Course à la direction du PLQ: Paule Robitaille choisit Anglade

76191773a1918889ebc20bd89f7d54e1

Le PLQ toujours en déni des accusations de corruption qui pèsent contre lui


Préférant une chef plus « rassembleuse », la députée Paule Robitaille se range derrière Dominique Anglade dans la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ). 


La députée de Bourassa-Sauvé est la treizième élue à joindre le clan Anglade. Le seul autre candidat en lice au trône libéral est l’ex-maire de Drummondville, Alexandre Cusson. 


Selon Paule Robitaille, l’ex-vice-première ministre du gouvernement Couillard est la candidate idéale pour affronter François Legault. 


Femme inspirante 


Le fait que Dominique Anglade soit une femme, une mère de famille, issue de l’immigration inspire grandement la députée. 


« J’ai trouvé qu’elle avait les qualités de leader, de rassembleuse qu’il fallait et que je ne retrouvais pas nécessairement chez Alexandre [Cusson], précise-t-elle, en entrevue avec notre Bureau parlementaire. [Dominique Anglade] a les qualités qu’il faut pour se battre contre M. Legault, je pense qu’on va offrir aux Québécois autre chose, une image d’un Québec ouvert, inclusif. » 


Mme Robitaille affirme que les récentes attaques de l’équipe du candidat Cusson à l’endroit de Dominique Anglade n’ont pas influencé son choix. « Ma décision était déjà prise », dit-elle. 


dérapage 


Paule Robitaille estime tout de même que les flèches qu’a décochées sa lieutenante Marwah Rizqy à sa favorite étaient « gratuites ». La députée de Saint-Laurent a reproché à Dominique Anglade de « vivre dans le déni » au sujet de l’éthique de son parti. 








Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.





« Personne autour de moi ne nie qu’il y a quelque chose qui nous colle à la peau, et puis on en prend acte et on veut tourner la page », insiste-t-elle. 


La députée Robitaille croit d’ailleurs que l’ex-maire de Drummondville aura l’occasion de montrer sa vraie nature au cours des prochaines semaines, des prochains mois. 


« Je pense que ça va être un test pour Alexandre Cusson de ses capacités de leader, de savoir fédérer. Est-ce qu’il va être capable de contenir son lieutenant [Marwah Rizqy] pour ne pas qu’il y ait des dérapages comme celui-là, qui sont plus diviseurs que constructifs ? »