Buttigieg et Sanders au coude-à-coude au début des primaires démocrates

2e160efb9afa90f8784e76af5d4a6714

Si Sanders est choisi, Trump est sûr d'être réélu


(Manchester) À la faveur de nouveaux dépouillements tardifs dans l’Iowa, où 97 % des suffrages ont maintenant été comptabilisés, Bernie Sanders était au coude-à-coude jeudi avec Pete Buttigieg dans le premier vote des primaires présidentielles démocrates, forçant leurs rivaux à revoir leur stratégie.


Les « caucus » – assemblées d’électeurs affiliés à un parti – dans cet État rural du Midwest se sont tenus lundi de manière chaotique avec des résultats différés par un fiasco informatique.


L'avance de « Mayor Pete » réduite à 3 voix


À cinq jours de la nouvelle étape, dans le New Hampshire, de ces primaires, qui désigneront l’adversaire démocrate de Donald Trump à la présidentielle de novembre, Pete Buttigieg obtient 26,2 % des délégués en jeu dans l’Iowa, contre 26,1 % pour le sénateur socialiste Sanders, qui a recueilli plus de voix, mais doit composer ici avec les règles complexes des « caucus ».


En valeur absolue, l’ancien maire de la petite ville de South Bend, dans l’Indiana, pouvait compter dans la matinée sur 550 délégués, contre 547 pour Bernie Sanders. Les résultats de 54 bureaux de vote étaient encore attendus.


 

L’avance de « Mayor Pete », comme il est surnommé aux États-Unis, a fondu par rapport à la veille, quand, après 86 % de dépouillement, il pouvait compter sur 1,3 point de pourcentage de plus que Bernie Sanders.  


Mardi, le modéré de 38 ans a célébré une « victoire stupéfiante » après l’annonce de résultats partiels.


25 millions en contributions pour Bernie Sanders juste en janvier


Mais pour accompagner sa remontée dans l’Iowa, l’équipe de campagne de Bernie Sanders a pu se targuer jeudi d’avoir réuni 25 millions de dollars en levée de fonds au mois de janvier, son plus haut montant depuis son entrée dans la course.  





PHOTO STEPHEN MATUREN, AFP


Elizabeth Warren, sénatrice du Massachusetts, et Bernie Sanders, sénateur du Vermont.





Aucun candidat n’a pour l’instant réussi à réunir autant d’argent en si peu de temps.


Le sénateur de 78 ans, très marqué à gauche, s’enorgueillit de ne pas accepter des grosses sommes de donateurs aisés. Son équipe a expliqué avoir reçu en janvier le soutien financier de 219 000 nouveaux partisans, des « Américains des classes populaires qui donnent 18 dollars à la fois ».


Elle a ajouté se préparer à investir 5,5 millions de dollars dans des publicités ciblant 10 États.  


Dans le même temps, et alors qu’avec l’acquittement de Donald Trump au Sénat les primaires redeviennent la principale actualité politique du pays, Joe Biden et Elizabeth Warren ont été obligés de réduire la voilure.


Elizabeth Warren gratte les fonds de tiroir


La sénatrice progressiste du Massachusetts, qui incarne avec Bernie Sanders l’aile gauche du parti démocrate lors de ces primaires, arrive à la 3e place dans l’Iowa avec environ 18,2 % des voix.


Un résultat qui devrait refroidir ses soutiens financiers et qui l’a obligée à retirer 500 000 dollars de publicités télévisées qui devaient être diffusées dans le Nevada et la Caroline du Sud, des États cruciaux en prévision du « Super Tuesday » de mars.


« Je veux toujours faire attention à comment nous dépensons notre argent », a-t-elle justifié mercredi.  


Joe Biden a pour sa part subi une sévère déconvenue dans l’Iowa puisqu’il devrait y finir 4e, avec environ 15,8 % des délégués.





PHOTO JIM WATSON, AFP


Joe Biden, l'ancien vice-président de Barack Obama, et Pete Buttigieg, maire de South Bend, en Indiana.





« Je m’attendais à faire mieux », a reconnu mercredi soir l’ancien vice-président de Barack Obama lors d’un débat organisé par CNN avec des électeurs dans le New Hampshire.


Un sacré coup dans la bedaine, dit Biden


« Je ne veux pas minimiser ce qui s'est passé, on a pris un coup à l’estomac dans l’Iowa », a-t-il ajouté lors d’un discours au cours duquel il a également durci le ton contre les deux nouveaux favoris.


Après avoir reproché à Bernie Sanders de ne pas pouvoir faire gagner les démocrates face à Donald Trump à cause de son étiquette de « socialiste », il s’en est pris à Pete Buttigieg, lui reprochant d’avoir critiqué plusieurs aspects de la présidence de Barack Obama.


Dans les sondages nationaux, Joe Biden est toujours en tête de la course démocrate à la Maison-Blanche.


Pour revendiquer la victoire à l’échelle nationale, un candidat devra rassembler au moins 1991 délégués, qui sont assignés proportionnellement aux prétendants à la Maison-Blanche d’après le résultat de chaque vote des primaires.


Dans l’Iowa, 41 délégués sont en jeu tandis qu’ils sont 24 dans le New Hampshire.