Couillard devrait se demander si son leadership n'est pas remis en question...

Ça sent la soupe chaude!

Au rythme où vont les départs du PLQ, le chef du parti va se retrouver avec une équipe de pee-wee autour de lui!

46fccf66da930fa89c7798343722fdc0

Tribune libre

Le départ de Laurent Lessard à titre de candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) devient le 17ième député du PLQ à ne pas se représenter au scrutin du 1er octobre 2018. Une liste qui n’en finit plus de s’allonger et qui témoigne, à mes yeux, que ça sent la soupe chaude dans les officines du gouvernement Couillard.


Le premier ministre aura beau arguer que son parti pourra ainsi compter sur « l’équipe la plus renouvelée », il n’en demeure pas moins que ces nombreux départs ne sont pas étrangers aux derniers sondages qui accordent très peu de chances au PLQ de reprendre le pouvoir, la CAQ bénéficiant d’une avance assez confortable des intentions de vote des Québécois.


Quant aux candidats vedettes dont M. Couillard a maintes fois fait allusion lors de points de presse, ils se font toujours attendre à tel point qu’on est enclin à se demander si le PLQ n’est pas devenu un parti usé par ses quinze dernières années de pouvoir au cours desquelles il a dû faire face à de nombreuses allégations de corruptions et de collusions sans compter les dernières années d’austérité qui ont ébranlé les infrastructures des services gouvernementaux, notamment en santé et en éducation.


Enfin, Philippe Couillard devrait se demander si son leadership n’est pas remis en question suite à ces nombreux départs qu’il n’a pas su garder dans la bergerie libérale! Au rythme où vont les départs du PLQ, le chef du parti va se retrouver avec une équipe de pee-wee autour de lui!


En termes clairs, Couillard aura beau faire l’indifférent face aux départs de plusieurs de ses ouailles, force est d’admettre la descente du PLQ non seulement à cause du désaveu de l’électorat mais aussi du flegme glacial légendaire du « bon docteur Couillard » qui obstrue tout effort de communication entre lui et ses députés et ministres.




Henri Marineau, Québec 

 



Featured 19e390a78eaf9d290f5b6b4a1e389e83

Henri Marineau1130 articles

  • 852 342

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau fait ses études classiques à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier entre autres, ceux de responsables des élèves, de directeur des services pédagogiques et de directeur général. Après une carrière de trente-et-un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003. À partir de ce moment-là, il arpente la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la biographie, le roman, la satire, le théâtre, le conte, la poésie et la chronique. Pour en connaître davantage sur ses écrits, vous pouvez consulter son site personnel au www.henrimarineau.com





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé