De nouvelles allégations s’ajoutent à l’enquête sur le ministre Fitzgibbon

0cbfaba33de0163d721801cbce1068f5

Fitzgibbon met la CAQ dans l'eau chaude



La commissaire à l’éthique Ariane Mignolet enquêtera sur de nouvelles allégations de conflit d’intérêts touchant le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon.




La commissaire se rend ainsi à la requête de la députée libérale de l’Acadie, Christine St-Pierre, qui avait demandé son intervention vendredi.



Ariane Mignolet.<br>Commissaire<br>à l’éthique

Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNES

Ariane Mignolet. Commissaire à l’éthique




Mme St-Pierre a formulé sa requête après la publication d’un reportage de notre Bureau d’enquête exposant la situation de M. Fitzgibbon au sujet de l’entreprise Polycor, à qui il a promis l’aide financière du gouvernement pour un projet d’exportation de quartz.




Polycor a retenu les services d’un ami lobbyiste du ministre, Luc Laperrière. Les représentants de l’entreprise et M. Laperrière ont rencontré M. Fitzgibbon cet été au sujet de leur projet d’exportation.




M. Laperrière a déjà évité à M. Fitzgibbon de se retrouver dans une première situation d’apparence de conflit d’intérêts, en lui rachetant des actions d’une entreprise, MOVE Protéine, il y a quelques mois.




LE DOSSIER S’ALOURDIT




La commissaire enquête déjà sur le dossier MOVE Protéine. Son adjointe exécutive, Shirley-Ann Sheridan, a affirmé hier dans un courriel à notre Bureau d’enquête que ce premier dossier inclura désormais les faits entourant le dossier Polycor.




«Compte tenu des liens entre l’objet de la demande et l’enquête déjà initiée au sujet du ministre de l’Économie et de l’Innovation et député de Terrebonne, cette dernière sera élargie de manière à y inclure les nouveaux éléments soumis par la députée de l’Acadie», a-t-elle déclaré.




Mme St-Pierre avait soutenu que l’aide promise par M. Fitzgibbon à Polycor, qui ne l’a pas encore acceptée, pourrait paraître comme étant un retour d’ascenseur à son ami qui représente cette entreprise.