Bouchard déplore la volte-face de Taylor sur la laïcité

La volte-face de Charles Taylor a permis à Couillard de résister au consensus qui se dessinait, dit-il en entrevue au «Devoir»

45630bed8a7d586726246d18486f49eb

Voilà ce qui arrive quand on «dégage des consensus» artificiels






Non seulement Gérard Bouchard ne change pas d’avis, il trouve « décevant » le recul de son collègue Charles Taylor. Selon lui, ne pas légiférer pour interdire le port de signes religieux pour les juges, les policiers et les gardiens de prison ne réconciliera en rien le Québec. Pire, cela aura l’effet contraire.


 

« Le débat va reprendre et il va ressembler à celui qu’on a depuis les quinze dernières années, qui est très émotif. Il se prêtera à des dérapages et sans aucun doute en arrivera à blesser des membres des communautés religieuses », a déclaré Gérard Bouchard en entrevue au Devoir.


 

Maintenant qu’il a laissé s’exprimer celui avec qui il a présidé la commission sur les accommodements raisonnables, il se dit obligé de rappeler sa position dans les médias. Cette volte-face ne l’a pas surpris, Charles Taylor ayant laissé de plus en plus transparaître, notamment dans un livre sur la laïcité publié en 2010, son inconfort devant cette recommandation du rapport. M. Bouchard attribue la sortie publique de M. Taylor à la rumeur persistante voulant que le premier ministre Philippe Couillard allait se rallier au consensus qui était en train d’émerger à l’Assemblée nationale.


 

Tout en respectant la pensée de son collègue, il déplore le fait que l’un des « buts » de ce dernier était de contribuer à mettre en échec ce consensus. « Parce qu’il n’y a plus d’entente, le PQ, la CAQ vont être tentés de reprendre leurs billes jusqu’aux prochaines élections », dit l’auteur et sociologue de l’Université du Québec à Chicoutimi.


 

Il se dit « triste » de voir s’envoler toute chance de réconciliation des Québécois qui, affirme-t-il, sont « tannés » de ce débat. « On est ramenés à la case départ. Et je ne vois pas quand les astres vont se réaligner, dit-il. C’était quand même exceptionnel que trois partis sur quatre mettent de l’eau dans leur vin pour s’entendre. »


 

Mais, selon lui, la faute revient avant tout au premier ministre. « Il me paraît évident que la responsabilité de l’échec du consensus appartient à M. Couillard. Il a adopté une position extrêmement rigide au nom des principes de la liberté individuelle alors qu’en droit, il y a des conceptions de la liberté individuelle qui amènent à certaines limites qu’on peut concilier avec des principes collectifs, explique-t-il. M. Couillard n’a pas le monopole des principes ou de la morale publique. »


 

Il l’accuse également d’être en contradiction avec lui-même, puisqu’il a rejeté la recommandation que M. Bouchard soutient maintenant seul sous prétexte qu’il est contre toute forme de discrimination vestimentaire. « Or, l’article principal de son projet de loi 62 [sur la neutralité de l’État] consiste à interdire aux femmes musulmanes de porter le voile si elles veulent recevoir des services de l’État. On n’est pas dans le vestimentaire, là ? fait remarquer le sociologue. M. Couillard est en parfaite contradiction. On pourrait se passer de ses leçons de morale. »


 

L’importance de légiférer


 

Car, oui, il est urgent de s’entendre, insiste Gérard Bouchard. « Pourquoi attendre qu’il y ait une crise avant d’intervenir ? Après 15 ans de querelles, on doit avoir appris quelque chose, on doit savoir qu’il y a une énorme sensibilité sur ces questions-là. » Il rappelle que le Québec s’est beaucoup déchiré lors des crises autour du kirpan, du porc dans les cabanes à sucre, des fenêtres givrées des juifs hassidiques. « Il faut garder ça à l’esprit. On doit avoir appris de ce qu’on a vécu et agir. »


 

Interdire le port de signes religieux — croix, kippa, voile, kirpan — est essentiel pour assurer la crédibilité des personnes exerçant des fonctions de coercition.


 

Maintenant que le consensus a volé en éclats, il faut s’occuper des « priorités évidentes », dit M. Bouchard. Comme la lutte contre la discrimination, le sous-emploi chez les immigrants, les rapprochements interculturels. « Il faut vider le panier de crabes des accommodements raisonnables », soutient-il, rappelant que les deux tiers des Québécois disent être mal à l’aise avec ça. Pour ce faire, il répète qu’il est « urgent » de mener une enquête qui donne l’heure juste sur le nombre et le type d’accommodements qui ont été faits, et sur la façon dont ils sont gérés.


 
> Lire la suite de l'article sur Le Devoir



Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé