Anniversaire

95b38f4b6d0f87e2f75ae600efc55221

La destruction hitlérienne des nations

Les 8 et 9 mai prochains, nous commémorerons le 70ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Cette date est importante, elle est aussi symbolique.
Si la Première Guerre Mondiale, dont les commémorations du centenaire vont se poursuivre jusqu'en 2018 a marqué la fin du XIXème siècle, et a signifié le basculement de l'Europe, et au-delà du monde, dans un nouvel univers, le second conflit mondial a construit largement nos imaginaires et nos références politiques.
Les trois guerres d'Hitler
On doit rappeler que dans ce conflit, et si l'on met (provisoirement) de côté les affrontements de Chine et du Pacifique, trois guerres se sont superposées. Cette superposition donne aussi à ce conflit sa nature profonde.
La première des guerres est une guerre pour la domination européenne. Quand Hitler attaque la Pologne, puis se tourne contre la Grande-Bretagne et la France, il ne fait que reprendre à son compte les rêves de Guillaume II et de l'Allemagne impériale.
Mais, en gestation dans cette guerre, contenu dans les atrocités encore limitées certes que l'armée allemande commet en Pologne, mais aussi dans le nord de la France ou des soldats britanniques et de l'infanterie coloniale française sont sommairement exécutés, se trouve la seconde guerre des nazis. Il faut donc ici rappeler que les violences et les crimes de l'armée allemande ne furent pas que le fait des troupes nazies, et qu'ils commencèrent très tôt dans le conflit.
Cette seconde guerre se déploie totalement lors de l'attaque contre l'Union Soviétique en 1941. C'est une guerre d'asservissement des populations slaves, et en particulier — mais non exclusivement — de la population russe. La France commémore avec horreur et tristesse la mémoire du massacre commis en juin 1944 par la Das Reich à Oradour-sur-Glane; mais c'est par centaines que se comptent les villages martyrisés par l'armée allemande, et pas nécessairement les unités de la SS, en Biélorussie, en Russie et en Ukraine orientale. La sauvagerie de la soldatesque allemande envers la population, mais aussi de la population allemande envers les travailleurs, hommes et femmes, raflés et traités en esclave sur le territoire du Reich n'a pas connue de bornes. La violence de cette guerre arme le ressort d'une haine inexpiable qui s'abattra sur le peuple allemand en 1945.
La troisième guerre commence au même moment, mais va prendre une signification particulière au moment où les perspectives de victoire de l'Allemagne s'effondrent, c'est la guerre d'extermination contre les populations juives. La question de ce qui est connu sous le non de « Shoah par balles » montre que toute l'armée allemande collabore, à des rares exceptions, à ces massacres. Mais, la « Shoah par balles » met aussi en lumière la participation des supplétifs, essentiellement ukrainiens, dans ces massacres où périrent entre 1,3 millions de personnes. Cependant, c'est à la suite de la défaite subie devant Moscou que cette troisième guerre se radicalise avec la volonté avérée du régime nazi d'exterminer tous les juifs des territoires qu'il contrôle. Cette guerre va prendre un tournant obsessionnel comme en témoigne l'allocation de moyens de transport dont l'armée allemande avait pourtant désespérément besoin au programme d'extermination. A l'été 1944, alors que l'armée allemande bat en retraite sous le coups des offensives des l'armée rouge, que ce soit Bagration ou l'opération Iassy-Kichinev, le pouvoir nazi réquisitionne des centaines de trains, dépense des centaines de tonnes de carburant, pour conduire à la mort plus de 400 000 juifs hongrois.
Une guerre idéologique
De fait, cette troisième guerre devient la « vrai » guerre pour Hitler et ses séides, la seule qu'ils espèrent gagner. Elle sert aussi au régime nazi à souder autour de lui la population allemande, et les alliés de circonstances qu'il a pu trouver, en raison de l'horreur des crimes commis. Si la guerre d'asservissement menée contre les populations slaves rendait peu probable une paix de compromis à l'Est, la guerre d'extermination, dont le principe fut connu des soviétiques dès le début de 1942 et des britanniques et des américains dès la mi-1942, eut pour effet de durcir jusqu'à l'inimaginable le conflit à l'Ouest. Du fait de ces deux guerres, l'Allemagne nazie ne pouvait que vaincre ou périr et, dès le début de 1943, Hitler lui même est convaincu qu'il ne peut plus triompher militairement.
Il ne lui reste plus qu'à organiser, sous des prétextes divers, le gigantesque bucher funéraire que fut la Bataille de Berlin. Aucune des actions militaires entreprises après Koursk ne fait sens militairement. On peut même s'interroger sur la réalité de la croyance des nazis dans les « armes secrètes » qui constituent certes un fort noyau de la propagande, mais dont l'efficacité militaire se révèle en réalité très faible. La réalité est que, ayant commis l'irréparable, le régime nazi a coupé les ponts avec le monde du calcul rationnel, de la logique clausewitzienne de la guerre. Cette dernière n'a plus de sens hors le sens idéologique du darwinisme social qui est consubstantiel à l'idéologie nazie.
La guerre d'asservissement et surtout la guerre d'extermination transforment la nature du second conflit mondial. Ce dernier n'est pas la répétition, en plus violente, de la guerre impérialiste de 1914. Quand les troupes soviétiques libèreront Maïdanek à la fin du mois de juillet 1944, le monde — horrifié — aura les preuves du projet meurtrier de l'Allemagne nazi. On doit signaler qu'il faudra attendre plusieurs mois pour que la presse britannique et américaine reprenne de manière large ces informations. En fait, il faudra attendre que les troupes britanniques et américaines libèrent à leur tour des camps de concentration. Mais, la totalité des camps d'extermination fut libérée par les troupes soviétiques.
Le tribunal de Nuremberg prit acte de la spécificité du second conflit mondial. En créant la notion de « crimes contre l'humanité » et en déclarant leur nature imprescriptible, il a voulu signifier la différence fondamentale entre le premier et le second conflit mondial. Mais, la guerre froide empêcha cette logique d'être pleinement reconnue.
La commémoration de la victoire sur le nazisme n'est donc pas celle d'une victoire d'un pays (ou d'un groupe de pays) sur un autre. Les guerres d'asservissement et d'extermination ont donné à cette victoire une portée universelle. C'est ce que cherche à nier le pouvoir de Kiev avec le projet de loi 2538-1 mettant sur un pied d'égalité les bourreaux et les victimes. Cela a suscité des protestations d'historiens du monde entier. Cette victoire ne peut pas, et ne doit pas, être instrumentalisée à des fins politiciennes.
L'Union soviétique porta le fardeau le plus lourd, et eut à faire face, jusqu'en novembre 1943 à près de 70% des troupes hitlériennes. Il serait normal, il serait juste, que au-delà des conflits qui peuvent opposer les dirigeants français et russes, le Président français, ou à tout le moins son Premier-ministre, se rende à Moscou pour le 9 mai.

Featured d0657c9f54a10d6fbbd495301c34a493

Jacques Sapir135 articles

  • 35 671

Jacques Sapir est un économiste français, il enseigne à l'EHESS-Paris et au Collège d'économie de Moscou (MSE-MGU). Spécialiste des problèmes de la transition en Russie, il est aussi un expert reconnu des problèmes financiers et commerciaux internationaux.

Il est l'auteur de nombreux livres dont le plus récent est La Démondialisation (Paris, Le Seuil, 2011).

_ Zone Euro : une crise sans fin ?
_ Zone Euro : le bateau coule…
_ Marine le Pen, arbitre de la vie politique française
_ L’Euro, un fantôme dans la campagne présidentielle française
_ Euro : la fin de la récréation
_ Zone Euro : un optimisme en trompe l’œil?
_ La restructuration de la dette grecque et ses conséquences
_ À quel jeu joue l’Allemagne ?
_ La Russie face à la crise de l’euro
_ Le temps n’attend pas





Laissez un commentaire



Aucun commentaire trouvé