«Batailles existentielles»?

Tribune libre


L'ère du post-fédéralisme
_ Alain Dubuc, La Presse
_ le 09 juillet 2011

« Le véritable défi de ceux qui croient que c'est une bonne chose que le Québec maintienne son lien avec le reste du Canada, ce ne sera plus de combattre la souveraineté, mais plutôt de s'attaquer à l'indifférence manifestée par bien des Québécois à l'égard du pays dont ils font partie. »

Votre éditorial semble s’inspirer du blogue de Jean-François Lisée et vos anxiétés semblent être inspirées par votre ami fédéraliste convaincu Jedwab, “ce qui m’inquiète est que la totalité des groupes de moins de 65 ans se sentent très détachés du Canada”.
La décanadianisation du Québec s’accélère
Donc l’identité québécoise est majoritaire dans la totalité de l’opinion québécoise (et pas seulement francophone) depuis maintenant six ans. L’identité québécoise a atteint, en novembre 2010, un niveau historique de 60% ! La situation est également plus nette lorsqu’on décompose par groupe d’âge.
Alors, commente Jedwab, “ce qui m’inquiète est que la totalité des groupes de moins de 65 ans se sentent très détachés du Canada”. Jack est, comme chacun le sait, un fédéraliste convaincu. Il a de bonnes raisons d’être inquiet.
« Le véritable défi de ceux qui croient que c'est une bonne chose que le Québec maintienne son lien avec le reste du Canada, sera plutôt de «s'attaquer » à l'indifférence manifestée par bien des Québécois à l'égard du pays dont ils font partie. »
«s'attaquer »? Dites-vous. Proposez-vous un nouveau programme des commandites par hasard ? Chuck (Charles) Guité serait peut-être un modèle à suivre, voir la Commission Gomery!
L'ex-ministre David Dingwall raconte à quel point l'ancien fonctionnaire suscitait l'admiration
Ottawa -- Il y a 10 ans, l'ancien directeur du programme des commandites, Charles Guité, aurait probablement obtenu le titre d'employé modèle du gouvernement, tant les éloges pour son travail étaient unanimes.
Quand René Lévesque prit le pouvoir le 15 novembre 1976, Roméo Leblanc était ministre de Trudeau et il avait dit que, face aux séparatistes, le Conseil des ministres du Canada devenait un ''war room''. Ottawa et les anglais ont toujours été en guerre contre la nation québécoise!
***
« La plupart des problèmes peuvent être résolus sans avoir à transformer tous les affrontements en batailles existentielles. »
Batailles existentielles, dites-vous? … Yes sir! Nous luttons pour notre existence même! Pour vous renseigner sur la disparition du français au Canada ainsi que toutes les lois qui ont été faites dans le ROC contre le français, par province, voir la référence ci-dessous:
[Le Génocide culturel des francophones au Canada->www.vigile.net/IMG/pdf/24-Genocide.pdf]
_ Synthèse du déclin du français au Canada
(C'est un petit livre, mais le pdf est disponible sur internet)
ISBN 978-2-923365-34-3
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010
***
Le système fédéral canadien est le tombeau du fait français au pays.
Seule l'indépendance du Québec pourra assurer l'avenir du français en Amérique, et nous permettre de soutenir nos compatriotes du reste du Canada. L'ingérence continuelle du fédéral dans la politique linguistique québécoise, et son indifférence face à l'assimilation des francophones ailleurs le prouvent.
Vous risquez d’être frileux avec une référence « séparatiste ». Pour être plus crédible à vos yeux, voir la référence ci-dessous de 1977. Malheureusement, le Québécois n’a que mis à jour les mêmes nouvelles noirs du Canada bilingue de ton ami PET, à partir des chiffres de Statistiques Tralala!
« Les héritiers de lord Durham » publié par la fédération des francophones hors Québec en avril 1977.
***
Dans mon cas, ce n’est pas un exercice théorique d’éditorialiste! Sauf quelques rares exceptions, qui confirment la règle… tous les enfants de mes quarante oncles et tantes sont…. assimilés ou en bonne voie de l’être dans ce beau ROC!!!!
C’est ce qu’on peut constater dans les rapports ci-haut et tous les recensements d’Ottawa… sauf pour ceux qui portent des lunettes roses!!!!
"The proof is in the pudding"
Au fil des ans, j’ai identifié certaines caractéristiques des fédéralistes au Québec ou du Canada :
• Ils refusent de parler de l’histoire du Canada.
• Ils disent que les choses vont bien au Québec, mais refusent de parler de la condition des francophones hors-Québec.
• Ils évitent et refusent de répondre à des questions précises sur ces sujets.
***
Laurent Desbois
Ex-franco-Ontarien, fier Québécois d’origine acadienne depuis trente ans, et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!
PS « Voilà pourquoi, si la souveraineté cesse d'être un projet réaliste, capable de s'imposer, il sera de moins en moins nécessaire pour ses adversaires de se regrouper en fonction de leur opposition à cette option. D'autres clivages apparaitront, et nous redeviendrons une société « normale » avec une droite et une gauche. »
Vous persistez à propager le vieux fantasme de votre ami PET où « la souveraineté cesse d'être un projet réaliste »! Personne ne croit cela depuis des décennies… même dans le ROC!!!
Ne vous en déplaise… le Québec sera une « nation normale » quand notre beau drapeau flottera sur les rives de la rivière Hudson… à New-York !
Comme le Sud-Soudan: l'indépendance dans l'euphorie !
‎1980: l'ONU a 154 pays membres. 1995: 185 membres. 2011: 193 membres avec le Sud-Soudan qui s'y joint. Provinces membres de l'ONU: aucune. De quelle normalité parles-tu ?? MDR !!!!!
Pierre Bourgault. « Nous ne voulons pas être une province "pas comme les autres", nous voulons être un pays comme les autres. »
Ça c’est normal!

Featured 2985a9f8ba1f3c6f4f8cd1587cd591cb

Laurent Desbois92 articles

  • 64 540

Ex-franco-hors Québec, d’origines métis et acadienne, fier Québécois depuis plus de quarante ans, et canadian… par la force des choses et temporairement …. sur papiers seulement!





Laissez un commentaire



4 commentaires

  • Archives de Vigile Répondre

    10 juillet 2011

    Stephen Harper réagit au dernier sondage électoral.

    CALGARY – Stephen Harper estime que le « Canada est plus uni que jamais». «Les libéraux sont éliminés, le Bloc québécois est éliminé, la politique de la division est éliminée»,
    Le premier ministre a mentionné qu’il compte financer davantage les Forces canadiennes avec de nouveaux avions et bateaux, ainsi qu’avec de l’équipement neuf pour l’armée.
    http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/politiquefederale/archives/2011/07/20110710-102707.html

    Vous allez m'éliminer les subventions publiques aux partis politiques.

    Vous allez m'éliminer le régistre des armes à feu.

    Vous allez m'éliminer ce canadien-français.

    Vouss allez m'éliminer le Canada-français.

    IXE-13
    http://www.youtube.com/watch?v=wbSqzEq3Jy4

  • Archives de Vigile Répondre

    9 juillet 2011

    Vous marquez un excellent point sur une notion qui peut paraitre risible à première vue. Il y a une 'bataille existencielle' ici au Canada? Et c'est celle qui est préconisé par ce 'verbo' qu'est supposément Alain Dubuc? Bien voyons! Mais ma réaction n'est pas sur ce texte précis d'Alain Dubuc (ou d'autres qu'écris André Pratte entre autre) mais sur le besoin d'écrire des textes aussi niaiseux et sur les conséquences en aval d'émettre de telles propos anti-Québécois.
    Plus que je lis les saletés de ce monsieur depuis les 15 dernières années, plus que je vois la 'transplantation' des rationalisations et de la condescendance de mr. Dubuc envers son acolyte et remplaçant à La Presse André Pratte, ainsi que les effets combinés de ces deux grands masticateurs intellectuels envers l'opinion général discuté dans le Québec médiatique actuel. Ces deux-là ont la doctrine du fédéralisme oligarchique à la Desmarais inscrite dans le plafond!
    Pourtant, contrairement à vous Mr. Cloutier, après une légère ventilation de mes frustrations perpétuelles à propos de ces deux-là, je dois avouer maintenant que l'on ne peut sous-estimer ou banaliser d'un coup de poignet la vrai fonction et force des ces deux chantres dans le 'discours' politique et social au Québec (et dans une moindre mesure au Canada). Alain Dubuc et André Pratte sont dans une classe dite de la 'superclasse' qui dictent le type de discours utilisés pour analyser & traiter les problèmes structurantes de notre monde.
    Tout comme maintenant les Henry Kissinger, Zbigniew Brzezinski ou dans une moindre mesure Marie-Josée Drouin Kravis, les deux sbires éditorialistes et chefs éditorialistes de leur média respectif dans l'empire Gesca sont des 'analystes dans des think tanks qui écrivent et disséminent leurs idées et propos aux intéressés (surtout l'élite économique) qui veulent bien acheter et revendre leurs idées'. La dissémination de ces idées sont le produit offerts et permet de créer 'le cadre' de discussion favorisé et valorisé dont les groupes médiatiques imposent au monde ordinaire afin de 'discuter' les défis de notre monde. Ces cadres de discussions servent également de filtres afin de différencier les pro-business oligarques et ceux qui ne sont pas 'formées' aux propos de cette religion moderne. Les gauchistes de service et les syndicalistes à l'ancienne y sont exclus sauf si et seulement s'ils ont assimilé et le discours de la mondialisation via le fédéralisme (économique ou politique) et prouver leur servitude par des actes concrets.
    Aux USA, les différences entre think tank et groupe de presse sont clairement établies. Dans la petite colonie canadienne du monde anglo-saxon, les limites sont plus mince faute de moyens colossaux (sauf pour le Simon Fraser Institute et sa petite sœur l'Institut Économique de Montréal).
    Les 2 grands masticateurs intellectuels en chefs de GESCA sont souvent appelés à commenter sur les sujets économiques et d'organisations politiques qui ne débouchent que sur une seule fonction et direction: le fédéralisme (et la particularité canadienne).
    Voyez les exemples suivants:
    1) Pour Alain Dubuc, son GRAND livre 'Éloge de la Richesse', un homme qui n'a jamais dirigé d'entreprise d'envergure, il semble bien complaisamment se bercer dans les vertus que seul les entreprises ont raison et l'état a tout les tords. On dois favoriser le privé dans sa quête perpétuelle de la création de la richesse à tout prix faute d'une médiocrité économique qu'on ne peut se souscrire que si et seulement si l'on est pas (in)formé. Il ne s'aventure pas grandement sur les outils pour tempérer et de mieux redistribuer cette richesse vertueuse. On voie ici une pudeur sur l'organisation des idées tordues et des mécanismes créés par les pilleurs du monde économique oligarchique. La situation de l'ISlande, de l'Irlande, et des pays du sud de l'Europe saute dans aux yeux!
    2) J'ai vu ce vendredi dernier sur le canal Can-Savoir (152 sur Bell) un enregistrement d'une conférence récente tenu par LE CONSEIL DES RELATIONS INTERNATIONALES DE MONTRÉAL. Le sujet: le fédéralisme est-il l'avenir de l'Europe. L'avenir du fédéralisme, de l'EURO et l'Union Européenne. La liste des partenaires Québécois et Canadiens de ce déjeuner-causerie fût impressionnant et stupéfiant. Comme présentateur du sujet amené et de l'invité de cette conférence est autre que l’ineffable André Pratte. Vous devriez l'entendre pendant ces 5 minutes. À en vomir!
    Ces 2 personnages font partie d'un groupe de personnes qui répandent leurs vomissures afin qu'il n'y est qu'une seule type de conversation débouchant sur une seule avenue: le fédéralisme économique (et moins de social-démocratie). Je dois avouer qu'ils font très bien leur travail de 'chasseur de tête' que Paul Desmarais leur a donné. Et vous savez tous comme moi que lorsque l'on répète un cadre de discussion et d'organisation d'idées assez souvent (effet Pavlovien), vous avez le pouls et du bon peuple sur la manière dont ils réfléchiront sur leur état et motivations présentes et à venir. Une preuve de ce mécanisme est le résultat électorale fédéral du 2 mai dernier au Québec.
    Et lorsque vous dirigez les discours menant aux motivations possibles et actions concrètes par les individus et la société en générale, vous avez les 'couilles' du Québec!
    Bon, c'est le temps de lire ma belle grosse Presse du Samedi comme une série télévisé à Radio-Cadenas nous l'a montré! Maudit que je suis Pavlovisé!

  • Laurent Desbois Répondre

    9 juillet 2011

    Je ne m’obstine pas avec Dubuc…. Je profite de Vigile pour le mettre à sa place… avec les siens !!!!

  • Archives de Vigile Répondre

    9 juillet 2011

    Cela vaut-il vraiment la peine de s'obstiner avec un ancien marxiste borné comme Alai Dubuc qui a toujours léché le cul de son boss, Paul Desmarais, comme un beau petit chien bien dressé.
    Ces québécois-là me font honte. C'est une race de collabos. Pas de temps à perdre avec eux.
    Pierre Cloutier