Charest de retour? Pourquoi pas!

7c8398f2aa7b1a508cce3a14a66e81fc

Les anciens du PLQ sont ravis...


Alors, Jean Charest, chef du Parti conservateur, c’est plausible ? Absolument !


Et c’est probablement la meilleure chose qui pourrait arriver aux conservateurs.


Comme une personne qui est bien au fait des démarches du principal intéressé me le faisait remarquer, les militants ne vont pas se magasiner un chef de parti. Ils vont plutôt se chercher un premier ministre.


C’est une nuance qui est fort importante. Car il ne s’agit pas de rebâtir un parti décimé, de le renouveler en traversant le désert.


Non. Le pouvoir est aux portes. Dans un contexte de gouvernement minoritaire, les bleus ont besoin d’une personne qui pourra rapidement se positionner en alternative crédible à Justin Trudeau.


Notoriété


Jean Charest a une immense notoriété dans le Canada. Il est parfaitement bilingue et il n’y a aucune ambiguïté quant à ses valeurs sur les questions sociales.


Il a une sensibilité pour l’environnement, mais il reconnaît le rôle essentiel que l’Ouest canadien joue dans le dynamisme économique du pays.


Et, d’abord et avant tout, il est un politicien exceptionnel. Le charisme qui fait défaut à tellement de politiciens, eh bien, lui, il l’incarne jusqu’au bout des ongles.


Québec


Certains se posent des questions sur sa capacité à rallier le Québec, notamment en raison de l’enquête policière de l’UPAC. Ce n’est assurément pas une situation idéale. Mais il faut aussi reconnaître que l’ancien chef du PLQ n’a jamais été accusé de rien.


Puis, on peut s’imaginer que tous les sympathisants conservateurs du Québec voteraient pour lui. Et ajoutez une masse critique de libéraux provinciaux qui se rallieraient avec enthousiasme.


Ce qui veut dire que monsieur Charest conserverait non seulement les acquis actuels, mais il ferait fort probablement des gains. En plus de passer potentiellement la gratte dans le reste du pays.


Alors, n’allez surtout pas croire que la perspective de revoir l’ancien premier ministre en politique active est farfelue. Car le scénario tient assurément la route.