Valse-hésitation de Trudeau

Défendre la liberté d’expression mais…

Le gouvernement Legault doit justifier ses mesures sanitaires

28916cd6be310470eebef13de45cf5b3

Tribune libre

Le premier ministre Justin Trudeau s’est finalement distancé de la position du président français Manuel Macron eu égard aux caricatures de Mahomet en affirmantqu’il allait « toujours défendre la liberté d’expression » mais que « dans une société pluraliste, diverse et respectueuse comme la nôtre, nous devons être conscients de l’impact de nos mots, de nos gestes sur les autres, particulièrement ces communautés et populations qui vivent énormément de discrimination encore. »


Par ailleurs, dans un scénario fictif mais plausible, M. Trudeau trouverait-il inappropriée une caricature le représentant en train de faire une allocution devant une salle bondée venue l’entendre faire les louanges de We Charity, accompagné sur la scène par sa mère Margareth Trudeau et son épouse Sophie Grégoire?

Aux dires du premier ministre, la liberté d’expression doit s’exercer dans le « respect pour les autres » et avec le souci de « ne pas blesser de façon arbitraire ou inutile », l’intention du caricaturiste, sans malice soit-elle, n’étant pas nécessairement pertinente dans le débat.


Revenons-en à notre caricature de M. Trudeau en lien avec l’organisme We Charity. Dans un tel cas, Justin Trudeau invoquerait-il le fait que l’intention du caricaturiste « n’était pas nécessairement pertinente dans le « débat » et qu’elle « dépassait les limites du respect pour les autres »?


À toutes fins pratiques, monsieur Trudeau, la décision de l’enseignant français Samuel Paty de montrer des caricatures de Mahomet à ses élèves dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression était-elle condamnable en vertu de vos balises? Et si oui, quelle sanction M. Paty aurait-il dû recevoir?


Le gouvernement Legault doit justifier ses mesures sanitaires

Le bras-de-fer qui a opposé récemment une coalition formée de plus de 250 gymnases, centres de yoga, de danse, d’arts martiaux et de CrossFit au gouvernement incarne, selon moi, le résultat de mesures sanitaires coercitives pour lesquelles les propriétaires ne voient pas la nécessité eu égard à l’entreprise qu’ils gèrent.

À cet effet, plus la période d’arrêt des activités de ces centres se prolongera, plus il deviendra essentiel que le gouvernement justifie auprès des propriétaires et des utilisateurs les motifs inhérents à la prolongation de l’application des mesures sanitaires mises en place.


À mon avis, le simple fait de dire que le nombre de cas quotidiens de contaminations au coronavirus au Québec est encore trop élevé pour atténuer les règles régissant les mesures sanitaires n’est pas suffisant pour convaincre ces propriétaires qui, de leur côté, sont convaincus que leurs centres répondent aux normes de sécurité sanitaires exigées par le gouvernement.


De surcroît, je crois que le gouvernement se doit de se montrer sensible à un des arguments de ces propriétaires, à savoir le bien-être physique et psychologique que procurent à leur clientèle ces séances d’entrainement, et par ricochet, les effets négatifs d’en être privée.


Enfin, je suis d’avis que le dialogue entre les parties est encore le meilleur moyen d’en venir à une entente… pour autant que les deux parties se plient à cet exercice de bonne foi et s’entendent sur un modus vivendi acceptable pour tous.


 


Henri Marineau, Québec


Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1513 articles

  • 1 120 286

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé