir utilisé un faux billet dans un magasin… Tel était le « crime » de George Floyd!

Le 11 septembre, Derek Chauvin a comparu devant un juge avec ses trois coaccusés, qui, eux, ont été remis en liberté sous caution depuis plusieurs semaines. Lors de cette comparution, l’accusation a indiqué qu’elle comptait demander des peines exceptionnellement longues pour les ex-policiers, en raison de la « cruauté particulière » de leur acte et du statut « vulnérable »» de la victime au moment des faits.

Quant aux quatre ex-policiers, ils ont pour leur part demandé l’abandon des poursuites qui pèsent contre eux, plaidant avoir fait un usage raisonnable de la force face à un homme qui se débattait. George Floyd est « probablement mort d’une surdose au fentanyl », a assuré l’avocat de Derek Chauvin.

Au moment où l’on vit au Québec un épisode tragique de racisme systémique contre une femme autochtone, le triste épisode de Minneapolis nous remet devant une accablante réalité, à savoir que le combat des minorités visibles face aux suprémacistes blancs a encore bien des chemins à parcourir avant d’arriver à destination…

https://www.journaldemontreal.com/2020/10/07/etats-unis--lagent-derek-chauvin-principal-inculpe-du-meurtre-de-george-floyd-libere-sous-caution

Le Québec de plus en plus dans le rouge

Depuis près de huit mois, nous sommes quotidiennement inondés sur les divers médias de chiffres sur l’évolution de la pandémie liée à la COVID-19, portant sur l’augmentation du nombre de décès, de cas diagnostiqués, du nombre d’hospitalisations jusqu’au nombre de patients aux soins intensifs.

À ce jour, le Québec détient le pire bilan au Canada avec 5 900 décès comparativement à 9530 pour l’ensemble du Canada, soit 62 % de tous les décès au pays. Quoique nous sachions que la très grande majorité des décès liés à la COVID-19 lors de la première vague proviennent des résidences pour personnes âgées et des Centres hospitaliers pour soins de longue durée (CHSLD), la deuxième vague frappe toutes les couches d’âge de la société et entraine dans son sillon, par le fait même, une contamination communautaire dont le nombre de foyers d’éclosion s’accroît à vitesse grand V à raison de quelque 1 000 nouveaux cas détectés par jour.

Conséquemment, le nombre de régions dans la zone rouge augmente si bien qu’on ne peut que constater que le Québec bascule de plus en plus dans le rouge et ce, malgré les appels répétés du premier ministre et du ministre de la Santé à la population à demeurer confinée à la maison.

Face à un scénario aussi alarmant, à mon avis, il y a tout lieu de se demander pourquoi le Québec présente un bilan provisoire aussi décevant considérant toute la panoplie de mesures de sécurité sanitaire mises de l’avant par le gouvernement conjointement avec la santé publique depuis le début de la pandémie… La question reste entière, les réponses devront de facto venir un jour!


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1494 articles

  • 1 114 101

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé