À partir de quand un fœtus est un enfant?

A2ba4f90dcf159b97067b026f149e283

La sauvagerie musulmane ouvre le débat sur les avortements tardifs


Vous êtes tannés d’entendre parler d’avortement ?


Accrochez votre tuque avec de la broche, car un procès risque bientôt de remettre ce sujet hyper controversé à l’avant-plan.


DEDANS, DEHORS


Un Montréalais, Sofiane Ghazi, est accusé d’avoir poignardé sa conjointe qui était enceinte de neuf mois avec une fourchette à viande, en juillet 2017.


Non seulement aurait-il blessé gravement sa femme (à qui on a fait une césarienne d’urgence), mais il aurait infligé des blessures mortelles à son enfant — qui serait mort quelques minutes après avoir vu le jour.


Ce procès durera cinq semaines et les procureurs de la Couronne envisagent de présenter une quarantaine de témoins en cour, dont une biologiste, une pathologiste et des médecins.


Rappelons que selon la loi canadienne, un enfant doit être sorti du ventre de sa mère pour être considéré comme une personne.


À neuf heures une minute et cinq secondes, le fœtus de 9 mois est dans le ventre de sa mère ? Il n’a aucun statut juridique. Aux yeux de la loi, il n’est pas plus important qu’un amas de cellules.


À neuf heures une minute et quinze secondes, il est sorti du ventre de sa mère ?


Il a des droits, est considéré comme une personne, et si jamais quelqu’un le tue, cet individu sera inculpé de meurtre. C’est comme ça, au Canada. La loi ne fait aucune différence entre un amas de cellules, un embryon de quelques semaines, un fœtus de quatre mois ou un fœtus de neuf mois.


Tant que tu n’es pas sorti du ventre de ta mère, tu n’as aucun droit. Tu n’es rien.








Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.





Bref, si on prouve que le bébé est bel et bien mort une fois qu’il était sorti du ventre de sa mère, monsieur Ghazi pourrait être condamné pour meurtre, selon son état d’esprit.


Mais si la défense prouve que le bébé est mort alors qu’il était dans le ventre de sa mère, il pourrait s’en sortir.


LE CAS VEIL


Pourquoi la loi canadienne est-elle ainsi faite ?


Parce que si l’on admettait qu’un fœtus de neuf mois est une personne à part entière, les militants pro-vie diraient que l’avortement est bel et bien un meurtre. Alors on a décidé de tracer la ligne à la naissance de l’enfant.


Récemment, les adversaires d’Andrew Scheer ont dit que le chef conservateur avait commis une gaffe majeure en rouvrant le dossier de l’avortement, car « le débat sur le sujet était clos au Canada ».


Ah oui ?


Je suis convaincu que plusieurs Canadiens ressentent un malaise vis-à-vis les avortements tardifs.


Avorter à deux mois est une chose. Avorter à cinq mois, alors que le bébé est viable, en est une autre.


Ce n’est pas parce qu’on a des problèmes avec la loi actuelle qu’on veut revenir en arrière et interdire aux femmes de disposer librement de leurs corps. Je suis sûr qu’une société mature peut discuter de ces questions éthiques calmement.


Rappelons d’ailleurs que Simone Veil elle-même, qui a lutté bec et ongles pour légaliser l’avortement en France, était contre les avortements tardifs.


Et je suis sûr qu’elle considérait un fœtus de neuf mois comme un être humain, et pas juste un amas de cellules...